. . .

Coupe du Monde 2018 : Mexique, USA, Costa Rica entrent en scène

  • Écrit par Nicolas Cougot

Le quatrième tour de la campagne de qualification de la zone CONCACAF vient de débuter cette semaine. L’heure est donc venue pour les géants de la zone de se lancer dans la course mondiale alors que l’étau se resserre.

Pour certaines nations, la course à la Coupe du Monde relève du marathon. Lorsque vous vous appelez Saint-Vincent-et-les-Grenadines par exemple, cette longue course a débuté au mois de juin, lors du deuxième tour qui avait vu le Vincy Heat rejoindre les vainqueurs du premier tour de barrage. Car à l’image de la zone asiatique, la CONCACAF sélectionne au fil des tours les six heureux élus qui vont avoir le droit de se battre pour l’une des trois places de mondialiste ou celle de barragiste, les équipes entrant dans les tours en fonction de leur rang dans la Confédération. Le week-end dernier, le quatrième tour débutait donc, l’heure était venue pour les géants que sont les Mexique, USA, Costa Rica ou pour les belles sensations de la dernière Gold Cup comme Panamá ou Trinité et Tobago d’entrer en piste, Haïti et la Jamaïque ayant fait leur apparition au tour précédent.

Groupe A : Osorio réussit ses débuts

Ultra-favori du groupe A, le champion de la Confédération qu’il représentera à la prochaine Coupe des Confédération n’avait d’yeux que pour son nouveau sélectionneur. Car le début du quatrième tour était pour le Mexique synonyme de grands débuts de l’ère Osorio. Tout a commencé par un match annoncé tranquille face au Salvador à l’Azteca. Il le fut, le Mexique s’imposant 3-0 sans réellement forcer (le Salvador ayant décidé d’envoyer une équipe fortement rajeunie en raison de différends financiers l’opposant avec ses meilleurs joueurs) ni véritablement donner une idée de ce que serait la touche Osorio. Au point que le véritable test annoncé était pour la nuit de mardi à mercredi (heure française) et le déplacement à San Pedro Sula pour y jouer l’un des prétendants à la qualification pour le tour suivant, le Honduras. Et le test fut réussi. Nous ne reviendrons pas sur l’horrible blessure subie par Garrido côté Honduras (les amateurs de clics l’ont sans aucun doute déjà fait), nous préfèrerons nous focaliser sur le résultat : la première victoire du Tri sur le sol hondurien depuis 50 ans. Pour cela, Osorio a su faire sortir le match de l’horrible duel physique qu’il était, les entrées de Tecatito Coronoa et Jürgen Damm offrant plus de dynamisme offensif sur lequel le Mexique s’est appuyé pour s’imposer. Signe du destin, les deux entrants seront les deux buteurs, permettant au Tri de s’installer ainsi d’entrée aux commandes du groupe. Derrière, le Canada, qui avait pris sa revanche de l’humiliant 1-8 encaissé à pareil tour il y a 4 ans face au Honduras (but de la pépite Cyle Larin) mais n’a pas réussi à bonifier cette victoire par un succès au Salvador, devant se contenter d’un triste 0-0 malgré les tentatives de Larin.

 
Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Mexique 2 2 0 0 6 5 0 5
2 Canada 2 1 1 0 4 1 0 1
3 El Salvador 2 0 1 1 1 0 3 -3
4 Honduras 2 0 0 2 0 0 3 -3

Groupe B : la belle affaire costaricaine

Oublié la terrible période Wanchope, le Costa Rica semble décidé à enfin reconstruire. Óscar Ramírez, qui a décroché cinq titres en cinq ans passés sur le banc de la LDA, arrive à la rescousse. Et comme par magie les résultats avec. Propulsés dans le groupe de la mort où ils se retrouvent à faire face à deux valeurs sûres et montantes de la confédération, Panamá et surtout la Jamaïque, les Ticos n’avaient donc pas droit à l’erreur, eux qui avaient retrouvé le doux parfum de la victoire avec l’arrivée de Ramírez. Et ils ont confirmé. Premier acte face à Haïti avec une Sele qui a probablement livré son meilleur match depuis la prise de fonction du nouveau coach, ne laissant aucun espace et aucune chance de gagner la bataille de la possession à son adversaire du soir. Gamboa inscrira le seul but d’une rencontre au cours de laquelle la star Keylor Navas était remplacée dans les buts par Patrick Pemberton qui avait attendu plus d’une demi-heure pour toucher un premier ballon. Seule ombre au tableau, la blessure de Celso Borges. Malgré cela, le deuxième round face à Panamá n’a été que confirmation. Si la rencontre a longtemps tourné au duel physique assez haché, la Sele a su dominer les conditions climatiques (terrain détrempé) et contrôler le retour des Canaleros en fin de partie pour aller s’imposer et s’affirmer comme le patron du groupe B, le groupe de la mort. Derrière, le grand outsider se nomme bien évidemment Jamaïque. Finaliste de la Gold Cup, les Reggae Boyz s’étaient fait surprendre en ouverture chez eux par le Panamá d’Hernan Dario Gomez et ont su immédiatement réagir en s’imposant à Port-au-Prince. Reste que le rendez-vous de mars prochain face aux Ticos s’annonce comme le tournant du groupe.

 
Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Costa Rica 2 2 0 0 6 3 1 2
2 Panamá 2 1 0 1 3 3 2 1
3 Jamaïque 2 1 0 1 3 1 2 -1
4 Haití 2 0 0 2 0 0 2 -2

Groupe C : danger trinidadien pour des US peu rassurants

Au lendemain d’une décevante Gold Cup, les USA de Klinsmann sont toujours en crise de résultat. Dominée par le Mexique en barrage pour la Coupe des Confédération, Team USA n’avait pas le droit de se rater d’entrée de qualification à la Coupe du Monde et avait la chance de bénéficier d’un groupe largement à sa portée. Car si le danger principal se nomme Trinité et Tobago, l’une des belles valeurs montantes de la confédération, on imagine mal les semi-professionnels de Saint-Vincent-et-les-Grenadines venir inquiéter qui que ce soir, le Vincy Heat pouvant déjà déguster le fait d’être au quatrième tour. Ainsi, la victoire 6-1 en ouverture du quatrième tour n’avait pas aidé à tirer quelque conclusion pour les USA. Le déplacement à Port of Spain allait le permettre. La première période aura été guère rassurante pour les USA, tant les locaux ont dominé, se sont procurés les meilleures situations notamment par Jeovin Jones d’entrée de match et pourront se servir de la seconde mi-temps au cours de laquelle les hommes de Klinsmann ont montré quelques signes de vie, touchant à deux reprises la barre. Reste que le chantier semble encore important et il ne faudra pas se mettre en danger face au Guatemala lors de la troisième journée sous peine de forte pression. 

 
Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Etats-Unis 2 1 1 0 4 6 1 5
2 Trinidad y Tobago 2 1 1 0 4 2 1 1
3 Guatemala 2 1 0 1 3 5 2 3
4 Saint Vincent and the Grenadines 2 0 0 2 0 1 10 -9

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé