. . .

Australie – A-league 2017 : Brisbane cède, Melbourne s'accroche

  • Écrit par Antoine Blanchet-Quérin

Sydney FC prend trois points avec chance et Melbourne Victory ne lâche toujours pas. Melbourne City se redonne confiance malgré le départ de ‘JvS’. A l’inverse, Wellington Phoenix perd des points et les Jets battent une nouvelle fois Brisbane.

Melbourne, cinq à la suite !

Vainqueur lors de la journée précédente, bien aidé par l’arbitrage, le Big V sait clairement montrer la différence entre les équipes faites pour le titre et les autres qui courent après le score et les points. Car Melbourne sait entendre, Melbourne sait subir et surtout, Melbourne ne gâche pas. Contre Adelaïde, toujours aussi mal en point. Les Reds ont eu 16 chances, deux fois plus que Melbourne, devant le but. Mais les Reds ont encore gâché, Sergi Guardiola aurait dû inscrire 2 voire 3 buts. Adelaïde United avait les clefs tactiques pour espérer gagner. Leur jeu sur les côtés ouvrait des brèches intéressantes à Sergi Guardiola. Trouvé un bon nombre de fois à l’intérieur de la surface, l’Espagnol frappait soit dans les gants de Lawrence Thomas, soit à côté. Le Victory, mené par un trio offensif étincelant formé de Fahid Ben Khalfallah – Besart Berisha – Marco Rojas et le tout appuyé par James Troisi, c’est le natif d’Adelaïde qui d’une frappe enroulée donnait l’avance d’un but à zéro (22ème). Il a fallu une seule occasion franche pour Melbourne. De son côté, Adelaïde continuait d’attaquer. Le bilan de la seconde mi-temps est un copié-collé de la première. Melbourne attaquait dangereusement, sur coup-franc, Besart Berisha cognait la balle de la tête et faire le break (68ème). Isaías Sánchez trouvait la barre de Thomas, seule occasion chaude de la deuxième pour les Reds, toujours dernier au classement.

 

Les Jets surprennent contre Brisbane 

« L’heure de la revanche a sonné », une stratégie de communication de Brisbane dans l’idée de faire oublier la débâcle 0-4 à l’Hunter Stadium de Newcastle. Les Roar avaient sombré devant des Jets surprenant. Ces mêmes Jets se sont depuis aiguisés mentalement et ont enchaîné des prestations convaincantes qui permettent d’espérer jouer les finals series après 7 ans de disette. Un objectif tout de suite mis à mal en début de rencontre, Tommy Oar frappait de volée sur un mauvais dégagement de la défense des Jets (14ème). Mais Brisbane ne cadrait plus la moindre frappe, ni Newcastle, jusqu’au tir puissant égalisateur d’Andrew Hoole juste avant la mi-temps (45+2ème). Les Jets avaient beaucoup de mal à entrer dans la surface de Brisbane mais parvenaient à tirer de l’extérieur de la surface. Une défense orange laissant peu à peu la place à l’attaque de Newcastle jusqu’à se faire surprendre par le coup de tête imposant d’Andrew Nabbout (71ème). Malheureusement pour eux, les Jets ne conservaient pas leur avance, trahis par leur défense, secteur que Mark Jones veut considérablement renforcer. Cependant, Michael Theo commettait la faute de main fatale, Morten Nordstrand restait à l’affût et donnait une précieuse victoire à Newcastle synonyme de top 6 (83ème) mettant ainsi fin à 13 matchs sans défaite de Brisbane dans son Suncorp Stadium.

 

Les Citizens se donnent confiance

L’entraîneur John van’t Ship s’en est allé, quittant précocement son poste d’entraîneur rejoignant son papa, gravement malade. Le technicien hollandais, aspirateur des idées de jeu de Johann Cruyff, laissait Mickael Valkanis à sa place. La tâche était lourde tant ‘JvS’ s’était installé dans ce championnat et avec City (et plus anciennement Heart). Mickael Valkanis n’a cependant pas à rougir, second homme de Guillermo Amor, l’entraîneur n’a pas un statut d’amateur mais il devait pour son premier match faire sans Fernando Brandan (suspendu), l’homme en très grande forme côté Citizens. De plus, le WSW était renforcé par Terry Antonis et Vedran Janjetović. Même si Melbourne semblait d’abord bousculé, ils ont réussi à ne pas faire exister Sydney réduit à 10 dès la 30ème minute. Une expulsion dont le WSW se serait bien passé vu qu’Ivan Franjić avait ouvert le score pour les locaux sur une superbe frappe de volée (19ème) et qui scellait le score final.

 

Wellington lâche des points à Perth

Duel de milieu de tableau, duel important à gagner pour se mettre dans les meilleures conditions dans la course à la qualification en finals series. Les dernières places valent chers et les points sont déjà importants. C’est au bout d’un voyage de 5277 km, appelé aussi ‘Distance Derby’ par les Australiens, que les ‘Nix - invaincus depuis quatre matchs – allaient affronter Perth Glory avec deux points d’avance au classement. Les Néo-Zélandais débutaient sans Guilherme Finkler (au Brésil pour raison personnelle) mais avec un attaquant d’expérience, Shane Smeltz, dans un 4-4-2 associé avec Roy Krishna. Ce dernier était d’ailleurs le premier artilleur de la partie, à la 11ème minute Liam Reddy avait la main trop molle, la frappe croisée du Fidjien terminait sa course au fond des filets, 1-0 Wellington. Les visiteurs avaient la possession et les opportunités offensives suffisantes pour faire le break très tôt dans la partie mais n’y parvenaient pas. Un échec reprit par Des Buckingham : « En première mi-temps Roy Krishna a une chance, Shane Smeltz aussi et Kosta Barbarouses plusieurs. On a besoin de toutes les mettre ». Une amertume totale puisque Rostyn Griffiths égalisait juste avant la pause (45+1ème)  et son coéquipier Adam Taggart envoyait un second but de la tête en début de seconde période (52ème). Des ratés importants, une exclusion en seconde période et voilà comment les ‘Nix réalisent la mauvaise opération de la semaine.

 

Des Sky Blues avec chance

Matthew Jurman a été transféré en Corée du Sud au Suwon Bluewings. Un manque important dans la charnière centrale des Sky Blues, tant le défenseur était impérial et représentait à lui seul l’excellent parcours de Sydney FC leader au classement. Avant de recruter un remplaçant, c’est Seb Ryall prenait la place de Jurman et cinq minutes après le coup d’envoi, le défenseur était obligé de sortir pour une gêne à la cuisse. Graham Arnold faisant ainsi redescendre Brandon O’Neill aux côtés d’Alex Wilkinson. Un changement précoce sans conséquence sur le jeu de Sydney FC, le front de l’attaque maîtrisait le match et le Brésilien Bobô concluait un enchaînement contrôle-frappe parfait s’ouvrant un angle idéal pour battre Paul Izzo (42ème). Les Sky Blues faisaient ensuite le break à la 47ème minute, Miloš Ninković servait sur un plateau Bobô qui n’avait plus qu’à placer son plat du pied. La rébellion de Central Coast – habillé de rose pour défendre la lutte contre le cancer des femmes – survenait à la suite de la très mauvaise déviation de Filip Hološko retombant sur Roy O’Donovan. L’Irlandais ne se ratait pas (66ème). Le match était relancé. Fabio Ferreira envoyait son pénalty loin dans la tribune (75ème), juste après Sam Galloway suivait l’arrêt de Danny Vukovic pour scorer (76ème). Le jeune latéral de Central Coast était « content de marquer, mais je suis toujours insatisfait de mes prestations ». Malheureusement pour eux, les Mariners allaient céder. Déjà responsable en partie du premier but de Bobô, le latéral était spectateur de l’ultime but de David Carney légèrement hors-jeu (76ème). Un dernier but suffisant à Sydney FC pour accrocher une onzième victoire en championnat dans l’attente d’un recrutement défensif.

 

Résultats

Classement

# Équipe Pl V N D Pts BP BC +/-
1 Sydney FC 14 11 3 0 36 34 7 27
2 Melbourne Victory 13 9 2 2 29 32 14 18
3 Melbourne City FC 14 6 5 3 23 23 18 5
4 Brisbane Roar 14 5 6 3 21 18 17 1
5 Perth Glory 14 4 5 5 17 24 28 -4
6 Newcastle Jets 14 4 4 6 16 20 24 -4
7 Western Sydney Wanderers 14 2 8 4 14 17 24 -7
8 Wellington Phoenix 13 3 3 7 12 14 20 -6
9 Central Coast Mariners 14 2 4 8 10 16 31 -15
10 Adelaïde United 14 1 4 9 7 10 25 -15

A propos de l'auteur
Antoine Blanchet-Quérin
Author: Antoine Blanchet-Quérin
Reporter du football australien (Socceroos, A-League, FFA Cup, NPL) en France pour Lucarne Opposée.

  • Aucun commentaire trouvé