. . .

Colombie – Torneo Finalización 2015 : Santa Fe tombe, le dernier carré est connu

  • Écrit par Nicolas Cougot

De Junior à Tolima en passant par les deux clubs de Medellín, tous ceux qui ont accueilli le match retour des quarts de finale ont décroché leur billet pour le dernier carré. Retour sur les quatre matchs.

Junior et Tolima renversent la situation

Avec un seul but à remonter, Junior se lançait à l'assaut des cages des Cardenales d'entrée de partie. La domination des locaux était totale, Toloza et Barrera menaçant systématiquement les côtés d'un Santa Fe qui attendait la moindre occasion pour contrer. Cette efficacité Cardenales allait leur permettre d'ouvrir le score sur une merveille de Miranda au quart d'heure. De quoi alors assommer les Tiburones. En théorie seulement. Car Toloza ramenait les siens dans la partie avant, quatre minutes plus tard, qu'Ovelar conclut un contre parfait qui permettait à Junior de revenir à égalité parfaite sur le duel. La domination des Tiburones se poursuivait suivant toujours la même stratégie, danger sur les ailes et présence dans l'axe. Mais alors que Junior avait manqué quelques occasions de prendre l'avantage dans la série, Santa Fe pouvait tuer le suspense sur un de ses rares contres lui offrant un penalty. Mais Borja manquait sa réalisation, le match avait définitivement tourné. Junior reprenait sa domination et allait être justement récompensé au meilleur des moments, à deux minutes de la fin, sur une tête de Guillermo Celis. Comme en finale de Coupe, les Tiburones auront eu la peau des Cardenales, ils seront présents en demi-finale.

Ils y croiseront le Deportes Tolima, sorti vainqueur d’Once Caldas au terme d’un match au scénario totalement fou. Défait 1-0 au Palogrande, les Pijaos ne mettaient que quatre petites minutes pour revenir au score cumulé, promesse d’un match passionnant. D’autant que fidèle à ses habitudes, le Once Caldas de Torrente se lançait à son tour à l’attaque, cherchant alors à égaliser rapidement et ainsi calmer les ardeurs des locaux. L’égalisation arrivait au meilleur des moments, juste avant la pause lorsqu’un coup-franc de Johan Arango s’écrasait sur la barre et permettait à Lopera, servi par Salazar de marquer dans le but vide. Le second acte tournait à l’attaque défense. Le Tolima d’Alberto Gamero se plantait dans le camp des Blancos qui résistaient grâce à un grand Cuadrado et parfois un peu de chance lorsque les montants s’en mêlaient. Les minutes défilaient et ce n’est que lorsque tout semblait joué que le match bascula dans la folie. 91e minute, Andrés Ibargüen, l’un des joueurs les plus dangereux jusqu’alors, slalomait côté gauche, repiquait et enroulait sa frappe, 2-1 pour Tolima. L’Estadio Manuel Murillo Toro tremblait, il allait exploser quelques instants plus tard. Car il était écrit qu’on éviterait la séance de tirs au but. 94e minute, la dernière du temps additionnel, servi côté droit, Didier Delgado était forcé de tenter la frappe. Son tir était alors détourné par Hernán Menosse qui trompait son propre gardien. Tolima s’impose 3-1 et arrache une qualification qui si elle a des airs de miracle eu égard au scénario, n’en reste pas moins mérité sur le strict plan du contenu.

Clásico paisa

Sans surprise les deux équipes de Medellín se retrouveront dans l’autre demi-finale. Après avoir tranquillement fait le break dès le match aller, le DIM n’a fait qu’une bouchée de l’Alianza Petrolera, Hernández tuant le suspense d’entrée de partie avant que les hommes de Leonel Álvarez profitent de la seconde période et notamment l’exclusion de Daniel Santa pour creuser l’écart et s’imposer finalement 4-0. Côté Atlético Nacional, la réception du champion sortant était l’occasion d’affirmer davantage ses ambitions. D’entrée de partie, Marlos Moreno s’offrait une occasion qu’Ernesto Hernández sortait, les Verdolagas entendaient bien poursuivre leur domination à domicile (6 victoires consécutives). Mais les Azucareros n’étaient pas venus en victimes expiatoires. Au quart d’heure, un coup franc de Roa terminait sur le poteau, André Pérez surgissait et ouvrait le score. L’exploit semblait à portée, d’autant qu’Hernández continuait de tout stopper. Jusqu’à cinq folles minutes. Un corner joué à deux, une déviation d’Óscar Murillo, l’Atlético Nacional égalisait. Quatre minutes plus tard, Gilberto 'Alcatraz' García décochait un coup-franc parfait que le portier de Cali ne pouvait qu’accompagner dans ses buts, l’Atlético Nacional avait renversé le match et en prenait le contrôle. En seconde période, Moreno et Duque se procuraient encore des situations de tuer le match avant que finalement, le premier nommé, l’un des hommes du match, n’y parvienne peu après l’heure de jeu. Imprenable chez lui, le Nacional de Rueda est donc désormais prêt pour un nouveau Clásico qui s’annonce passionnant.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé