. . .

Venezuela – Apertura 2016 Copa Traki : retour aux choses sérieuses

  • Écrit par Bastien Poupat

Reprise du championnat au Venezuela ! Après la victoire pour l’honneur de Zamora dans le Torneo de Adecuación 2015 en décembre dernier, le championnat vénézuélien retrouve sa formule Apertura – Clausura de janvier à décembre. Fini de jouer, cette année beaucoup d'enjeux sont au rendez-vous.

Quelques semaine après le sacre de Zamora, qui comptera pour du beurre après la décision de la FVF de faire courir ses championnats sur une année de janvier à décembre, transformant ainsi le dernier Torneo de Adecuación 2015 en un Tournoi de transition, le football vénézuélien retrouve son championnat. Ce nouvel Apertura nommé Copa Traki se fera sans les relégués Metropolitanos FC et Tucanes de Amazonas et accueille le Monagas SC et le Deportivo JBL del Zulia. Si les deux géants du pays, le Caracas FC et le Deportivo Táchira, sont des prétendants sérieux pour succéder à Zamora, d'autres auront des atouts à faire valoir. Présentation.

Format, histoire : ce qu'il faut retenir

Le premier de l'histoire du championnat de football du Venezuela a eu lieu en 1921 et fut remporté par l'Universidad Central de Venezuela Fútbol Club basé dans la capitale Caracas. 36 saisons plus tard, le championnat prend le statut de professionnel et à l'instar de beaucoup d'autres championnats en Amérique du Sud, sacre un seul champion par saison. L'élite vénézuélienne compte désormais 20 clubs et la formule du championnat se rapproche beaucoup plus de celles que l'on connaît en Europe que de ses voisins. Même si il y a toujours ces deux phases typiques de cette région du Monde, qui se jouent en 19 rencontres chacune, une aller (Apertura) de janvier à mai et une retour (Clausura) d’août à décembre, le Venezuela ne sacre qu'une seule équipe par saison et effectue un classement cumulé (Apertura et Clausura) à chaque fin de saison. Les deux équipes qui remportent chaque tournoi disputent une finale nationale aller/retour synonyme de titre en cas de victoire. Mais désormais, pour remporter un tournoi, une Liguilla a été mise en place du 1er au 8ème du classement, les huit meilleurs équipes s'affrontant alors en match aller / retour jusqu'à la finale pour définir le Champion du Tournoi (qui donc aura le droit de participer à la grande finale).

Pour la relégation c'est plus simple, les deux clubs qui arrivent aux deux dernières places du classement cumulé vont directement en Segunda A (deuxième division). En ce qui concerne les qualifications pour les compétitions continentales, les deux vainqueurs de chaque tournoi et la troisième équipe du classement cumulé disputent la Copa Libertadores l'année suivante tandis que la petite nouveauté vénézuélienne concerne la qualification en Copa Sudamericana : désormais plus de Liguilla entre le 5ème et le 12ème du classement cumulé. Les deux vices champions de ces deux tournois filent directement en Copa Sudamericana en compagnie du vainqueur de la Coupe Nationale.

Il est difficile au Venezuela de parler de classement historique du championnat en raison de la disparition de nombreux clubs, de la refondation ou encore de la création d’autres ces dernières années. Le club le plus titrés est le Caracas FC avec 11 titres de champion au compteur suivi de près par son plus grand rival le Deportivo Táchira qui en compte 8. Ces trois dernières saisons le Zamora FC, fondé en 2002, fait office de nouveau concurrent et trouble-fête en ayant remporté ses deux premiers titres de son histoire (sans compter le dernier Torneo de Adecuación).

Guide des surnoms

Comme à l’accoutumée sur LO voici l’indispensable guide de survie pour bien suivre le championnat vénézuélien.

- Aragua : Los aurirrojos

- Atletico Venezuela : El tricolor

- Carabobo : Granate

- Caracas FC : Los rojos del Avila

- Deportivo Anzoategui : Dépor

- Deportivo JBL : Maquinaria Negriazul

- Deportivo Petare : Los azules de la capital

- Deportivo Tachira : Aurinegros

- Estudiantes de Caracas : El academico

- Estudiantes Merida : El academico

- Lara : Los albigrises

- Llaneros : Batallon Santo

- La Guaira : Equipo de la costa

- Monagas : Guerreros del Guarapiche

- Mineros de Guyana : La pandilla del sur

- Portuguesa : El penta

- Trujillanos : Los guerreros de la Montana

- Ureña : Los Fronterizos

- Zamora : La furia Llanera

- Zulia : Petroleros

Refonte du championnat, un nouvel élan pour le football au Venezuela ?

