. . .

Uruguay – Apertura 2015 : de l’importance du Money Time

  • Écrit par Jérôme Lecigne

Nacional gagne à la dernière minute contre le River de Carrasco, Peñarol encaisse le but du match nul à la 94ème. Les deux grands ont connu des fortunes diverses lors de la deuxième journée du championnat, mais ces dernières minutes pourront avoir leur importance à l’heure de faire les comptes.

Nacional 2 – 1 River Plate

Le Gran Parque Central a vibré hier soir lors de l’un des plus beaux matchs uruguayens des derniers mois. Le Nacional venait d’assurer sa qualification en Copa Sudamericana mercredi (voir Sudamericana 2015 : premier tour sans surprise). River se devait de montrer autre chose que contre Fénix le week-end dernier. Ce match marquait le retour de JR Carrasco dans ce stade qu’il affectionne tant, lui qui a passé les meilleures années de sa carrière de joueur au Nacional.

JR Carrasco, saison automne hiver 2015

Le coach de River a décidé de faire 5 changements par rapport au onze aligné contre Fénix avec notamment la titularisation d’entrée de Santiago « El Morro » Garcia. Du côté du Nacional, pas de changement à part le retour de Jorge Fucile en défense. Dès le début du match, River Plate a réussi à mettre en place un jeu très dynamique, tout en triangulation comme l’aime son entraîneur. Nacional a laissé beaucoup d’espace, étant assez peu agressif au milieu de terrain, et cela a aidé River à mettre en place son jeu, contrairement à Fénix la semaine précédente qui avait fermé le jeu pour jouer en contre. Chaque équipe a eu des occasions, et le Nacional aurait même pu marquer plus tôt mais l’arbitre n’a pas toujours pris les bonnes décisions. Côté River, ce sont les deux attaquants latéraux qui n’ont pas toujours fait les bons choix en première période. River va malgré tout prendre l’avantage à la 23ème minute, sur un magnifique ciseau au six mètres de Garcia sur un centre d’Alaniz. A noter que c’est déjà son deuxième but et que Garcia fait du bien à River par sa présence en attaque. Il n’a pas célébré son but puisqu’il est formé au Nacional et qu’il y a passé déjà quelques années.

1 à 0 pour River à la mi-temps, mais le match est très vivant et les deux équipes jouent pour marquer. Rapidement, Munúa effectue deux changements faisant rentrer Amaral et Barbaro. Cela a changé complétement l’équipe puisque Barcia et Gonzalez ont dû descendre d’un cran pour laisser la place à Amaral en milieu offensif. Cela aurait pu être risqué si River Plate avait pu continuer comme en première mi-temps. Mais rapidement, les darseneros de River n’ont plus pu suivre le rythme du Nacional et ce sont contentés de défendre. A dix minutes de la fin du match, Amaral égalise de la tête sur un magnifique centre de De Pena. Le gardien s’était avancé et se fait surprendre au deuxième poteau, au six mètres. A la toute fin de match, 88ème minute, Romero récupère un ballon à l’entrée de la surface, mal relancé par le gardien de River, et place une frappe molle mais suffisante pour prendre l’avantage. Le Gran Parque Central peut exploser en cette soirée hivernale.

Coté River Plate, c’est malgré tout un bon match référence, le milieu a réussi à construire le jeu et à écarter vers Alaniz et Rosso. Ces derniers n’ont pas toujours été à la hauteur. El Morro Garcia a été bon tout le match, pesant sur la défense. Gaston Oliveira, le gardien de River, a été bon pendant une heure, mais est responsable sur les deux buts.

Coté Nacional, Nacho Gonzalez et Ivan Alonso, les deux piliers offensifs, n’ont pas été très bons. Alonso a même été très nerveux envers l’arbitre. Les bonnes notes sont à donnés à Amaral, jeune attaquant qui a changé le match en remplaçant Gonzalez au milieu de terrain. De Pena encore été très bon sur son côté gauche.

Joueur du match : Amaral, pour avoir changé le match en milieu offensif.

Danubio 3 – Cerro 1

Jardines, dans le froid de l’hiver austral

Danubio affronte en ce dimanche après-midi le Cerro. Le club de la Franja (Danubio) vient de se faire éliminer par l’Universidad Católica du Chili. Ce n’est pas une première, je n’ai pas la statistique officielle mais le Danubio ne passe jamais le premier tour de la Sudamericana même en se qualifiant très souvent. En face, le Cerro devait se remettre du 3-0 pris contre le Peñarol lors de la première journée. Dès le début du match, le Danubio a pris les devants ayant deux occasions dans les deux premières minutes, dont une similaire au but du Bayern dès la onzième seconde. Il aura finalement fallu attendre la 28ème minute pour les voir concrétiser la domination sur un but de la tête de Juan Manuel Olivera suite à un centre de Barretto. Rapidement, Olivera double la mise sur un caviar de centre de Gaston Faber qui délivre la balle tel un colis chronopost au six mètres. L’organisation offensive du Danubio a très bien fonctionné avec trois ou quatre joueurs très techniques au milieu dont un Barretto très en jambe qui ont constamment cherché Juan Manuel Olivera de la tête ou en remise. Même le troisième but marqué sur penalty par Olivera trouve son origine sur une remise dans la surface vers Barretto. A noter que cette organisation trouve ces bases dans une défense à trois, avec notamment Formiliano au milieu de cette défense, qui relance de façon très propre et toujours juste. Formiliano est annoncé à l’Udinese, mais on en entendra parler en Europe très prochainement car c’est vraiment un très bon défenseur. 

Coté Cerro, Felipe Klein réduira la marque en deuxième période sur un ballon cafouillé dans la surface. Sinon, le vide. L’attaque, composé de Silveira et Boghossian est d’une pauvreté technique rare dans le championnat uruguayen. La défense s’est aussi fait prendre trop facilement sur les centres. Le maintien va être dur pour l’équipe de la Villa, très dur.

Joueur du match : Avec un triplé, Olivera devrait être un choix logique, mais il a surtout bénéficié du jeu au milieu de son équipe. Donc plutôt Barretto.

Peñarol 2 – 2 El Tanque Sisley

Les nouveaux hinchas de Peñarol

Premier des deux matchs à huis clos pour Peñarol, délocalisé pour l’occasion au Viera, stade habituel des Wanderers. Le Peñarol joue avec la même équipe que celle aligné une semaine auparavant contre Cerro. Et rapidement, Forlán a eu l’occasion d’ouvrir la marque sur deux un contre un, mais il a manqué les deux. Le premier but vient malgré tout de lui, sur une magnifique transversale vers Zalayetta qui passe à Ifrán sur un amorti de la poitrine. Reprise de volée d’Ifrán et magnifique but. C’est la seule occasion que Peñarol convertira en première mi-temps. Aucun des attaquants n’arrivera à convertir un deuxième but pour mettre l’équipe carbonero à l’abri. La faute aux attaquants mais aussi au milieu de terrain ou Nández et Valverde n’ont pas suffisamment fait le travail. On  peut d’ailleurs s’interroger sur la titularisation depuis deux matchs de Valverde. Certes, il a 17 ans. Certes, il est sur les tablettes du Real Madrid… Mais il n’est pas bon et perd un nombre incroyable de ballon. Si le Peñarol cherche à le mettre en avant pour le vendre, ces titularisations le desservent plus qu’autre chose.

Et ce qui devait arriver, arriva. Malgré un bon match encore de Gurruceaga, Peñarol se fait rejoindre au score sur un corner, une belle tête d’Aguirre. 1-1, tout est à refaire. Les carboneros se réveilleront bien, sur un bon centre d’Aguirregaray, Forlán redonne l’avantage d’un plat du pied au deuxième poteau. A noter le très bon centre, et le premier but officiel de Diego Forlán sous ses nouvelles couleurs. Au vu du match et avec les occasions qu’a eu Peñarol, le score aurait dû en rester. Albarracin a d’ailleurs eu l’occasion de marquer un troisième mais il se manque suite à l’intervention du défenseur d’El Tanque. Et à la 94ème, alors que le match est sur le point de se terminer, Diogo Silvestre commet une faute incompréhensible sur Callorda, sur une course opposée au but. Gol de Galli, fin du match, 2 à 2. Dans une ambiance étrange comme toujours dans un stade vide, le Peñarol n’a pas su convertir ses occasions, n’a pas su accélérer pour aggraver le score, et s’est donc exposé à un retour.

Côté Peñarol, Forlán a été bon, très juste techniquement évidemment, même s’il manque parfois un peu de rythme. Idem pour Zalayetta. Nández a été moins bon, et Valverde a été transparent au milieu. Diogo est coupable sur le penalty, avec une faute d’une bêtise incroyable pour un joueur professionnel. Côté El Tanque Sisley, ils ont su parfaitement joué « en réaction » à ce que faisait Peñarol. Les latéraux, notamment Zunino, ont su monté au bon moment pour mettre en difficulté l’adversaire. En pointe, Callorda a été très actif et a obtenu le penalty du nul. A noter qu’El Tanque a eu beaucoup de mal avant le début de la saison car le club a de grandes difficultés financières. Le nul est donc une victoire pour eux.

Joueur du match : les commentateurs ont élu Forlán avant l’égalisation d’El Tanque. Cela a donné une interview étrange ou Forlán reçoit le prix comme Messi le ballon d’or d’une coupe du monde. Au vu du score final, Aguirre ou Zunino, du côté du Tanque, ont fait un très bon match.

Ailleurs

Villa Teresa  2 – 3 Wanderers : Le Wanderers a dominé les petits nouveaux pour le retour du football au Nasazzi. La saison va être longue pour Villa Teresa, 7 buts en deux matchs de première division.

Racing 0 – 2 Defensor : Premier match et première victoire Violeta du championnat. Le club est également qualifié en Sudamericana. DefensorPeñarol à venir lors de la prochaine journée.

Sud America 1 – 1 Fénix : A San José, Fénix a bien joué, a touché plusieurs fois la barre, mais a concédé le premier but sur une bonne frappe de Luna avant que Cavallini n’égalise de la tête. Deuxième but de Cavallini cette saison.

Liverpool 1 – 2 Plaza Colonia : Match important pour le maintien entre deux équipes promu. Victoire surprise des Colonienses.

Juventud – Rentistas : Reporté pour cause de Sudamericana pour les joueurs de Les Piedras.

Pour le reste

-          Le flou demeure concernant la deuxième division. Seuls 7 clubs sont en règle financièrement et l’AUF ne souhaite pas commencer le championnat ainsi. Un compromis aurait été trouvé pour que le championnat soit divisé en deux parties, avec une sorte d’Apertura avec les 7 clubs en règle, avec une place pour accéder en première division, et un Clausura reprenant tous les clubs, avec deux places pour accéder à la première division. Une situation complexe car la question de la viabilité d’une deuxième division pro en Uruguay demeure.

-          Trois clubs uruguayens se sont qualifiés pour le prochain tour de la Sudamericana. Nouveau record, avec notamment les petits nouveaux de la Juventud héroïque en Bolivie. A venir, le retour de Pelusso au Gran Parque Central (voir Sudamericana 2015 : premier tour sans surprise).

Les buts

 

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Nacional 2 2 0 0 6 6 2 4
2 Danubio 2 2 0 0 6 5 1 4
3 Peñarol 2 1 1 0 4 5 2 3
4 Montevideo Wanderers 2 1 1 0 4 4 3 1
5 Fénix 2 1 1 0 4 3 2 1
6 Defensor Sporting 1 1 0 0 3 2 0 2
7 Rentistas 1 1 0 0 3 2 1 1
8 Plaza Colonia 2 1 0 1 3 3 3 0
9 Racing (Uru) 2 1 0 1 3 3 4 -1
10 Sud América 1 0 1 0 1 1 1 0
11 El Tanque Sisley 2 0 1 1 1 4 5 -1
12 Liverpool 2 0 1 1 1 2 3 -1
13 Juventud 1 0 0 1 0 0 2 -2
14 River Plate (Uru) 2 0 0 2 0 2 4 -2
15 Villa Teresa 2 0 0 2 0 3 7 -4
16 Cerro 2 0 0 2 0 1 6 -5

A propos de l'auteur
Jérôme Lecigne
Author: Jérôme Lecigne
Spécialiste du football uruguayen, Suisse de l'Amérique du Sud, Patrie des poètes Jules Supervielle, Juan Carlos Onetti et Alvaro Recoba

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé