Jour J en Argentine

C’est ce lundi que les offres définitives pour la diffusion des matchs doivent être remises et seront ainsi connue. Le tout dans un climat toujours aussi tendu.

Ce lundi est un jour important pour le football argentin. Non pas qu’il validera définitivement la reprise du championnat le 3 mars prochain (surtout qu’avec l’Argentine, tant que les joueurs ne sont pas sur le terrain tout est possible), mais car la Asociación del Fútbol Argentino dévoilera en fin d’après-midi – milieu de soirée en France – les offres déposées par les entreprises intéressées par la diffusion du championnat pour les cinq prochaines années.

L’AFA va donc recevoir les différents intéressés qui devront déposer leurs projets avec un point particulier mis sur les capacités économiques, garanties de solvabilité et autres origine des fonds qu’ils utiliseront pour acquérir ces droits. Qu’on ne s’y trompe pas, les candidats ne sont pas légion puisque l’affaire devrait se jouer entre deux voire trois groupes. D’un côté, la Fox/Turner, première à se réunir avec les instances de l’AFA dès la fin du contrat Fútbol para Todos. De l’autre ESPN qui a diffusé une grande partie des matchs amicaux de l’intersaison argentin. Entre les deux, l’inconnue Consor, société basée aux USA et spécialisée dans la propriété intellectuelle, apparemment liée à Armando Pérez, président intérimaire de l’AFA avec qui elle a travaillé depuis plusieurs mois sur le sujet, et qui est venu bousculer ce petit monde par une offre surpassant les deux autres mais dont on ne sait finalement pas grand-chose eu égard notamment aux garanties.

Aller plus loin : Fin de Fútbol para Todos : quand économie et politique plongent l’Argentine dans le chaos

Reste que l’AFA a établi un cahier des charges précis : le pot d’entrée à la partie de poker est de 1.2 M de pesos (71M€) avec un minimum de 3000 M de peses (179M€) par an pour couvrir le football local. Une fois présentés, les projets seront ensuite étudiés par la Comisión de Análisis de las Ofertas  qu rendra son verdict vendredi. Parallèlement à cela, l’Assemblée de l’AFA devra également entériner les nouveaux statuts en accord avec les exigences de la FIFA, déterminer la création de la Superliga et fixer le calendrier électoral afin d’élire un successeur à Armando Pérez.

Enormément de travail en perspective donc et surtout la menace toujours présente d’une nouvelle crise.