. . .

Chili – Clausura 2016 : Colo-Colo assomme la Católica

  • Écrit par Nicolas Cougot

Alors que Palestino marque le pas et que la U est engluée en milieu de tableau, Colo-Colo accueillait une Católica qui semblait être son principal rival dans la course au titre.

Leur duel à distance pour l’Apertura ayant vu sa conclusion amputée par les débordements de l’Elías Figueroa en décembre dernier (lire Chili – Apertura 2015 : Colo-Colo champion, Palestino et Católica pour la Sudamericana). L’heure des retrouvailles avaient enfin sonné, Colo-Colo accueillait l’Universidad Católica au Monumental et espérait mettre fin à une série de six années sans victoire face aux Cruzados. On s’attendait à une opposition de style, la défense imperméable d’el Popular (2 buts encaissés en 7 matchs) étant opposée à la meilleure attaque du tournoi (23 buts marqués en 7 matchs), on a d’abord vu une leçon de réalisme. Après un face à face perdu par Llanos face à Justo Villar, l’attaquant Cruzado manquant le cadre, Colo-Colo ouvrait le score en quatre passes, Villar trouvant Tonso pour Paredes qui décalait Delgado dont le centre était ensuite coupé par Tonso. A peine le temps de souffler qu’un coup-franc de Valdés déposé sur le pied de Tonso était repoussé par Toselli sur Zaldivia pour le 2-0. La Católica était KO en moins d’un quart d’heure, Colo-Colo déroulait. Paredes allumait à longue distance, Valdés cherchait l’Olimpico, son corner direct s’écrasant sur le poteau, ou tentait de loin, tandis que derrière, Villar écœurait les attaquants cruzados en repoussant tout ce qui se présentait à lui, quand il ne forçait pas les offensifs adverses à précipiter leurs frappes et ainsi manquer le cadre. El Parajito Valdés allait ensuite tuer le match juste avant la pause en apparaissant à la conclusion d’un mouvement initié par Beausejour côté gauche et prolongé par Paredes. 3-0, la première mi-temps parfaite des hommes de Sierra avait scellé le match. Le second acte était à sens unique, les multiples vagues blanches s’abattant sans cesse sur l’arrière garde cruzada. Paredes manquait plusieurs occasions de 4-0 mais le mal était fait. Colo-Colo met fin à six années d’insuccès et prend désormais six points d’avance sur la Católica.

L’occasion était donc belle pour les poursuivants d’en profiter. A commencer par Palestino qui se rendait à Rancagua en connaissant les tenants et aboutissants du choc l’opposant à O’Higgins. Au Teniente, après avoir échappé de peu à l’exclusion de Marín en tout début de partie, les Árabes réussissaient leur début de match et ouvraient le score sur une frappe pleine lucarne d’Enzo Gutiérrez parfaitement décalé par Cortés. Mais à peine le temps de savourer, que Pedro Muñoz ramenait les Celestes dans la partie. Ramón Fernández allait ensuite menacer Marín sur coup-franc avant que ce dernier n’aille commettre de nouveau l’irréparable en dehors de sa surface. Cette fois, il n’échappait pas au rouge, O’Higgins allait alors avoir toute la seconde période pour essayer de prendre les devants mais finalement ne jamais se créer de véritable occasion. Ce résultat nul est un bon résultat en soi pour Palestino mais les hommes de Córdova se retrouvent désormais à quatre points du leader.

Derrière, la U se rendait au Santa Laura pour y défier Unión Española. Si on ne retiendra finalement pas grand-chose du premier acte, seul Corujo et Canales faisant passer un semblant de frisson dans l’arrière garde des Hispanos, le second acte a été entièrement en faveur des locaux qui auraient pu marquer avec un soupçon supplémentaire de réalisme et surtout sans un Johnny Herrera en feu qui, lorsqu’il n’était pas sauvé par ses montants, sortait tout ce qui se présentait à lui. Conséquence, les hommes de Beccacece n’avancent toujours pas et restent solidement englués dans le ventre mou du tournoi. La belle affaire est donc pour Antofagasta, qui s’offre un succès dans la douleur chez lui face à La Calera pourtant réduite à dix avant même la moitié du premier acte et pour les Wanderers. Ces derniers accueillaient à l’Elías Figueroa un Cobresal qui s’apprêtait à jouer son avenir en Libertadores quelques jours plus tard. Les Wanderers allaient ouvrir le score d’entrée de partie par Mauricio Prieto qui surgissait au second poteau sur corner. 20 minutes plus tard, sur un nouveau coup de pied arrêté, les locaux breakaient par Rosales. Tout semblait alors filer tranquillement. Mais à dix minutes de la pause, Mauricio Viana sortait de sa surface pour prendre un ballon de la main et était logiquement exclu. Après une coupure de courant en fin de premier acte, Cobresal revenait dans la partie dès le début de deuxième période sur un penalty transformé par Javier Grbec. Tout pour céder. Mais qu’importe l’infériorité, les hommes d’Arias continuaient d’attaquer et étaient récompensés par une merveille de coup-franc de Johan Manuel Bravo. Les Wanderers s’imposent chez eux et reviennent désormais à hauteur de la Católica, à six points du leader.

Les buts

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Résultats

 

Classement

 

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Universidad Católica 15 9 2 4 29 33 25 8
2 Colo Colo 15 8 4 3 28 19 11 8
3 O'Higgins 15 8 4 3 28 28 24 4
4 Palestino 15 6 7 2 25 24 18 6
5 Universidad de Concepción 15 8 1 6 25 22 24 -2
6 Santiago Wanderers 15 6 5 4 23 31 26 5
7 Antofagasta 16 6 4 6 22 23 18 5
8 Deportes Iquique 15 4 7 4 19 23 22 1
9 Huachipato 15 4 7 4 19 26 27 -1
10 Universidad de Chile 15 3 7 5 16 29 25 4
11 San Luis 15 3 7 5 16 22 25 -3
12 Audax Italiano 14 3 6 5 15 16 19 -3
13 Unión Española 15 2 9 4 15 20 24 -4
14 Cobresal 15 3 5 7 14 14 21 -7
15 San Marcos 15 2 6 7 12 10 17 -7
16 Unión La Calera 15 2 5 8 11 16 30 -14

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé