. . .

Mexique – Apertura 2015 : place aux géants

  • Écrit par Nicolas Cougot

Il n’y aura eu aucun retournement de situation ce dimanche lors des matchs retour des quarts de finale de la Liguilla. Les quatre favoris seront dans du rendez-vous de milieu de semaine.

Les Jaguares avaient atteint la Liguilla à huit reprises, jamais ils n’ont réussi à se hisser dans le dernier carré. Pour leur neuvième tentative, les hommes de La Volpe avaient leur destin en main après avoir concédé une courte défaite au Volcán. Seul souci pour les Jaguares, les autres félins présents à Tuxtla Gutiérrez semblaient bien décidés à rugir de nouveau et pouvaient compter sur leur homme à faire la différence, André-Pierre Gignac. Car si les Jaguares essayaient de porter le danger par Vidangossy et el Chino Romero, les Tigres de Tuca  se montraient redoutables en contre, Jiménez frôlant le 1-0 avant que le français ne s’offre une demi-volée des 22 mètres synonyme d’ouverture du score. Gignac passait à une barre transversale de tuer le suspense 7 minutes plus tard et continuait de menacer la défense des Jaguares. Les hommes de La Volpe se procuraient quelques situations finalement peu dangereuses pour un Guzmán et se faisaient tranquillement contrôler par des Tigres bien supérieurs. Malgré les tentatives des Hurtado et autres Romero, les Jaguares restaient impuissants. Les Felinos de Ferretti seront du dernier carré.

Ils devront se frotter aux Diablos Rojos de Toluca. Après le nul concédé à Puebla, les joueurs de Cardozo n’ont guère brillé ce dimanche mais n’ont pas non plus tremblé outre mesure face à des Camoteros qui auraient pu/dû obtenir un penalty qui leur aurait permis d’espérer suite à une faute de Paulo Da Silva sur Rey mais qui, faute de précision dans leurs quelques offensives, auraient pu rentrer aux vestiaires menés au score si Campestrini n’avait réalisé la parade du premier acte sur une tête surpuissante d’Arellano. Le second acte était guère plus emballant, les Diablos Rojos gérant tranquillement leur avance et se procuraient finalement les meilleures occasions à l’image de la transversale trouvée par Esquivel sur coup-franc avant de marquer le seul but de la rencontre sur une échappée solitaire d’Uribe à l’entrée des 10 dernières minutes. Reste que les Diablos Rojos devront hausser leur niveau de jeu pour se défaire des Tigres.

Au Nou Camp de León, la mission donnée à la Fiera avait tout de l’impossible puisque les hommes de Pizzi devaient s’imposer par trois but d’écarts face à América. Seul motif d’espoir, le fait que la dernière visite des Águilas au Nou Camp s’était soldée par une défaite 0-3. Cela ne suffisant pas, la Fox avait semble-t-il décidé d’armer la Fiera comme jamais, affichant une équipe composée de 10 joueurs dont deux Van Persie, deux Rooney et avec un Ryan Giggs libéro.

L’incroyable raté du diffuseur de la rencontre aura fait longtemps sourire les internautes du monde entier, qui ont immédiatement capturé cet instant magique. Malheureusement pour les supporters locaux, il n’aura pas permis à leur León de réussir un exploit. Pourtant, les Esmeraldas ont rapidement tenté de débloquer la marquer, notamment par Gullit Peña qui allumait la première mèche mais les Águilas allait immédiatement répliquer pour calmer les ardeurs locales. Peña voyait son ouverture du score refusée pour hors-jeu, la rencontre, équilibrée, allait d’un côté à l’autre jusqu’au but de Burbano peu avant de rentrer aux vestiaires. A 1-0 à la pause, l’exploit semblait à portée de main. Montes manquait le 2-0, l’heure du réveil avait sonné pour América. Petit à petit, les hommes de Nacho Ambriz commençaient à sortir et menaçaient les cages de Yarbrought. Dario Benedetto envoyait alors un missile longue portée que le gardien américain ne pouvait aller chercher, América venait de composter son billet pour les demi-finales. Le but d’Elías Hernández n’allait en effet qu’offrir une victoire de prestige à une Fiera dont l’aventure s’arrête en quarts.

En demi-finale, les Águilas croiseront le fer avec d’autres félins : les Pumas. Après leur défaite à Veracruz d’un tout petit but, l’heure du réveil avait sonné pour les Pumas qui voulaient de nouveau éviter de vivre la célèbre malédiction du superlíder. Méconnaissables à l’aller, les Pumas ont été bien plus fidèles à leurs habitudes au retour, dominant la rencontre, ouvrant le score assez rapidement par l’inévitable Fidel Martínez, but quelque peu polémique, le Neymar équatorien semblant hors-jeu, mais devant se contenter du minimum que lui a conféré sa place de leader pour passer en demie, la faute à un peu de maladresse, de malchance et aussi d’un Melitón impérial dans ses buts. Reste que les hinchas des Auriazules auront eu peur jusqu’au bout, Veracruz se procurant quelques situations dangereuses au cours de la partie et pouvant finalement regretter de n’avoir réussi à s’imposer sur une marge plus importante à l’aller. 

;
 
A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé