. . .

Boca - Nacional, River - Peñarol : Les frères du Rio de la Plata

  • Écrit par Nicolas Cougot

Alors que les affrontements entre géants sud-américains donnent systématiquement lieu à des rencontres chaudes et passionnées, il est pourtant des passerelles entre grands. Tellement fortes qu’elles peuvent relier les rives du Rio de La Plata.

Si un jour vous vous promenez dans les couloirs du musée de River (sinon, on l'a fait pour vous - voir Musées de Boca Juniors et River Plate : dans les pas de deux clubs mythiques), après avoir traversé le tunnel du temps, vous tomberez dans la salle des trophées du club et dans l’imposante salle des maillots qui ont fait la légende du club de Nuñez. Sur le mur, la galerie des maillots du club attire votre regard sur une année, 1930. Cette année-là, le Millo arbore en effet un maillot jaune rayé de noir qui n’est pas sans rappeler celui de l’un des géants situé sur l’autre rive du Rio de La Plata, Peñarol.

Axe Argentine - Uruguay

Le lien entre Peñarol et River Plate est réel. A la fin des années 1910, le climat argentin est quelque peu trouble. Alors que le football local poursuit son évolution sous la direction de l’Argentine Football Association de Watson Hutton, 1912 vient bousculer le calme apparent. Dominé par les anglophones, le football argentin s’hispanise et deux entités vont alors cohabiter, la Federación Argentina de Football et la Asociación Argentina de Football. Ce premier schisme préfigure le second plus dur qui aboutira à la création de la Asociación Amateur de football qui va profondément diviser le football argentin en deux camps avec notamment d’un côté Boca, de l’autre River. Pendant ce temps, de par la proximité géographique Peñarol et Nacional disputent régulièrement des rencontres amicales contre des clubs argentins. Même la crise argentine ne met pas fin à ces rencontres amicales. Alors que la fédération uruguayenne s’y oppose, Peñarol continue d’affronter ses frères argentins dissidents et notamment River qu’il affronte chaque année à partir de 1916. Ces matchs amicaux sont à l’origine d’un autre schisme, celui du football uruguayen.

Alors que le Nacional commence à se rapprocher de Boca avec qui il dispute la « Copa Amistad » à partir de 1917 et reste ainsi proche de l’un des porte-drapeaux de l’AFA, de son côté, Peñarol continue de jouer les membres de la Asociación Amateur de football et entre en conflit ouvert avec la fédération uruguayenne, conflit qui aboutit sa désaffiliation en 1922 et la formation d’une entité dissidente de l’Asociación Uruguaya de Fútbol, la Federación Uruguaya de Football. La division durera 3 ans et cette période scellera définitivement les liens entre Peñarol et River. En 1923, River Plate inaugure son nouveau stade, l’Estadio Alvear y Tagle. Sur le terrain ce 20 mai, Peñarol, déjà invité en 1918 lors de l’anniversaire du futur Millonario. Ces rencontres deviennent tradition. Pour les 33 ans du club carbonero, River Plate est invité à Pocitos qu’il avait inauguré trois ans plus tôt (voir A la recherche de Pocitos), se succèdent et prennent une dimension telle qu’en 1930, le club argentin utilise ce fameux maillot jaune et noir comme maillot alternatif, Peñarol jouant avec le maillot à la bande rouge six ans plus tard. En 1941, pour le cinquantenaire de l’institution uruguayenne, le président deRiver Plate, Julio José Degrosi est invité à prononcer un discours lors du banquet d’après match avant d’être fait Socio Honoraire du Club Atlético Peñarol.

Boca arborant l'écusson du Nacional

Parallèlement aux amicaux entre Peñarol et River, ceux entre Nacional et Boca suivent la même ligne. Le Nacional est invité à l’inauguration de la cancha de Madera, futur emplacement de la Bombonera, Boca sera l’invité du Nacional pour le cinquantenaire du club de Montevideo. En 1938, à l’occasion d’un nouvel amical entre les deux clubs, Boca arbore son traditionnel maillot bleu à la bande jaune mais a remplacé son écusson par celui du club uruguayen. Le lien entre Bolsos et Xeneizes est tel que les deux équipes s’accordent sur des transferts de joueurs. La même année Atilio Narancio, dirigeant du club uruguayen, se rend à Buenos Aires pour obtenir le transfert d’un attaquant de Boca nommé Providente. Le transfert ne peut se faire mais en vertu de l’amitié entre les deux clubs, les dirigeants Xeneizes donnent à Narancio une liste de joueurs que le club argentin est prêt à lui céder. Ne connaissant aucun joueur, Narancio bloque sur un certain Atilio Garcia qui a pour qualité de porter son prénom. « S’il s’appelle Atilio, il doit être bon ». Narancio demande alors s’il peut le prendre à l’essai, chose que les dirigeants de Boca lui accordent. Atilio Garcia changera l’histoire du Nacional, il sera l’un des hommes de base du Quinquenio, les 5 titres consécutifs décrochés par le Bolso au début des années 40, inscrivant notamment un quadruplé face à Peñarol lors d’un historique 5-1.

River avec le maillot de Peñarol en 1930

Amitié mise à mal mais non menacée

Si la relation entre Boca et Nacional donne lieu à des lendemains qui chantent, l’ironie de l’histoire d’amour entre River et Peñarol est qu’elle va être à l’origine d’un de ses surnoms : les Gallinas. Nous sommes en 1966, alors que les Carboneros sont l’un des géants du continent, ayant remporté les deux premières Libertadores et deux Coupes Intercontinentales, ils retrouvent la finale après avoir perdu celle de l’année précédente. Face à eux, le vieux frère River Plate qui, emmené par les frères Onega et Jorge Solari (l’oncle de Santiago), s’est offert Boca et surtout Independiente, le double tenant du titre. A l’aller au Centenario, Peñarol s’impose 2-0 et entrevoit ainsi le titre. Mais le retour se passe mal. L’amitié entre les deux institutions est entachée. Les dirigeants de River ne mettent pas des transports à disposition des Aurinegros le jour du match. Ceux-ci arrivent en taxi, terminent le trajet à pied et débutent le match sans échauffement dans une ambiance hostile (les joueurs de Peñarol seront poursuivis par des supporters de River jusqu’à leur hôtel après match). River s’impose 3-2 et décroche ainsi un match d’appui qui sera joué à Santiago.

Alors que le match devait se dérouler 72h après la victoire de River, les dirigeants Millonarios font pression pour que l’intervalle soit réduit à 48h. Epuisés, Peñarol se retrouve mené au score à la mi-temps par un River à qui le titre semble alors promis. Tellement sûrs d’eux, les Millonarios chambrent. Amadeo Carrizo, qui révolutionna son poste de gardien, s’amuse à contrôler de la poitrine une frappe d’Alberto Spencer. Il réveille la rage uruguayenne. En avant match, Roque Máspoli avait dit à ses joueurs qu’au premier but qu’ils inscriraient, River s’effondrerait. La prophétie va se réaliser. Spencer ramène Peñarol, Julio César Abbadie égalise cinq minutes plus tard. Peñarol enfonce le clou en prolongation par Spencer et Rocha qui fera pleurer des joueurs du Millo. Peñarol décroche le titre, ira chercher l’Intercontinentale face au Real. A l’hôtel, un joueur carbonero prend le micro et déclare « avec vous champion d’Amérique et au dîner, les poulets de River !». La légende des Gallinas venait de naître (gallinas signifie poulet), elle sera réutilisée par tous les rivaux du Millo.

Mais, comme pour Belgrano qui avait fait descendre le club plusieurs décennies plus tard, cette finale de 66 ne met pas fin au lien étroit entre les deux clubs. Les deux formations continuent de s’inviter aux festivités des uns et des autres. Dernier exemple, le futur Estadio Peñarol sera inauguré en fin d’année 2015 / début 2016 et accueillera à l’occasion… River Plate.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé