. . .

Australie – A-league 2016 : Adelaïde et Perth brillent

  • Écrit par Antoine Blanchet-Quérin

Une semaine marathon en A-League finalisée par un triste « Blue Derby ». Perth Glory explose Newcastle, Ernie Merrick sonne la fin de saison pour Wellington alors qu’Adélaïde arrive en force.

Une mi-temps de trop pour les Roar

Adélaïde a le nouveau statut d’équipe à battre, sur les 10 derniers matchs, les Reds sont coleader avec Melbourne City, les deux clubs amassant 21 points possibles sur 30. Contre Brisbane, les joueurs d’Adélaïde n’ont pas relâché leur rythme et reviennent à auteur du wagon de tête (1-4). Dans un premier temps Adélaïde tirait la carte chance lorsque Corey Brown marquant malencontreusement contre son camp malgré une belle défense sur le centre de Craig Goodwin. Au niveau des statistiques Adélaïde n’était plus dans la possession (34.8% contre 65.2%) laissée à Brisbane mais palliait ce déficit par des actions offensives plus tranchantes, ce qui permettait à Bruce Djite par deux fois d’offrir l’avantage aux Reds après l’égalisation sur pénalty d’Henrique. Bruce Djite en profitait ainsi pour mettre fin à sa série de disette en face des buts depuis février 2015. En deux actions après le retour des vestiaires, Adélaïde avait refait son avance jusqu’à la dernière seconde du match où Marcelo Carrusca donnait le coup final d’une superbe frappe enroulée (94ème). Brisbane paye cher le départ de ses jeunes au Qatar, ce qui montre à quel point ces jeunes Olyroos sont importants dans le système concocté par John Aloisi depuis son arrivée.

 

Au bout du suspense, les Wanderers renouent avec la victoire

Durant la rencontre, le Président de Perth Glory, Peter Filopoulos tweetait : « Je suis le seul qui n'a pas acheté dans la hype, encore, un joueur qui sort de la retraite à 37 ans pour jouer dans notre A-League ». En effet, les 13'000 personnes présentes ce soir étaient surtout là pour la première de Luis Garcia avec le Central Coast Mariners. Entré en à l’heure de jeu, l’ancien joueur de Liverpool n’a pu glaner sa première victoire (1-2).  L’entame de match était à la normale, les Mariners subissaient. Verrouillant leur défense centrale ils laissaient les côtés libres et se contentaient de reprendre les centres de Vidosic, Castelen & Co., il a fallu attendre l’erreur de Storm Roux pour débloquer la situation. Une passe en retrait complètement ratée et Mark Bridge en profitait idéalement (11ème). Les rouges et noirs ne parvenant pas à trouver l’espace pour lancer Bridge dans le dos de la défense, ils utilisaient alors Castelen, qui usait de sa vivacité pour éliminer tour à tour les éléments défensifs de Central Coast. Voyant Vidosic peiner face à Roux/Poscoliero, le n°7 changeait son poste avec lui et apportait le danger de l’autre côté. Acculé en défense, Central Coast devait se contenter de contrer, comme face à Adélaïde : on lance Ferreira ou Austin et on cherche Fletcher en retrait. Une sauce inefficace ce soir avec la titularisation d’Aspropotamitis qui interceptait à tour de rôle ces contre-attaques. Le changement de Stella pour Garcia changea considérablement la donne, le milieu offensif donna en deux passes, deux occasions de but dont Fabio Ferreira concrétisa sur la seconde (67ème). Les changements offensifs optés par Tony Walmsley se sont montrés payant durant les minutes de repos des rouges et noirs. A l’affut d’une victoire Nick Montgomery plombait ces possibilités en se faisant expulser, une sortie prématurée sûrement à la cause du retour de Sydney. Santalab célébrait sa 100ème participation en  A-League (87ème) après un centre en retrait parfait de Kearyn Baccus.