Pour les plus optimistes, comme l'ancien portier de la sélection vénézuélienne et du Deportivo Táchira, Cesar Semidey, le football vénézuélien est en plein essor (lire Cesar Semidey : « Noël Sanvicente va aider le football vénézuélien à poursuivre sa croissance »). En 2014, la sélection vénézuélienne n'est jamais passée aussi près d'une qualification à un mondial, cette dernière a effectué une Copa America 2015 correcte et le championnat est de plus en plus attractif avec notamment des centres de formations compétents comme celui du Caracas FC qui a produit 70 % des joueurs de la Vinotinto. Pour les plus pessimistes, cette perspective ratée de Coupe du Monde était due à l'absence du Brésil lors de la phase de qualification et la sélection vénézuélienne n'est qu'illusion, loin de la réalité du championnat local avec en prime en dernier scandale en décembre dernier quand de 15 joueurs démissionnaient de la Vinotinto (dont l’ensemble des cadres) après un départ catastrophique lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 en Russie (lire Tour d'Europe pour Sanvicente).

Mais ce qui a changé au Venezuela, c'est que le peuple a désormais un avis sur le football. Souvent éclipsé par le Base-Ball, sport phare au pays de la révolution bolivarienne. Le football  se fait petit à petit sa place dans une nation surtout connu pour l’influence de son « Libertador », Simon Bolivar sur l’Amérique du Sud, pour son charismatique président défunt Hugo Chavez et ses plages de sable fin à couper le souffle.

Malgré cette tourmente, des signes encourageants sont aussi à prendre en compte cette saison. Contacté par nos soins il y a quelques mois pour nous présenter le Clásico venezolano entre le Caracas FC et le Deportivo Táchira (lire A la découverte du Clásico vénézuélien), les Barras-Bravas (Groupes de supporters) des deux géants s'étaient montrées critiques envers le fonctionnement du Championnat vénézuélien et de la FVF. « La FVF gère notre football de façon dramatique, ils ne le commercialisent pas et il n’y a pas de droits TV » expliquait alors Victor Velásquez, responsable logistique des Los Demonios Rojos de Caracas. C'est désormais chose faite. En effet, le Championnat vénézuélien se déroulera du jeudi au dimanche pour permettre la transmission télévisée de quatre rencontres par journée l’Apertura 2016. Mais une inquiétude persiste les infrastructures et l'état des différents terrains du pays. « Les problèmes économiques sont la cause principale du faible rendement des petites équipes : le format du tournoi avec beaucoup de clubs qui ne peuvent pas tenir financièrement, l’arbitrage est mauvais et pour finir, l’absence de bons terrains ne permet pas la pratique d’un beau football ». José Quiroz, leader de l’Avalancha Sur du Deportivo Táchira, avait vu juste à l'époque et si les problèmes économiques devraient s'améliorer avec le développement des droits TV, le plus grand quotidien sportif du pays, Meridiano, a de nouveaux pointés du doigt les problèmes des installations sportives en ce début de saison.

Táchira et Caracas ont faim, Zamora chamboule tout, La Guaira, Trujillanos et Anzoátegui en outsiders

Au coude à coude lors de la dernière finale du Clausura 2015 avec un final épique et de folie (lire Le Deportivo Táchira champion), les deux géants du pays vont une nouvelle fois faire partie des grands favoris pour le titre. Avec cinq nouvelles recrues, le gardien de but Luis Terán, le milieu de terrain Andrés Sampedro, Roberth Hernández, Óver García et l'attaquant colombien expérimenté Paulo César Arango, le Caracas FC affiche ses ambitions. De leurs côtés, les hommes de l'uruguayen Carlos Maldonado, toujours orphelins de leur serial buteur German Rivas qui s'éclate en Arabie Saoudite, pourront compter sur les arrivées de Pérez Greco, l'attaquant colombien Sergio Herrera, Héctor Pérez et l'uruguayen Williams Martínez tous venus gonfler les rangs du Deportivo Táchira. Mais malgré cette énorme présence sur le marché des transferts, les deux géants devront une nouvelle fois se confronter au poil à gratter : le Zamora FC. Champion du dernier Torneo de Adecuación 2015, la Furia Llanera devrait miser sur la continuité sous les ordres du très exigeant Francesco Stifano. « Pour pouvoir atteindre tous nos objectifs nous devons avoir peur de personnes, même de ceux qui ont les plus grands palmarès au Venezuela. Oui, je fais allusion à Táchira et Caracas » déclarait le panaméen Gabriel Torres venu renforcer un groupe qui ne devrait plus trop bouger côté Zamora. Les objectifs sont clairs. Mais pour cela il ne faudra pas seulement se préoccuper des gros mais aussi des outsiders comme Trujillanos qui participera à la Copa Libertadores cette année, Anzoátegui toujours en embuscade et surtout La Guaira, dernier vainqueur de la Coupe nationale au Venezuela et vice-Champion du dernier Torneo de Adecuación 2015…

Premières journées : Zamora déjà seul en tête

Les deux journées premières journées cette semaine, le programme était chargé au Venezuela. Si la première journée a vu tous les gros s'imposer d'entrée (Zamora a remporté 2-1 le match d'ouverture face à l'Estudiantes de Caracas, Táchira s'est imposé 1-3 sur le terrain de Zulia et Anzoátegui, La Guaira et Trjullanos ont aussi fait le travail respectivement face à Monagas, Mineros et au Deportivo Lara), à part le Caracas FC qui a vu sa rencontre être décalée, tour préliminaire de Copa Libertadores oblige, la deuxième journée nous proposait déjà un énorme choc entre le Deportivo Táchira et Zamora.

Dans cette rencontre, ce sont les Aurinegros qui prendront les commandes par l'intermédiaire de l'inévitable Wilker Angel à la 38ème. De quoi assommer la Furia Llanera ? Loin de là. Juste avant la mi-temps Gabriel Torres, oui celui qui n'a peur de personne, viendra égaliser dans le temps additionnel. 1-1 à la pause avant que Yordan Osorio ne vienne sceller la victoire de Zamora au Pueblo Nuevo de Táchira à la 65ème minute. Trujillanos, La Guaira et Anzoátegui accrochés, la Furia Llanera prend déjà seule les commandes de cette Apertura avec six points de pris sur six possible. De son côté, le Caracas FC, défait cette semaine 1-0 au match aller du tour préliminaire de la Copa Libertadores sur le terrain de Huracán, démarrait hier soir sa campagne avec la réception avec la réception de Aragua. Los Rojos del Avila ont bien digéré cette défaite en Argentine et ont préparé au mieux le match retour décisif prévu cette semaine avec une victoire 1-0 grâce à une réalisation de Flores.

Ce dimanche, histoire d'alléger le calendrier pour les clubs qui participeront à la Copa Libertadores 2016, deux rencontres comptant pour la 4ème et 10ème journée auront lieu entre le Deportivo Táchira et l'Atlético Venezuela puis Zamora recevra Trujillanos. Le championnat vénézuélien retrouvera ensuite un ordre de marche plus classique avec la troisième journée prévue le week-end prochain.

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Zamora FC 19 12 4 3 40 39 18 21
2 Deportivo Táchira 19 11 5 3 38 27 13 14
3 Deportivo Anzoátegui 19 8 8 3 32 25 23 2
4 Caracas FC 19 7 9 3 30 23 15 8
5 Deportivo La Guaira 19 8 6 5 30 28 22 6
6 Mineros de Guayana 18 8 5 5 29 36 25 11
7 Aragua FC 19 7 8 4 29 27 22 5
8 Trujillanos FC 19 7 8 4 29 22 17 5
9 Zulia FC 18 7 6 5 27 23 19 4
10 Carabobo FC 19 7 6 6 27 27 22 5
11 Deportivo Lara 19 7 5 7 26 25 22 3
12 Deportivo JBL del Zulia 19 8 2 9 26 23 20 3
13 Ureña Sport Club 19 6 5 8 23 20 25 -5
14 Estudiantes de Mérida 20 7 1 12 22 21 37 -16
15 Portuguesa FC 19 3 10 6 19 17 21 -4
16 Atlético Venezuela 19 4 7 8 19 22 28 -6
17 Monagas SC 19 4 5 10 17 15 31 -16
18 Llaneros de Guanare 19 3 7 9 16 12 25 -13
19 Deportivo Petare 19 3 6 10 15 11 24 -13
20 Estudiantes de Caracas Sport Club 18 2 7 9 13 18 32 -14

A propos de l'auteur
Bastien Poupat
Author: Bastien PoupatWebsite: http://lucarne-opposee.fr/
Freelance basé à Buenos Aires en Argentine. Amoureux du Football Sud-Américain et de ses tribunes. Pour un football populaire, stop business !

  • Aucun commentaire trouvé