. . .

Chili – Clausura 2016 : quelques ratés au démarrage

  • Écrit par Nicolas Cougot

Le Clausura chilien est lancé et, à l’image des secousses qui agitent les coulisses, la première journée aura vu les grands du pays ne pas réussir à partir du bon pied.

33 693 spectateurs en cumulé avec, pour record, le petit millier présent à Huachipato – Universidad de Concepción et Palestino – Audax Italiano. S’il est un détail qui fâche en cette ouverture du Clausura 2016, c’est bien la désertion des tribunes par les amateurs de football. Faut-il y voir un effet FIFAGate et conséquences sur une fédération et une sélection en pleine tourmente, une conséquence des décisions de réduction du nombre de billets mis en vente (par exemple seuls 6 000 billets mis en vente pour Antofagasta – U de Chile et la hausse des prix ou simplement le fait que le tournoi qui reprend en pleine période de vacances ? La question reste ouverte mais tout aussi préoccupante après que les huit rencontres du week-end n’ont pas réussi à remplir un Estadio Nacional. Pourtant sur le terrain, comme à son habitude, le tournoi chilien a offert quelques jolis moments.

Palestino reste Palestino

A commencer par le dernier match de la journée opposant le Palestino post-Guede à l’ambitieux Audax Italiano de Jorge Pellicer dont la rumeur de son intérim à la tête de la Roja ne cesse de prendre de l’ampleur après le départ officiel de Sampaoli (lire Sampa - ANFP : accord trouvé). Le Clásico de Colonias s’annonçait intéressant et a tenu ses promesses, les deux équipes proposant du jeu. Car on peut perdre un Pablo Guede sans pour autant perdre son identité. Le Palestino version Nicolás Córdova entrevu à La Cisterna en est la preuve. Une fluidité collective rare, à l’image des deux merveilles de construction que furent les deux buts des Árabes, une capacité à générer du danger quasi-constante, les multiples occasions et surtout la vitesse de projection des joueurs en phase offensive en témoignant, et toujours une prise de risque maximale, laissant parfois des espaces béants derrière comme sur le but des Itálicos ou sur les situations chaudes que furent le but injustement refusé à Valdès ou l’énorme occasion pour Rodrigo Tello en fin de rencontre, rien n’a véritablement changé du côté de Palestino. Qu’importe les défauts de ce Tino, les promesses entrevues pour son début de Clausura sont intéressante, elles demanderont désormais à être confirmées.

Retard à l’allumage

Les promesses étaient immenses également du côté de l’Universidad de Chile après la nomination de Sebastián Beccacece qui avait fait tant planer l’ombrer de la U de Sampa dont il était l’assistant à l’époque dorée de la Sudamericana (lire Copa Sudamericana : sans bavUre - Lucarne Opposée). Reste qu’après le déplacement du week-end aux portes du Pérou à Antofagasta, le chantier reste encore important. Les premières minutes étaient azules, les perforations des Sebastián Ubilla et autre Leonardo Valencia, le pressing intensif et les ambitions offensives fonctionnant parfaitement. Mais, au fil des minutes, la belle mécanique universitaire s’étiolait, les Pumas commençaient à se montrer dangereux, notamment grâce à Hugo Droguett. L’ancien d’O’Higgins servait Muriel Orlando qui ouvrait le score contre le court du jeu. Loin d’être assommés, les azules reprenaient leur domination mais se montraient finalement trop peu dangereux pour espérer revenir rapidement au score. Les minutes défilant, la U semblait sans solution et allait s’en remettre à l’inévitable Gustavo Canales qui, entré à l’heure de jeu, servait Cristián Suárez dont la tête trompait Dituro. La U ouvre sa campagne 2016 par un nul mais devra montrer davantage pour espérer retrouver la gloire.