 

Glory fait exploser les Jets

Réduit à 10, les Jets ont explosé devant Perth Glory. Les moins de 10'000 personnes présentes à l’Hunter Stadium ont enfin vu du spectacle dans leur stade, mais du mauvais côté (1-6). Ce sont pourtant les Jets qui célébraient le premier but lorsque Trifunovic sautait plus haut que tout le monde sur corner (13ème). Le 4-4-2 de Newcastle a ensuite volé en éclat, Perth a donné un élan de puissance en accentuant les centres et les face-à-face. Newcastle étant une équipe très inférieure en un contre un et défensivement faible, les individualités des joueurs de Perth ont été nettement récompensées. L’égalisation des Violets intervenait après un mauvais alignement défensif (24ème), le second but sur un face à face entre Diego Castro et Lachlan Jackson remporté par l’ailier de Perth. La défense de Newcastle a ensuite subi les erreurs de Nigel Boogaard qui commettait celle de trop avant la mi-temps lors de son expulsion et de Daniel Mullen qui offrait honteusement le troisième but à Perth juste après le repos. L’après-midi cauchemardesque des Jets aurait bien pu s’arrêter ici, mais Perth Glory était encore assoiffé et profitait de la forme d’Harold (54ème) et Grant (74ème) pour accentuer l’avance et porter le coup final par Diego Castro (88ème). Perth Glory prend les points là où il ne faut pas en laisser passer et pense de plus en plus à créer du jeu.

 

Que faire devant Melbourne City ?

Le français et ailier Harry Novillo, l’attaquant uruguayen Bruno Fornaroli et le milieu offensif australien Aaron Mooy. Trois éléments clés de cette saison qui enflamment les foules et offrent un superbe football pour la ligue. Pour leur adversaire, la recette est toute inverse et l’objectif est de les bloquer, c’est ce qu’avait préparé Ernie Merrick avec ses ‘Nix. Ces trois joueurs sont restés muets douze minutes (3-1). Dans un premier temps, c’est Michael Zullo qui traversait tout le groupe de Wellington et montrait le chemin (4ème) avant que l’uruguayen nous gâte de son intérieur du pied (12ème). Masqué sur le premier Glen Moss ne pouvait rien faire devant Harry Novillo qui reprenait à bout portant le centre parfait de Michael Zullo (31ème). Aaron Mooy était ensuite à l’origine du troisième but, un décalage astucieux pour Harry Novillo lui laissant le champ libre pour envoyer une mine à Glen Moss (49ème). Totalement muet, Wellington n’a respiré qu’une seule fois sur une nouvelle « Bonevacia Rocket ! » qui calmait l’infernal trio adverse. Un septième match sans victoire pour les néo-zélandais qui « sonne la fin de saison » pour leur entraîneur.

 

« Big Blue Derby »

Eternel derby australien, celui de ses deux villes et ces deux clubs. Un rappel de la finale de play-off 2015 où Melbourne Victory avait écrasé son adversaire 3-0. En réalité il en fut autre chose en cet Australia Day (jour de la fête nationale). A la suite des euphories de la veille avec le trio du second club de Melbourne les spectateurs présents ont assisté à une partie plus ronflante voire ennuyeuse (1-0). Sydney FC et son rideau de fer défensif a pourtant montré son efficacité, les réseaux sociaux fulminaient de voir un jeu ultra-défensif proposé par les Sky Blues et les Navys. Le spectacle n’était absolument pas au rendez-vous et les fronts offensifs ne se sont illustrés qu’à 8 reprises chacun devant les montants adverses. Un bien triste résultat pour ces 30'493 spectateurs ayant fait le déplacement à l’AAMI Park. La fin du match donnait plus d’engouement dans le jeu, sur une pénétration côté droit Jesse Makarounas trouvait le pied de Matt Jurman, détournant malencontreusement la balle au fond de ses propres filets. La victoire de Melbourne Victory relance complètement le haut de tableau.

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Western Sydney Wanderers 18 10 4 4 34 30 20 10
2 Brisbane Roar 18 10 4 4 34 30 21 9
3 Melbourne City FC 18 8 4 6 28 44 33 11
4 Melbourne Victory 18 8 4 6 28 28 22 6
5 Sydney FC 18 7 7 4 28 24 19 5
6 Adelaïde United 18 7 6 5 27 26 23 3
7 Perth Glory 18 6 4 8 22 27 28 -1
8 Newcastle Jets 18 5 4 9 19 15 27 -12
9 Wellington Phoenix 18 4 4 10 16 20 32 -12
10 Central Coast Mariners 18 3 3 12 12 23 42 -19

A propos de l'auteur
Antoine Blanchet-Quérin
Author: Antoine Blanchet-Quérin
Reporter du football australien (Socceroos, A-League, FFA Cup, NPL) en France pour Lucarne Opposée.

  • Aucun commentaire trouvé