. . .

Tunisie-Gabon : Déséquilibre forcé au milieu

  • Écrit par Farouk Abdou

Aucun milieu récupérateur de métier dans une liste pour un match international. Du fait des blessures, des cas individuels controversés, et d’un concours de circonstances défavorable, le sélectionneur de la Tunisie Henryk Kasperczak a donc mêlé innovation et bricolage.

Cette rencontre contre le Gabon était déjà bancale du fait des échéances annexes (qualifications du CHAN, préparation de la CAN U23, le derby EST-CA la semaine prochaine), il sera difficile d’en tirer des enseignements, à moins que l’un des débutants ne crève l’écran.

2 milieux défensifs uniquement, zéro sélection à eux deux !

Un rapide coup d’œil aux milieux de terrain appelés par le technicien polonais peut susciter des réactions diverses, allant du sourcil froncé aux exclamations un peu plus salées (les tunisiens étant plus coutumiers de la seconde option). On pense avoir mal lu, puis on consent à une revue d’effectif.

Que ce soit à Sfax, en équipe nationale ou le peu qu’il a joué à Metz jusqu’à présent, Sassi a le profil d’un relayeur. Un joueur parfaitement indiqué pour jouer à côté d’un milieu défensif, et donner de bons ballons vers l’avant. Mais il n’a pas le profil d’un 6. Hamza Lahmar est une sorte de meneur reculé qui pourrait apporter surtout sur les coups de pieds arrêtés.

A cela on ajoute un ailier pur (Khazri) deux offensifs pouvant évoluer sur une aile ou dans l’axe (Camus et Moncer) et un autre axial moins meneur mais plus feu follet, Youssef Msakni.

Sur les 8 milieux appelés, il n’y a donc que deux défensifs. Yassine Meriah (CSS) et Mehdi Ouedherfi (CA). Zéro sélection à eux deux. Respectivement 22 et 20 ans, qui à eux deux n’ont même pas 50 matchs de championnat à leur actif (37 pour Meriah, 6 pour Ouedherfi). L’un a joué deux saisons dans le ventre-mou avec Métlaoui, et une demi-saison dans un CSS très affaibli, l’autre découvre à peine le monde merveilleux de la titularisation en pro.

Et les voilà propulsés dans l’arène d’un match international, avec la perspective d’être alignés d’entrée (à moins que Kasperczak n’innove avec un schéma révolutionnaire sans récupérateur en 4-0-6) sans avoir disputé un seul match couperet -ou au moins avec une intensité significative- dans leur carrière. Sans personne pour les encadrer.

On ne sait pas trop si le match contre le Gabon compte pour du beurre. Mais est-ce qu’il existe une autre sélection au monde qui se pointe à un match international avec aucun milieu défensif ayant un tant soit peu de vécu (au moins une sélection) ? Cherchez donc, je vous mets au défi d’en trouver une autre.

Manque d’options de rechange

Une fois la liste lue et l’éventail de réactions épuisé, une rapide réflexion permet de constater que Kasperczak n’avait pas énormément de choix, face à une hécatombe comme on n’en fait plus au poste de pivot.

L’un des cadres de la sélection, Houcine Ragued, a été écarté par la Fédération, qui n’a visiblement pas apprécié que le joueur de l’EST réclame au nom de ses coéquipiers les primes des matchs internationaux précédents. Jamel Saihi, de nouveau blessé, est sur le flanc pour quelques mois.

Nater, en conflit avec le CA, n’a pas encore joué cette saison et ne va reprendre les entraînements qu’à la fin de cette semaine. Aymen Ben Amor (ESS) blessé en championnat, est toujours en convalescence. Chaalali (EST) et Ghandri (CA) qui sortent d’une saison pleine en championnat et auraient pu constituer des solutions viables, sont en stage au Maroc avec les U23.

Au final, si on excepte la «  surprise » des listes précédentes Mohamed Methnani (qui évolue au Qatar) voire Aymen Trabelsi (ESS) si on va chercher vraiment loin chez les novices, Kasperczak n’avait pas d’autre spécialiste sous la main. Il parait peu probable qu’un tel concours de circonstances se reproduise à l’avenir, mais jamais la Tunisie n’a été autant dépeuplée à un tel poste. Une chance pour Meriah et Ouedherfi, qui se voient offrir une occasion unique de se distinguer.

A propos de l'auteur
Farouk Abdou
Author: Farouk Abdou
Actuellement à E-management, passé par Echosciences Grenoble, Le Dauphiné Libéré, Sport Translations et Tunisie foot, Africain volant pour Lucarne Opposee

  • Aucun commentaire trouvé