La gloire avait été volée à Colo-Colo lors de son 40e titre de décembre dernier (lire Chili – Apertura 2015 : Colo-Colo champion, Palestino et Católica pour la Sudamericana). Après avoir ainsi organisé une cérémonie de remise du trophée – à laquelle l’absence d’Humberto Suazo a été vivement critiquée par les hinchas, el Popular initiait sa campagne face à la dangereuse Unión Española. La dangerosité des Hispanos se vérifiait au cours d’un premier acte que les hommes de Vergara dominant la rencontre avec un Carlos Salom intenable qui se créait une multitude d’occasions de but. Mais les Hispanos ne parvenaient à ouvrir le score, Salom trouvant la barre à deux reprises, et allaient se faire piéger en début de seconde période, Martín Rodríguez ouvrant le score sur un but quelque peu à l’arraché. Vergara lançait alors Diego Churín, la domination des rouges reprenait et l’argentin égalisait. Le score n’évoluait plus, Colo-Colo grandement sauvé par un énorme Justo Villar. Le champion sauve un nul miraculeux et aura lui aussi bien du travail pour espérer mieux dans ce Clausura.

Le travail est tout aussi important pour la Católica. Pourtant, face à Iquique, les Cruzados débutaient leur rencontre tels qu’on les attendait. Offensifs avec un Jeisson Vargas et un Diego Rojas très présents, la Católica semblait capable de contrôler son adversaire du soir et d’imposer son jeu. Malheureusement pour eux, les Cruzados sont trop prévisibles dans le jeu. Et Iquique, intelligent, allait laisser passer l’orage avant de poser le pied sur le ballon et ainsi générer du danger, Bustamante manquant une belle opportunité en fin de premier. Au retour des vestiaires, si Fuenzalida célébrait son retour, les Dragones Celeste frappaient les premiers par celui qui restera l’homme du match, Manuel Villalobos. Assommé les Cruzados allaient pourtant réagir et offrir une fin de match des plus animés, ses deux revenants, Castillo et Fuenzalida marquant tour à tour, le premier sur un penalty peu évident. Mais une fois encore, le manque de régularité de la UC sur un match s’avérait fatal, Villalobos ramenait Iquique dans les derniers instants (sur un penalty tout aussi généreux) pour sauver un nul tout de même mérité. Une fois encore, les hinchas de la Católica pouvaient pester, leur équipe concède encore bêtement des points à domicile.

Huachipato, Wanderers et O’Higgins premiers gagnants

Ailleurs, trois équipes ont réussi leur départ. En ouverture de la journée, O’Higgins n’a fait qu’une bouchée du petit La Calera avec notamment un duo Lezcano – Calandria toujours aussi efficace. Dans la foulée, les Wanderers sauce Arias peuvent toujours pleurer la malédiction dont souffre David Pizarro, une fois encore éloigné des terrains, ils ont rapidement été consolés par les leurs vainqueurs à San Marcos. Enfin, la palme de l’entrée réussie est pour les Acereros de Miguel Ponce qui, pourtant en infériorité pendant 30 minutes, ont fait exploser Concepción, l’un des prétendants au titre.

Les buts

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Résultats

 

Classement

 

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 O'Higgins 14 8 4 2 28 27 22 5
2 Universidad Católica 14 8 2 4 26 31 24 7
3 Colo Colo 14 7 4 3 25 17 10 7
4 Santiago Wanderers 14 6 5 3 23 30 24 6
5 Palestino 14 5 7 2 22 21 16 5
6 Universidad de Concepción 14 7 1 6 22 20 23 -3
7 Antofagasta 15 6 3 6 21 22 17 5
8 Universidad de Chile 14 3 7 4 16 27 21 6
9 Deportes Iquique 14 3 7 4 16 19 20 -1
10 Huachipato 14 3 7 4 16 22 25 -3
11 Audax Italiano 13 3 6 4 15 15 17 -2
12 San Luis 14 3 6 5 15 21 24 -3
13 Unión Española 14 2 8 4 14 19 23 -4
14 Cobresal 14 3 4 7 13 13 20 -7
15 San Marcos 14 2 6 6 12 8 14 -6
16 Unión La Calera 14 2 5 7 11 14 26 -12

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé