. . .

Mexique – Clausura 2016 : León et Monterrey s’échappent, América et Chivas doutent

  • Écrit par Nicolas Cougot

Troisième journée du Clausura. León et les Rayados confirment leurs ambitions, Tigres impressionne mais se laisse piéger, pendant que les autres favoris piétinent. Parmi eux, le duo América – Chivas commence déjà à inquiéter.

León – Rayados, trois sur trois

Au menu de la troisième journée, les deux leaders passaient un test des plus sérieux, celui d’affronter un éternel ambitieux qui rate ses débuts de tournoi. Au Nou Camp, la Fiera de Pizzi accueillait ainsi Cruz Azul qui sortait d’un bon match face à Chivas qui avait pour seul défaut de ne pas avoir payé en termes de résultat. Et une fois encore, la Máquina a montré de belles choses. Bien organisée, combinant parfaitement, la bande à Tomás Boy ouvrait le score suite à une lourde reprise d’Ariel Rojas repoussée par William Yarbrough sur Fabio Santos. Voyant sa Fiera bloquée, Pizzi tentait d’inverser la tendance en lançant rapidement Maxi Moralez avec la ferme intention de générer des espaces. Il faudra cependant attendre le second acte pour que cela porte ses fruits, pour que León se montre véritablement dangereux et s’en voit récompensé par un doublé de Fernando Navarro, l’hyper-offensif latéral droit s’offrant un premier but de la tête avant d’aller voler une horrible passe en retrait de Fabio Santos pour le 2-1. Ce retournement de situation relançait le match, Cruz Azul n’ayant pas abdiqué. Rojas égalisait dans la minute, le match s’enflammait, la Máquina se procurant de belles situations de reprendre les devants avec notamment el Cata Domínguez dans le rôle du malchanceux de service, sa tête étant sauvée sur la ligne par Cuevas puis sa demi-volée faisant trembler la barre d’un Yarbrough qui sauvait ensuite les siens dans la continuité de l’action face à Guerrón. Malheureusement pour Cruz Azul, entre temps, Germán Cano s’était offert le but de 3-2, celui qui offre 9 points en autant de match au leader du tournoi, celui qui laisse bien des regrets dans le camp azul.

Reste que León n’est pas seul devant, il reste accompagné par les Rayados. Chez eux, les hommes d’el Turco Mohamed accueillaient l’ambitieux Atlas qui cherchait à se remettre de la leçon prise la semaine passée face à América. Principal souci pour les Zorros, la bande à Cardona est redoutable. Après une entame match à l’avantage des Rayados, le seul véritable danger venant des pieds du colombien, Monterrey ouvrait le score sur une action 100% River Plate, Rogelio Funes Mori s’amusant côté gauche avant de centrer sur la tête de Carlos Sánchez. Après avoir fait le plus dur, les Rayados continuaient de se procurer quelques situations,  notamment par le duo Funes Mori – Cardona et allaient se contenter de gérer en seconde période en monopolisant le ballon. Face à eux, les hommes de Costas allaient pourtant avoir leurs chances, Arizala et Bergessio manquant deux énormes opportunités d’égalisation mais le score n’allait plus évoluer, Monterrey reste ainsi au contact de la Fiera.

América et Chivas n’avancent pas

Derrière le duo, deux équipes qui font leur retour au premier rôle : Pachuca et Santos Laguna. Sous la conduite de Luis Zubeldia, venu pour redorer le blason du vainqueur du dernier Clausura, les Guerreros entendaient bien confirmer leur courte victoire face à Chiapas par un résultat positif à Tijuana. Face à eux, les Xolos sauce Piojo Herrera n’avaient guère brillé mais étaient encore invaincus. Cette invincibilité était mise à mal d’entrée de partie par un Santos venu clairement pour gagner et qui se procurait trois occasions dans le premier quart d’heure, laissant alors envisager une soirée délicate pour les Xolos, impression confirmée par l’ouverture du score méritée par Djaniny à la demi-heure. N’ayant pas montré grand-chose au cours du premier acte, Tijuana revenait avec de meilleures intentions en seconde période et profitait des absences des Guerreros pour revenir au score, offrant une fin de match indécise. Celle-ci allait basculer en faveur des hommes de Zubeldia qui se remettaient en ordre de match et allait s’offrir deux buts dans les 5 dernières minutes, deux buts qui permettent aux Guerreros de rester au contact.

Mais la grande surprise du week-end est venue de l’Azteca où América accueillait un Pachuca encore invaincu avec, pour le vainqueur de ce match, une place dans le top 4. Beaucoup de choses ont été dites en début de saison du côté des Águilas, l’année 2016 s’avérant être l’une des plus importantes et attendues par le peuple azulcrgema, le club fêtant son centenaire. Est-ce cette pression ou plus simplement les limites de Nacho Ambriz qui se sont révélées ce week-end ? Toujours est-il que les Tuzos se sont régalés. Car face à eux, América a surtout exposé ses failles défensives. Un premier but encaissé sur une tête contre son camp d’Aguilar, un deuxième suite à une grossière faute de main de Moises Muñoz, en 30 minutes, le break était fait. Pachuca pouvait alors gérer et se contenter de contrer, bien aidé par la magnifique réduction du score de Sambu qui ouvrait davantage d’espaces dans le dos d’Águilas décidément trop naïfs en défense. Les Tuzos faisaient de nouveau le break à l’entrée des 20 dernières minutes avant que le pibe Víctor Guzmán ferme la marque d’une merveille longue distance. América concède déjà 5 points sur les deux leaders et surtout, ne rassure pas. La pression s’annonce terrible sur Ambriz alors que ses Águilas défieront la lanterne rouge en fin de semaine.

