L'Islande, le Petit Poucet qui n'en était pas un

Il est fort probable que toute la population argentine, et même les joueurs de l’équipe nationale, ne l’ait pas du tout vu venir, mais en Europe, le match nul obtenu par les Vikings islandais face aux artistes argentins lors du premier match de la Coupe du Monde n’aura été qu’une demi-surprise. Demandez aux Anglais qui se rappellent encore avec des larmes dans les yeux et la honte dans le cœur leur élimination en huitièmes de finale du dernier Euro où les Islandais ne s’étaient inclinés que face au finaliste français, après avoir tenu le nul face aux vainqueurs portugais en phase de poules.

banlomag

Alors, étant donné que ce n’est qu’un secret de polichinelle que les premiers matchs de la Coupe du monde sont plus faciles qu’à l’Euro, car le niveau des équipes africaines et asiatiques reste encore en-dessous des grandes cylindrées européennes (même si ce début de tournoi semble tendre à un rééquilibrage des forces), et que l’Islande a terminé premier de son groupe de qualifications, devant la Croatie et laissant sur le carreau la Turquie et l’Ukraine, quoi de plus normal au final que de la voir à la hauteur de l’événement.

Malgré tout, rares étaient ceux qui auraient pu croire à un échec d’entrée de Messi & Co face aux équipiers de Sigurdsson. Il fallait voir les cotes des bookmakers sur ce match pour le constater. Alors pour ceux qui avaient eu le nez creux en pariant sur le nul entre Argentine et Islande, le jackpot était au rendez-vous. Pour s'y essayer à votre tour, il est possible de gagner des paris gratuits pendant la Coupe du Monde avec les tournois Spin & Goal de PokerStars. Et si miser sur la présence de l’Islande en huitièmes de finale n’avait plus rien d’incongru ?

Un pays de la taille de Nice

Et pourtant, comment cela ne pourrait-il ne pas être incongru dans un pays comptant seulement 330 000 habitants ? Et le chiffre devient plus éloquent encore quand on découvre qu’il n’existe dans tous le pays que 20 000 licenciés à un club de football, femmes et hommes confondus. A titre de comparaison, la France compte 2,2 millions de licenciés, soit 110 fois plus !

Le précédent record de la plus petite nation participant à une Coupe du Monde appartenait à Trinidad & Tobago, en 2006, un pays quasi-inexistant sur le planisphère du football mondial, et pourtant déjà trois fois plus peuplé que l’Islande. Il devient alors difficile d’expliquer l’exploit islandais, non pas car chacune de leurs victoires résulte du miracle, mais au contraire car leurs résultats positifs sont plus que mérités. Avec des joueurs professionnels dans les grands championnats anglais, français et allemands notamment, l’Islande n’est pas un petit groupe chanceux d’amateurs, comme pourrait l’être un club de CFA en demi-finales de la Coupe de France.

Un engouement populaire inédit

Non, ce qui étonne vraiment dans les succès de cette équipe d’Islande, c’est que ceux-ci ne constituent plus une surprise tant cette équipe est de qualité, malgré un vivier de joueurs potentiels plus que restreint. Une explication pourrait peut-être aussi se trouver dans la passion qui semble habiter chaque islandais pour le football, avec pas moins de 5 000 supporters en Russie, soit 1,5% de la population totale (comme si 1 million de français se rendaient à Moscou), ou encore avec un pic d’audience à 99,6% durant le match à la télé islandaise.

Le Nigéria et la Croatie, prochains adversaires des Islandais, sont prévenus, tout comme la France qui pourrait les affronter en huitièmes de finale si elle finissait première de son groupe et l’Islande second du sien, en espérant ne pas être une victime de plus de leur clapping culte ayant envahi déjà tous les terrains de Ligue 1 cette année.