. . .

Uruguay – Apertura 2015 : le violet est à la mode

  • Écrit par Jérôme Lecigne

Défaite des deux grands lors de ce dimanche qui a vu deux beaux matchs de haut de tableau. Le Defensor s’impose comme la grande équipe de ce début de saison, et le Fénix comme la surprise après sa victoire dans le classique de l’Ouest. Les joueurs dont on vous parlé dans notre guide de présaison comme Cavallini ou Lozano, sont à la fête.

Fénix 3 – 1 Racing

Match entre deux voisins de l’Ouest de Montevideo, proche du port. Cela donne toujours une vue magnifique, avec la baie de Montevideo, des bateaux qui passent… Fénix est la bonne surprise de ce début de saison, équipe toujours invaincue, avec un milieu très joueur (Schettino, Ferro, Liguera) et une pointe tueuse, Lucas Cavallini. Ce dernier est Canadien, comme un bon Chivito, et en est déjà à trois buts lors de cet Apertura. Il n’est pas le meilleur techniquement, il a les joueurs derrière lui pour cela, mais qu’est-ce qu’il est bon sur son placement. Toujours là, bien placé, pour les centres.

Ce match a été une opposition de style. Fénix s’est rendu le match facile en ouvrant le score dès la deuxième minute sur un corner cafouillé par le Racing et bien concrétisé par le latéral Zazpe. Le Racing a égalisé à la quinzième sur un ballon qui est rentré (ou pas, pas de Goal Line Technology), sur une tête de Jean Pierre Barrientos. Mais rapidement, le milieu de Fenix a repris la main et à organiser le jeu. La domination de Fénix a été claire durant tout le match, et dès la fin de la première mi-temps, Lucas Cavallini a redonné l’avantage à son équipe de la tête. En deuxième mi-temps, le Fénix a géré son avance et a même pu creuser l’écart sur un but contre son camp de Darwin Torres. S’il n’avait pas taclé dans son propre but le centre de Ligüera, Cavallini était juste derrière…

Coté Racing, l’équipe a surtout était dominé au milieu de terrain. L’attaque physique Quinones/Barrientos a besoin de recevoir de bons centres, sauf que soit ils n’ont pas été bien placés, soit le Fénix ne leur a pas laissé l’occasion de centrer. Coté Fénix, je ne vais pas reparler de Cavallini, mais je vais insister sur les joueurs qui l’entourent. Schettino a vraiment un grand avenir devant lui, c’est le métronome du milieu de terrain. Il l’est déjà aussi en sélection de jeunes en Uruguay. Sur le côté, Maxi Perez est également très bon et s’entend à merveille avec Cavallini. Si l’équipe continue, ils joueront les premiers rôles. Ils sauront exactement où ils en sont lors des deux prochains matchs contre Peñarol et contre Danubio.

Joueur du Match : Lucas « Gignac » Cavallini.

Wanderers 2 – 1 Nacional

Le Nacional avait pourtant très bien commencé la saison. Une qualification facile en Sudamericana, deux victoires probantes contre Villa Teresa et River Plate. Mais depuis mercredi, rien ne va plus. Il a suffi d’une défaite assorti de deux cartons rouges en Sudamericana (voir Copa Sudamericana 2015 : argentins et brésiliens entrent dans la danse) pour que la défense perde pieds hier contre le Wanderers. Et ils ont vraiment perdu pied ! Polenta qui avait l’air plus fringuant depuis le début de la saison a donné, de nouveau, l’impression de tirer une caravane, et les latéraux (avec l’absence de Fucile), ont eu l’air complétement dépassé. Car le problème n’est pas tant le score, qui n’est pas infamant contre un Wanderers solide, que la manière et le nombre d’action concédées. Kévin Ramirez a été bon en pointe des Wanderers, mais il aurait pu marquer 4 à 5 buts avec plus de réussite.

Dès le quart d’heure de jeu, Colombino ouvrait le score sur un centre à ras de terre qui avait le temps de traverser toute la surface avant d’être repris par le joueur. A la trentième minute, sur un centre de la gauche, Cabrera était encore lobé et Kevin Ramirez pouvait reprendre de la tête, seul au six mètres, pour mettre le but du 2 à 0. La défense regardait faire, impuissante et immobile. Nacional essayait bien de construire mais n’arrivait pas à faire parvenir un bon ballon aux attaquants. Ivan Alonso n’a pas vu le jour, et Nacho Gonzalez s’est contenté de quelques tirs des trente mètres. En deuxième mi-temps, le jeu s’est un peu amélioré côté Nacional avec l’entrée d’Amaral. Ce dernier aurait même dû réduire le score, mais le ballon été arrêté de la main par un défenseur de Wanderers sans que l’arbitre n’y trouve à redire… Kevin Ramirez a eu l’occasion plusieurs fois de marquer le 3-0, mais avait l’air moins frais en deuxième mi-temps. Et peu avant la fin du match, Ivan Alonso réduisait le score d’une magnifique reprise pleine lucarne. Score final 2-1.

Côté Nacional, les quatre défenseurs sont coupables, sur chacun des deux buts et sur toutes les autres occasions non concrétisées. Nacho Gonzalez a encore prouvé qu’il est magnifique contre les petites équipes, mais qu’il n’y arrive pas dès que le niveau de jeu s’élève. L’un des meilleurs joueurs de Nacional, Carlos De Pena, n’a pas joué hier puisqu’il vient de signer à Middlesbrough. Il va manquer à cette équipe. Côté Wanderers, le milieu, avec notamment Scotti, Colombino et Santos, ont étouffé Porras, et ont réussi à bien récupérer les ballons et à lancer les contres. Le latéral Alex Santos a également été bon, même s’il aurait dû être expulsé pour un coup en fin de match.

Joueur du match : Kevin Ramirez, puisqu’il a fait l’amour à la défense du Nacional, même s’il aurait dû en marquer un ou deux en plus.

Defensor 3-1 Peñarol

Brian Lozano, retenez bien ce visage

Match entre deux nouveaux internationaux, appelés pour la première fois par le Maître Tabarez, Brian Lozano côté Defensor et Nahitan Nandez côté Peñarol. Le troisième nouveau est Michael Santos, meilleur jeune et deuxième meilleur buteur du dernier championnat pour River Plate. Brian Lozano a déjà été essentiel lors de la victoire de son équipe 3-0 en Sudamericana contre Universitario. C’est un grand espoir, très technique en numéro 10, passeur et buteur.

Pour ce qui est du match, beaucoup de changement côté Peñarol, avec notamment le retour de Maceachen en défense centrale, la première titularisation d’Albarracin, et une organisation changée en 4 – 4 – 2. Ifran et Valverde, trop souvent mauvais, sont sur le banc. Côté Defensor, une équipe similaire à celle qui a gagné contre Universitario. Romario Acuña (l’homme sans cou) est en pointe, soutenu par Barboza et Lozano. Le début du match a été très haché, avec beaucoup de fautes au milieu de terrain et aucune des deux équipes ne pouvant construire le jeu. Et dans ce cas-là, seuls les génies peuvent débloquer un match, et Lozano, sur un ballon perdu par Piriz, met une magnifique frappe de trente mètres sous la barre, lobant légèrement Gurruceaga, pour le 1-0. Un golazo, comme le coup franc de cette semaine en Sudamericana, un but aidé par la défense de Peñarol qui n’est pas sortie sur lui, le laissant ajuster sa frappe. L’ouverture du score a lancé le match puisque rapidement, les Aurinegros se sont réveillés, notamment sur les coups de pied arrêtés de Forlan. Et c’est sur un corner tiré par ce dernier que le défenseur Viera égalise d’un tir au six mètres.

En deuxième mi-temps, le show Lozano a continué puisque c’est lui qui reprend un centre au-delà du deuxième poteau à la 62ème pour un magnifique but de reprise de volée. Maceachen et Diogo sont lobés. Le centre de Felipe Rodriguez est très bien placé, arrivant exactement là où il doit arriver.  Techniquement, le milieu de Defensor est sensationnel. La défense aurinegro manque un peu de vitesse et de réactivité. A la fin du match, le Defensor enfonce le clou d’un but de Luna à la 83éme. Pour la petite histoire, à la toute fin du match, Fleurquin a sorti un ballon suite à un corner de Peñarol qui aurait pu donner une très bonne occasion au Defensor. Mais ce dernier a perdu les dix mètres d’avance qu’il avait au début de sa course en une trentaine de mètre de sprint… Après quarante ans, il y a certaine chose que l’on ne peut plus faire. Mais peu importe, victoire du Defensor 3-1.