Autre inquiétant, Chivas. A l’Omnilife, le peuple rojiblanco attendait monts et merveilles à l’heure de recevoir le champion en titre Tigres, privé au dernier moment de son buteur français, André-Pierre Gignac, mis sur le carreau par une gastro. Face à Cruz Azul la semaine précédente, Chivas avait joué un quart d’heure avant de souffrir le reste de la partie. Chez lui, le Rebaño n’en a même pas eu l’occasion. Car face aux hommes d’Almeida, ceux de Tuca emmené par un Guido Pizarro toujours aussi exceptionnel ont dominé la partie, monopolisant le ballon, se procurant plusieurs situations de but, notamment par Dueñas, Pizarro ou encore Fernando Fernández. Chivas se contentait alors d’être dans la réaction mais se montrait tout de même efficace, bien aidé par l’arrière garde des Felinos. Raúl López envoyait son coup-franc sur Nahuel Guzmán dont la faute de main profitait à Orbelin Pineda pour le 1-0. La domination de Tigres leur donnait la patience nécessaire pour revenir dans la partie, d’autant que dans ce Clausura, Chivas avait toujours pris l’habitude de mener au score. Si les Felinos généraient du danger lors de la deuxième moitié du premier acte, il fallait attendre le retour des vestiaires pour les voir accélérer encore après être passé tout près d’encaisser un deuxième but sur une nouvelle approximation de Guzmán. Mais la pépite guaranie Fernando Fernández allait entrer en scène. Servi par Pizarro au terme d’une formidable action collective, el Queso offrait l’un des golazos du week-end et égalisait. Deux minutes plus tard, au prix d’un nouveau geste spectaculaire, il lançait Sóbis pour le 2-1. On pensait alors que le plus dur était fait. Mais à défaut de football, Chivas montrait du caractère et revenait au score sur un coup de pied arrêté. 2-2, si Chivas inquiète par son incapacité à prendre le jeu à son compte, il pourra se rassurer en s’appuyant sur sa volonté de ne jamais vouloir lâcher. Côté Felinos, on peut nourrir quelques regrets, les Tigres restant collés dans le groupe des « 4 points ».

Dorados en grand danger

Ailleurs, si la belle affaire de la semaine est pour Puebla, qui s’offre un exploit au CU en s’imposant face aux Pumas, avec une fin de match rendue épique par l'expulsion de Campestrini alors remplacé dans les buts par..Ramón Arias, auteur notamment d'une énorme parade face à Luis Quiñonez, Toluca déçoit et se contente d’un nul à Morelia alors que Jaguares et Tiburones en font de même. Mais la situation la plus inquiétante est pour les Dorados. Après deux défaites en autant de matchs, les hommes de Luis Fernando Suárez ont encore explosé ce week-end, cette fois face à Querétaro. Conséquence, les promus n’ont toujours pas inscrit le moindre point ni le moindre but en trois matchs. L’ancien sélectionneur du Honduras a beau reconnaître la difficulté de mettre en marche un groupe profondément remanié à l’intersaison et demander du temps, son principal souci est qu’à mesure que sa formation perd des points, le temps passe d’allié à principal adversaire. Et rien ne dit que ses dirigeants sauront se montrer patients.

Les buts

 

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Rayados Monterrey 6 5 0 1 15 11 5 6
2 Pachuca CF 5 3 2 0 11 10 4 6
3 América 6 3 2 1 11 10 5 5
4 Tigres UANL 5 3 1 1 10 10 5 5
5 León 5 3 0 2 9 10 8 2
6 Santos Laguna 6 3 0 3 9 7 7 0
7 Puebla FC 5 2 2 1 8 7 5 2
8 Monarcas Morelia 5 2 2 1 8 7 6 1
9 Deportivo Toluca 6 1 4 1 7 7 7 0
10 Cruz Azul 5 1 3 1 6 8 8 0
11 Querétaro FC 5 2 0 3 6 6 7 -1
11 Tijuana 5 1 3 1 6 6 7 -1
13 Pumas UNAM 5 1 2 2 5 5 6 -1
14 Atlas 6 1 2 3 5 6 11 -5
15 Chivas 5 0 4 1 4 6 8 -2
16 Jaguares Chiapas 5 1 1 3 4 4 7 -3
17 Tiburones Rojos de Veracruz 6 0 4 2 4 8 11 -3
18 Dorados de Sinaloa 5 0 0 5 0 0 11 -11

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé