Parfum d’ACL

En ouverture de la Coupe du Monde des Clubs, le champion local Al Jazira défiait un vieil habitué des joutes mondiales, Auckland City. Et non sans mal s’offre sa finale de Champions League à lui.

banlomag

Ils ont rêvé d’un parcours à la 2009 où les Navy Blues atteignaient les quarts de finale) ou surtout un remake de 2014 avec l’incroyable troisième place, malgré une domination quasi intégrale, Auckland City n’y sera pas parvenu. En ouverture de la Coupe du Monde des Clubs, le traditionnel champion d’Océanie affrontait une équipe d’Al Jazira qu’il a surpassé à plusieurs reprises dans le match, comme jamais il n’y était parvenu dans son histoire mondiale. Mais 17 tirs à 5 (7 cadrés à 2) et 59% de possession n’ont pas suffi. La faute à une seule erreur, celle de laisser Al Mabkhout s’échapper, être contré par Berlanga et voir le ballon revenir dans les pieds d’un Romarinho, seul aux 25 mètres et qui aura ainsi pu tranquillement ajuster Enaut Zubikarai.

La faute aussi à une ligne offensive qui aura souvent buté sur Ali Khaseif quand elle n’aura pas su se montrer efficace. De Callum McCowatt à Ryan de Vries en passant par Cam Howieson, tous se sont cassé les dents sur le portier émirati quand ils n’ont pas pêché par maladresse à l’image d’Emiliano Tade auteur de quelques jolis ratés dont une occasion à trois mètres du but. Auckland City n’aura ainsi jamais su transformer sa domination en but, les hommes de Ramon Tribulietx rentrent donc en Nouvelle-Zélande avec bien des regrets confortés par les propos d’Henk ten Cate, son homologue d’Al Jazira : « ils ont été meilleurs que nous mais en football, les meilleurs ne gagnent pas toujours. »

Al Jazira n’aura ainsi guère convaincu et même s’il s’offre un nouveau rendez-vous aux parfums d’AFC Champions League, une compétition que le club a quitté dès la phase de groupe cette saison), nul doute que sa cote face au champion d’Asie, Urawa, sera guère élevée ce samedi. Un simple tour sur les sites de paris sportifs (voir par exemple) suffit en effet à s’en rendre compte.