. . .

Liga Sudamericana de Clubes de Fútbol est née

  • Écrit par Nicolas Cougot

Les grandes équipes du continent qui participeront à la Copa Libertadores 2016 ont annoncé ce mardi la création de la Liga Sudamericana de Clubes de Fútbol. L’objectif est simple : former une coalition qui pèse sur la CONMEBOL et récupérer plus de droits télé.

Peñarol, Nacional, River Plate (uruguay), Boca Juniors, San Lorenzo, Racing, River, Universidad de Chile, Colo Colo, Universidad Católica, Olimpia, Cerro Porteño, Liga de Quito, Sporting Cristal et Melgar, ils sont donc 15 membres à l’origine de cette nouvelle organisation qui s’est formée mardi à Montevideo. Ouverte à toute institution sportive du continent, la Liga Sudamericana de Clubs de Fútbol n’a qu’un objectif : peser dans les décisions économiques de la CONMEBOL et surtout réclamer plus d’argents pour les clubs et plus de transparence au niveau de la gestion.

« L’objectif final est de protéger le football et plus que tout, l’image du football sud-américain au monde entier » a ainsi indiqué Matías Lammens, président de San Lorenzo, en conférence de presse suivant la réunion organisée par Juan Pedro Damiani, président de Peñarol.

Les clubs veulent ainsi compter dans les prises de décisions économiques par la nomination d’un représentant de cette nouvelle Ligue au Comité Exécutif de la CONMEBOL. « C’est un grand pas que nous faisons aujourd’hui, à court terme, les clubs pourront participer aux négociations – tant au niveau des droits d’images qu’au niveau des choix des partenaires – au Comité Exécutif de la CONMEBOL » a ainsi expliqué le président de Boca, Daniel Angelici.

Les clubs ont ainsi signé un document commun qui demande au président de la CONMEBOL, Wilmar Valdez, la convocation d’un Comité Exécutif Extraordinaire pour un caractère « grave et urgent » la semaine prochaine afin de transmettre une série de « revendications légitimes » de la nouvelle ligue.

Parmi ces revendications, les clubs demandent « une augmentation des primes données aux clubs qui participent à l’édition 2016 de la Libertadores et à tous les tournois internationaux » et surtout que les droits télés sont désormais gérés directement par les clubs une semaine avant chaque rencontre. De plus, les clubs demandent mettre fin à la taxe de 10% sur les ventes de billet que chaque club doit verser à la CONMEBOL à chaque rencontre. Si Daniel Angelici préfère évoquer une volonté de transparence, on comprend rapidement que cette affaire est avant tout une histoire de gros sous. Elle est aussi la preuve que lorsqu'il s'agit de trouver une cause commune, les plus grands rivaux du continent peuvent devenir amis.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé