. . .

MLS 2015 : Seattle dompte LA, Montréal irrésistible

  • Écrit par Nicolas Cougot

Premier tour des play-offs de la MLS à haute tension. Entre une conférence Ouest qui prend des allures de Cascadia Cup et un Montréal irrésistible, les émotions auront été fortes. Place désormais aux demi-finales de conférence.

Montréal intouchable, DC au milieu des polémiques

Le duel Giovinco – Drogba allait ainsi ouvrir la deuxième et dernière session de ce premier tour de play-offs et générait énormément d’attente. Le souci, c’est qu’il n’a pas eu lieu. Car l’Impact a donné une telle leçon aux TFC qu’il n’y a pas eu de match. Car lorsque le trio Bernier – Piatti – Drogba joue à un tel niveau, il est impossible de résister. L’Impact choisissait une cible privilégiée, le côté droit de la défense des Reds pour frapper là où ça faisait mal. Nacho Piatti servait Bernier pour le 1-0, s’offrait le deuxième but alors que l’inévitable Didier Drogba, seul sur ce côté marquait le troisième. En une mi-temps, Montréal avait tué le match. Giovinco avait beau se procurer les deux seules occasions des Reds dans la partie, la plus belle sur coup-franc, le match était totalement contrôlé par un Impact facile qui remporte ainsi son tout premier match de play-offs de son histoire et s’en ira défier le Crew en demi-finale.

L’autre demi-finale de l’Est débutait par une merveille, le retourné d’Agudelo qui ouvrait rapidement le score pour les visiteurs, New England au RFK Stadium de DC. Au plus mal alors, les Red and Black allaient pourtant revenir en toute fin de mi-temps sur une tête de Pontius. Le match avait basculé. Car en seconde période, les locaux dominaient la rencontre et se voyaient même accordé un penalty par l’ami du peuple panaméen, Mark Geiger. Mais Rolfe trouvait le poteau et laissait le suspense entier pour le dernier quart d’heure. Il prenait sa revanche quelques minutes plus tard pour donner l’avantage aux siens. Avantage décisif car en toute fin de partie, Hamid sauvait DC et Geiger ne voyait pas le penalty évident pour une main de Sean Franklin. Le controversé arbitre qui ne semble pas aimer le rouge en sortait pourtant un à Jermaine Jones qui pétait une durite, dernier instant d’une rencontre serrée et tendue qui envoie DC à l’assaut des Red Bulls.

 

Les démons des Sounders, l’âme des Timbers

Au moment de retrouver le Galaxy, Seattle savait qu’il allait devoir vaincre ses démons. Sigi Schmid l’avait annoncé, quoi qu’il arrive, pour être champion MLS, il faut toujours battre Los Angeles. Jamais les Sounders n’avaient réussi cette performance jusqu’ici en play-offs et même si Los Angeles présentait un bilan à l’extérieur des plus négatifs, le spectre de passé planait sur le CenturyLink Field au coup d’envoi. Seattle débutait le match de la meilleure des manières. Cinq minutes de jeu et Dempsey profitait d’un ballon relâché par Ricketts pour ouvrir la marque. Mais à peine le peuple émeraude célébrait que Lletget, oublié par la défense, égalisait. Les vieux démons, encore et toujours. Le début de match était fou. Un amour de coup-franc d’Ivanschitz était prolongé par Nelson Valdez, Seattle reprenait les devants. Malheureusement pour les Sounders, le premier acte était dominé (en termes de frappes) par Los Angeles et Zardes ramenait une fois encore le Galaxy au score moins de 10 minutes plus tard. Le duel à haute intensité se poursuivait ainsi jusqu’en seconde période, Seattle se procurait la plus belle situation sur une tête de Dempsey sortie par Ricketts et prenait clairement le contrôle de la partie. Il faudra attendre l’entrée du dernier quart d’heure pour que les Sounders viennent débloquer la partie sur une merveille de volée du gauche de Friberg. 3-2, cette fois-ci, les hommes de Schmid s’accrochaient à leur maigre avance. Poussés par les plus de 35 000 spectateurs, ils allaient vaincre leurs démons et faire tomber le Galaxy. Reste qu’il faudra désormais passer l’obstacle Dallas pour confirmer les propos d’avant-match de leur coach.

L’autre premier tour de la conférence opposait un autre membre de la Cascadia cup à un ancien champion. Soutenu par le Timbers Army, Portland se frottait au redoutable Sporting Kansas. Le premier acte était haché, sorte de duel physique et psychologique lancé par les deux équipes. Au bilan, on avait vu plus de fautes que de véritables occasions et on attendait alors la seconde période pour espérer voir du jeu. On voyait surtout l’ouverture du score de Rodney Wallace qui profitait d’une action quelque peu confuse pour tromper Melia. Puis plus grand-chose jusqu’à la toute fin de match et une tête de Kevin Ellis qui allait nous offrir une prolongation. On pensait alors que le vent avait tourné, d’autant que Németh donnait l’avantage au Sporting d’entrée de prolongation d’une merveille de frappe enroulée dans la lucarne opposée (ça ne s’invente pas). Mais Caleb Porter n’aura de cesse de le rappeler, le rôle de la Timbers Army fut tel que Portland pouvait tout renverser. Asprilla mettait un ballon dans les six mètres, Urruti surgissait, les Timbers arrachaient une séance de tirs au but. Elle allait être épique. Du double poteau improbable de Saad Abdul-Salaam qui aurait pu donner la victoire au Sporting au duel final entre les deux gardiens, les 22 joueurs participaient à cette séance qui envoyait Portland pour une demi-finale aux airs de Cascadia Cup face à Vancouver.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé