Le foot en grève

On pensait enfin pouvoir parler football ce week-end en Argentine, il n’en sera rien. Au terme d’un nouvel épisode rocambolesque, le football argentin continue de creuser sa tombe.

« La décision adoptée – à l’unanimité – par les footballeurs lors de la réunion de ce jour est le corollaire d’une plainte rejetée à de multiples reprises par l’Asociación del Fútbol Argentino, les dirigeants des clubs et par le Ministère du travail. Il en résulte une grève – un droit accordé à tout travailleur par la loi – et la décision de ne pas disputer la moindre rencontre officielle, en conséquence des dettes que de nombreux clubs maintiennent auprès des footballeurs professionnels. »

C’est par ce communiqué que Futbolistas Argentinos Agremiados (FAA), le syndicat des joueurs professionnels argentin, a confirmé son intention de poursuivre sa grève et donc ne pas se présenter lors des matchs de championnat dont la reprise était prévue ce week-end, conclusion d’une lutte acharné pour les salaires (impayés pour certains depuis 4-5 mois) avec les dirigeants de différents clubs. C’est ainsi que le football ne devrait pas reprendre ce week-end en Argentine.

Aller plus loin : Fin de Fútbol para Todos : quand économie et politique plongent l’Argentine dans le chaos

Jeudi, tout paraissait pourtant bien parti. Le gouvernement ayant annoncé avoir versé les 350 M de pesos, on pensait alors que l’argent injecté aux clubs allait permettre de mettre fin aux dettes des divers clubs du football professionnel argentin. Tout semblait en effet réglé. Jusqu’à ce que Sergio Marchi, à la tête de la FAA, ne sorte d’une réunion pour faire cette annonce de grève, confirmée ensuite par le communiqué. Plusieurs joueurs référents ont ainsi pris position (Gago, Ortigoza, Maxi Rodríguez), s’affichant aux côtés de Marchi sans pour autant prendre la parole, seul Fabián Cubero parlant à la presse pour confirmer la grève.

communique

Alors, la guerre est ouverte. Javier Medín, membre de la Comisión Normalizadora, a déjà annoncé des sanctions pour les équipes qui ne se présenteraient pas ce week-end sur les terrains du pays : « L’argent est là, la question des défauts de paiement des salaires ne peut plus être une excuse, » a-t-il ainsi affirmé. De son côté, l’AFA a sorti un communiqué dans lequel elle annonce une sanction sportive (retrait de points) à toute équipe de Primera A, B ou C qui ne se présentera pas pour la reprise du championnat. Côté club, certains évoquent la possibilité de faire jouer les jeunes. Godoy Cruz, qui se rend à Rosario ou Belgrano, qui voyage à Buenos Aires, ont déjà prévu la possibilité de faire jouer la réserve, les deux groupes ayant effectué le voyage. Une décision « réactionnaire » selon Marchi. Jouera-t-on ce week-end en Argentine ? Tout semble indiquer que non, à moins d’un nouveau revirement, à moins d’un nouveau bras de fer entre clubs, AFA et joueurs. Les semaines passent, le ballon ne roule toujours pas et le football argentin n’en finit plus de creuser sa tombe.