Côté Peñarol, Nandez a perdu beaucoup de ballon au milieu. Contrairement à Lozano, il n’a pas pris sa sélection de la meilleure des façons. Albarracin n’a pas été très bon en milieu gauche, Forlan n’a été bon que sur les ballons arrêtés, il ne faudrait pas qu’il devienne le Recoba du Peñarol. Dans l’ensemble, très peu de construction au milieu, pas d’organisation. Tout reste à construire, Peñarol a terminé avec 5 attaquants, dont Ifran et Luque entrés en cours de jeu. Ces derniers n’ont servi à rien. Côté Defensor, hormis Lozano, l’ensemble du milieu avec Cardaccio, Arambarry et Rodriguez a été très agressif, très bon, sortant les ballons de façon propre. La défense centrale Scotti / De Los Santos a tenu la maison dans le jeu, moins bien sur les coups de pieds arrêtés.

L’homme du match : Brian Lozano, logiquement.

Ailleurs

Plaza Colonia 0 – 1 Villa Teresa : Première victoire de Villa Teresa en première division. Victoire importante dans l’optique du maintien.

Cerro 1 – 0 Rentistas : Egalement première victoire du Cerro sur un but à la dernière minute de l’australien Richard Porta. But importantissime, le premier du Kangourou dans sa nouvelle équipe.

River Plate 2 – 0 Sud America : Dans la suite du bon match face au Nacional la semaine dernière, première victoire du River de JR. Encore un golazo de Santiago Garcia.

El Tanque Sisley 1 – 0 Danubio : Le Dganubio chute à Florida sur un but de Callorda.

Pour le reste

Carlos De Pena s’en va donc à Middelsbrough. Son pied gauche nous manquera, d’autant plus que ce ne sera pas facile pour lui d’arriver en Angleterre en fin de Mercato. S’il ne s’impose pas, j’invite n’importe quel club à le prendre en prêt cet hiver ou l’été prochain. De Pena est un très bon joueur.

Jaime Baez, de la Juventud, s’en va lui à la Fiorentina, un club ou devra également beaucoup se battre pour avoir du temps de jeu. Leandro Rodriguez (River) signe lui à Everton.

Du côté de Peñarol, on parle déjà du retour d’Aguirre sur le banc. Il est disponible depuis qu’il s’est fait virer de l’Inter Porto Alegre. Son ombre plane sur Bengoechea.

Trois nouveaux en sélection, dans la continuité du renouvellement au fil de l’eau de la sélection. On ne remarque pas assez à quel point la sélection en Uruguay est bien gérée, depuis les équipes de jeune jusqu’à l’équipe majeur. Grand travail de Tabarez.

Les buts

 

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Peñarol 15 9 4 2 31 28 17 11
2 Nacional 15 9 3 3 30 32 21 11
3 Cerro 15 9 1 5 28 25 19 6
4 Montevideo Wanderers 15 6 6 3 24 22 16 6
5 River Plate (Uru) 15 7 2 6 23 31 25 6
6 Fénix 15 6 5 4 23 17 12 5
7 Danubio 15 6 4 5 22 21 13 8
8 Defensor Sporting 15 6 3 6 21 25 25 0
9 El Tanque Sisley 15 5 4 6 19 17 17 0
10 Rentistas 15 5 3 7 18 18 19 -1
11 Sud América 15 4 6 5 18 17 22 -5
12 Liverpool 15 5 3 7 18 15 24 -9
13 Plaza Colonia 15 3 8 4 17 15 16 -1
14 Racing (Uru) 15 4 5 6 17 21 26 -5
15 Juventud 15 4 3 8 15 14 25 -11
16 Villa Teresa 15 1 2 12 5 9 30 -21

A propos de l'auteur
Jérôme Lecigne
Author: Jérôme Lecigne
Spécialiste du football uruguayen, Suisse de l'Amérique du Sud, Patrie des poètes Jules Supervielle, Juan Carlos Onetti et Alvaro Recoba

  • Aucun commentaire trouvé