. . .

MLS 2015 : Trois places par conférence

  • Écrit par Nicolas Cougot

La phase régulière de la MLS touche à son terme et grâce à un calendrier enfin lisible, on y voit plus clair au classement de chaque conférence. Si six équipes sont déjà assurées de disputer au minimum les play-offs, l’incertitude est encore totale quant à la distribution de ces tickets.

De l’importance de la locomotive

Il y a encore quelques années, les stars venues d’Europe n’étaient en aucun cas une garantie de performance pour les clubs de MLS qui faisaient le pari de les attirer. Au moins servaient-elles à vendre quelques maillots. Mais depuis quelques saisons, la MLS s’étant musclée, le clichée de la star en pré-retraite ne vaut plus, vous qui avez l’habitude de nous lire le savez bien. Mieux, elles sont désormais de véritables locomotives. Deux cas illustrent parfaitement ces propos, ceux de Sebastian Giovinco et de Didier Drogba.

Arrivé pour renforcer davantage un ambitieux Toronto qui avait jusqu’ici l’habitude d’exploser en plein vol, la star italienne s’est parfaitement intégrée dans le système MLS au point d’en devenir l’une des révélations de l’année (même si accoler révélation à Giovinco semble quelque peu saugrenu). Jouant parfaitement son rôle de star de l’équipe, la Formica atomica ne se contente pas d’exploser les compteurs du nombre de vue sur Youtube par des buts tous plus parfaits les uns que les autres, il porte à lui seul le TFC vers les sommets. Cinq buts et deux passes décisives lors des quatre derniers matchs, le génial meneur italien entraine avec lui Toronto qui enchaine les victoires, la plus importante sans doute restant celle de ce jeudi face aux Red Bulls. Face à la bande à Wright-Phillips et Kljestan, les hommes de Greg Vanney ont attendu le début de second acte pour ouvrir le score par Hercules Gómez (profitant d’une boulette de Zubar), lançant enfin une partie jusqu’ici marquée uniquement par l’exclusion d’Altidore alors sur le banc de touche et la blessure de Damien Perquis en toute fin de mi-temps. New York, solide leader de la conférence, cherchait alors à égaliser, pressant son adversaire jusqu’à l’entrée du meneur italien. Tout juste descendu de l’avion et entré sur le terrain, Giovinco s’en allait ridiculiser l’arrière garde des Red Bulls pour tuer le suspense. Et grâce à lui, Toronto découvrira pour la première fois de son histoire une série de play-offs MLS.

Reste à savoir à quel moment le TFC entrera en lice. Car derrière, le casting de la conférence Est semble scellé mais les positions loin d’être figées. C’est ici qu’intervient notre deuxième star, Didier Drogba. Fin août, la légende ivoirienne effectuait ses premiers pas en MLS avec l’Impact. Deux mois plus tard, après neuf matchs disputés (sans Frank Klopas débarqué quelques jours plus tard) et autant de buts inscrits, il a mené Montréal vers les play-offs. Il y aura eu un moment de doute lorsque les joueurs de Mauro Biello ont concédé deux défaites consécutives (à Orlando puis à New-York) mais le dernier succès obtenu sur la pelouse des Rapids sur un coup-franc de Drogba a tout du succès décisif, le dernier concurrent direct de l’Impact étant Orlando qui, malgré son réveil tardif (quatre victoires consécutives), se retrouve à quatre points quand il n’en reste que six en jeu. La dernière incertitude concerne donc la dernière place de qualifié direct pour les demi-finales de conférence, l’écart entre Toronto et Montréal n’étant que de quatre points, Columbus, cinquième ne comptant même que deux points de retard sur le TFC à l’heure de s’y déplacer ce samedi.

The West is the Best

Comme d’habitude, la conférence Ouest est celle des équipes qui prennent le plus de points, ses quatre premiers au classement occupant une place dans le top 5 de la MLS. Seulement, à la différence de l’Est, tout reste ouvert pour l’accession aux play-offs. Alors que les Timbers se préparent à se déplacer chez le second de la conférence, Los Angeles qui ne compte que quatre points d’avance sur eux, les hommes de Caleb Porter peuvent espérer se rapprocher et rêver d’une place en demie jusqu’au bout mais surtout doit regarder derrière, les Quakes n’étant qu’à trois petits points. L’autre équipe menacée pour cette dernière place de qualifié en play-offs est l’ennemi Seattle qui, même s’il ne perd plus depuis 2 mois, a vu sa dynamique ralentie par deux nuls face à LA et Houston.

Pour tout ce petit monde, la seconde place reste accessible pendant que Dallas semble filer tout droit vers les demies après sa victoire ce jeudi face à Vancouver. Les deux formations ont livré un superbe match, accumulant les opportunités sur les cages adverses, touchant du bois jusqu’à ce que le maître à jouer Mauro Díaz initie et offre à Barrios la balle du 1-0 à la demi-heure. L’ancien pibe de River perdait un premier duel sur penalty face à Ousted avant de se venger d’entrée de seconde période après une merveille de petit pont sur Kah et un slalom dans la surface des Whitecaps. A 2-0, le match était plié, Dallas compte désormais trois points d’avance sur LA à deux journées de la fin, 4 sur Vancouver troisième.

La seule menace pour les Texans n’est autre que le Sporting Kansas de Németh qui est à ce jour la seule équipes à 31 matchs (et donc dispose de trois matchs quand les autres, à l’exception de Vancouver qui a quasiment terminé sa phase régulière, n’en ont que deux) et qui peut, lui aussi revenir à trois points de Dallas en cas de succès Colorado en match de retard.

 

Les derniers résultats

Les classements

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé