. . .

Mexique – Apertura 2015 : América cartonne, les favoris résistent

  • Écrit par Nicolas Cougot

Le sprint final est lancé au Mexique avec la Liguilla qui permettra d’élire le vainqueur de l’Apertura. Et qui dit Liguilla, dit gros danger pour les habituels favoris, le classement étant souvent totalement remis en question à partir des quarts.

Jamais une équipe placée sixième à l’issue de la phase régulière n’est parvenue à décrocher le titre. Cette terrible statistique hante les esprits des supporters d’América qui pensaient que la statistique allait se vérifier lorsque León, pourtant privé de sa pointe Mauro Boselli, ouvrait le score suite à une tête d’Aguilar sur sa propre barre reprise ensuite par Nacho González. Mais les doutes allaient rapidement se dissiper. Sans pour autant se montrer exceptionnels, les Águilas allaient répliquer et rapidement prendre le large. Deux corners, un repris par Goltz, un autre par Aguilar suite à une affreuse relance plein axe de Gullit Peña et América renversait le match en 10 minutes. Benedetto s’offrait son but juste avant la pause sur penalty inexistant. León allait céder une nouvelle fois en seconde période sur un nouveau coup de pied arrêté sur une nouvelle merveille signée Micky Arroyo et devra se montrer bien plus entreprenante ce week-end au Nou Camp si il veut renverser la tendance. Car il faudra s’imposer par trois buts d’écart.

Et si les Jaguares étaient la nouvelle victime préférée d’André-Pierre Gignac ? Déjà auteur de son seul triplé de la saison face aux hommes de La Volpe, le français allait ouvrir le score dans un match que les visiteurs s’attachaient à bloquer en première période pour espérer profiter au maximum des contres. Mais sur une louche d’Arevalo Rios, APG s’envolait et faisait se lever le Volcán, Ayala et Gignac passaient près de doubler la mise mais à la pause, les Jaguares étaient encore en vie. Ils allaient l’être d’autant plus qu’en début de seconde période, Gignac passait à deux doigts de doubler la mise et dans la foulée, un autre ancien de Ligue 1, Silvio Romero réveillait les siens en servant Hurtado qui manquait l’immanquable. L’avertissement n’était pas reçu par les Felinos qui cédaient sur une action quelque peu confuse 10 minutes plus tard. Le but d’Insaurralde assommait quelque peu les protégés de Tuca qui allaient alors devoir attendre l’entrée de Damián Álvarez pour décrocher un court succès en fin de rencontre. C’est ce tout petit but d’avance qu’il leur faudra donc préserver au retour ce week-end à Tuxtla Gutiérrez, là où la bande à La Volpe est invaincue depuis mai dernier.

L’heure était alors venue de voir si la malédiction du superlíder allait toucher les Pumas. Au Luis « Pirata » Fuente, la meilleure équipe de la phase régulière a énormément souffert, sauvée du désastre par un énorme Alejandro  ‘Pikolín’ Palacios. Car d’entrée de partie, les Tiburones de Reinoso ont fait ce qu’ils savent faire de mieux : presser haut et attaquer. Palacios sauvait les siens à la 4e minute, Villalba ouvrait le score quelques instants plus tard avant de se voir refuser un doublé pour hors-jeu. A la pause, le leadership des Pumas ne semblait pas évident. Guillermo Vázquez lançait alors Ludueña et Alatorre, la partie s’équilibrait alors mais les Tiburones semblaient encore au-dessus sans pour autant parvenir à s’échapper au tableau d’affichage. Ils allaient s’en voir privé d’une chance dans les arrêts de jeu lorsqu’el Keko était fauché dans la surface mais que Fernando Guerrero, l’arbitre de la rencontre, décidait que la faute était située en dehors. Ce penalty « volé » qui aurait pu donner deux buts d’avance mérités aux Tiburones pourrait coûter cher au retour ce week-end. Car muets pour la première fois de l’Apertura et assez méconnaissables, les Pumas devraient se montrer bien plus redoutables dans un Estadio Olímpico de Universitario où seuls Jaguares et Querétaro sont parvenus à inscrire au moins un but depuis juillet dernier.

Dernier à entrer en piste, le Deportivo Toluca avait semble-t-il conscience du danger qu’est celui d’être favori et n’a pas perdu un instant pour s’éviter toute mauvaise surprise. Face aux Diablos Rojos, Puebla effectuait son retour en Liguilla pour la première fois depuis 6 ans et, pour l’occasion retrouvait également l’Estadio Cuauhtémoc paré de sa plus belle robes et dans lequel s’était entassés plus de 50 000 spectateurs. Et comme indiqué, Toluca n’a pas mis bien longtemps pour réduire un stade au silence. Si les Camoteros se procuraient quelques situations, ce sont bien les visiteurs qui ouvraient le score au quart d’heure avant de semble-t-il sceller le sort du match juste avant de rentrer aux vestiaires. Semble-t-il. Car engagé dans une bataille pour la survie dans l’élite mexicaine, Puebla sait qu’il peut s’appuyer sur ses valeurs de courage et d’abnégation pour renverser toute situation. Marini changeait tout, faisait entrer Santos et Acosta et jouer son équipe plus haut, d’entrée de deuxième période l’inoxydable Canguro Rey réduisait l’écart avant qu’Herrera ne sauve un résultat nul sur le fil. Reste qu’il faudra désormais faire mieux que résister dans l’enfer de la Bombonera le week-end prochain pour espérer décrocher une place dans le dernier carré de l’Apertura.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé