. . .

Chili – Clausura 2016 : U-mpressionnant !

  • Écrit par Nicolas Cougot

Tous avaient été accrochés en ouverture du Clausura, tous ont réagi. Des cartons de Colo-Colo et de la Católica en déplacement à l’incroyable leçon de football donnée par l’Universidad de Chile à O’Higgins, les géants ont clairement affiché leurs ambitions dès la deuxième journée du Clausura.

Ils étaient attendus au tournant, la réponse a été d’une violence inouïe. Pour sa première à l’Estadio Nacional, Sebastián Beccacece se retrouvait déjà sous pression après le nul assez décevant ramené d’Antofagasta la semaine passée. Et quand l’excellent Gastón Lezcano ouvrait le score d’entrée de partie sur une récupération haute et une merveille de frappe enroulée, on aurait pu penser que la U allait céder à la panique. Il n’en fut rien. Après un bon quart d’heure à l’avantage des Celestes, les hommes de Beccacece allaient mettre en place leur football, rassurés par l’égalisation de Corujo. Et le match allait basculer pour se transformer au fil des minutes en long chemin de croix pour les joueurs de Cristián Arán. Avec son système qui, en phase offensive rappelait l’époque Sampa, le trio offensif Luis Fariña, Sebastian Ubilla et Patricio Rubio bénéficiant des perforations d’un excellent Gustavo Lorenzetti, la U allait rapidement devenir maître du jeu, récupérant le ballon assez haut et se projetant rapidement en attaque. Souvent coupée en deux et laissant sa défense livrée à elle-même (se retrouvant parfois en 1 contre 1), la Celeste allait exploser après la pause. Un triplé de Lorenzetti, une merveille d’un Gustavo Canales entré en jeu pour faire étalage de sa classe, un premier but en pro de l’international u17 Yerko Leiva, l’Universidad de Chile s’impose 8-1 et envoie ainsi un message clair et précis à l’ensemble de la ligue, Beccacece quant à lui fait déjà mieux que son mentor dont le record avec la U était un 7-1 contre le même O’Higgins.

Católica et Colo-Colo répliquent

Mais si la U a marqué les esprits, ses habituels rivaux, Católica et Colo-Colo ont tout autant convaincus. Opposés à La Calera, les Cruzados voulaient également rassurer leurs fans et enfin montrer ce dont ils étaient capables. Mission accomplie. Dès les premières minutes, la Católica a pris le contrôle de la partie, emmenée par un Jeisson Vargas intenable sur son côté. La pépite cruzada ouvrait le score après un relai avec Nico Castillo, aligné seul en pointe, ses incessantes perforations allaient mettre à mal la défense de La Calera toute la partie. Dans un registre différent de la U, la Católica ne jouant pas sur le surnombre offensif mais misant sur ses hommes de couloirs et des combinaisons rapides, les hommes de Salas allaient s’offrir à leur tour un carton, s’imposant 4-1 et rassurant également leurs fans.

Ne restait alors plus qu’à Colo-Colo de suivre le même chemin. La mission s’annonçait délicate pour el Popular qui, agité en coulisses notamment par les envies de départ de Jaime Valdès (lire Jaime Valdés veut quitter Colo-Colo), que le club compte bien empêcher, se rendait à La Florida pour y affronter le redoutable Audax Italiano. Là encore, d’entrée de partie, le Cacique entendait bien se faire respecter. Paredes éliminait Nicolás Peric et centrait vers Reina dont la remise sur Valdès aurait mérité meilleure conclusion d’el Pajarito. Colo-Colo se montrait toujours menaçant sur les cages de Peric mais allait trembler en fin de premier acte lorsque Leandro Benegas ridiculisait Barroso avant de voir Justo Villar sortir sa frappe à bout portant. Au retour des vestiaires, Colo-Colo concédait une nouvelle situation sur coup de pied arrêté avant de reprendre sa marche en avant. Le Cacique posait le pied sur le ballon et attendait l’heure de jeu pour frapper sur un amour de centre de Gonzalo Fierro coupé par Beausejour seul au second poteau. Valdés doublait la mise, aidé par le brésilien Santos dont la malencontreuse déviation dans le mur prenait Peric à contre-pied, les hommes de Sierra pouvaient dérouler, multipliant les occasions jusqu’au troisième et dernier but de Vilches, entré en jeu à la place d’un Javier Reina auteur d’une excellente première apparition.

Sans-faute des Wanderers, passionnant Unión Española – Palestino

Reste qu’aucun des trois géants n’occupe la première place au terme de la deuxième journée. Car pendant ce temps, vainqueur convaincant en ouverture, les Wanderers ont récidivé chez eux devant San Luis. Après avoir battu Colo-Colo lors du match en retard de l’Apertura joué donc une semaine avant l’ouverture du Clausura, les Wanderers poursuivent sur leur lancé, la méthode Arias semblant porter ses fruits. Les incessants déplacements de Ronnie Fernández ne cessaient de poser des soucis à la défense des canarios qui allait craquer d’entrée de partie sur un corner, Mauricio Prieto, totalement oublié au second poteau fusillant De Paul. Le match était lancé, les Wanderers se procuraient quelques situations, comme le magnifique mouvement Fernández – Muñoz – Saldías  dont la conclusion par ce dernier était refusée pour un hors-jeu limite de Muñoz, alors que San Luis gâchait les belles opportunités de contre qui lui étaient offertes. Fernández doublait la mise à l’heure de jeu, laissant penser une fin de match tranquille pour les hommes d’Arias qui tuaient le match à l’entrée du dernier quart d’heure par le pibe Adrián Cuadra. Autant dire que le choc du week-end prochain face à la Católica s’annonce exceptionnel.

Au rayon exceptionnel, le deuxième Clásico de Colonias du Clausura, qui opposait Unión Española et Palestino au Santa Laura, aura tenu son rang. En ouverture du tournoi, les Hispanos avaient montré au Monumental qu’ils sont capables de générer bien des dangers sur les cages adverses. Chez eux pour la seconde journée, ils ont confirmé. Multipliant les situations sur les cages de Marín, parfois aidés il est vrai par les errements défensifs et les relances manquées par précipitation d’un Palestino toujours aussi amateur de prise de risque. Mais à force de gâcher, les hommes de Fernando Vergara allaient s’exposer aux offensives du Tino qui montait alors en puissance. Les joueurs de Nicolás Córdova allaient même dominer le début du second acte et profitaient d’une erreur de Nery Veloso pour ouvrir le score. Les minutes défilant, les locaux allaient se reprendre, acculaient le Tino dans son camp, ce dernier s’en remettant à un exceptionnel Luis Marín pour résister. A force de plier, Palestino allait rompre. Kevin Harbottle volait un ballon à Agustín Farías et s’en allait égaliser. Le score n’évoluait plus, Unión Española pouvait une fois encore regretter ses multiples occasions manquées quand Palestino pouvait se satisfaire de ce bon point pris à l’extérieur.

Les buts

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Résultats

 

Classement

 

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Universidad Católica 15 9 2 4 29 33 25 8
2 Colo Colo 15 8 4 3 28 19 11 8
3 O'Higgins 15 8 4 3 28 28 24 4
4 Palestino 15 6 7 2 25 24 18 6
5 Universidad de Concepción 15 8 1 6 25 22 24 -2
6 Santiago Wanderers 15 6 5 4 23 31 26 5
7 Antofagasta 16 6 4 6 22 23 18 5
8 Deportes Iquique 15 4 7 4 19 23 22 1
9 Huachipato 15 4 7 4 19 26 27 -1
10 Universidad de Chile 15 3 7 5 16 29 25 4
11 San Luis 15 3 7 5 16 22 25 -3
12 Audax Italiano 14 3 6 5 15 16 19 -3
13 Unión Española 15 2 9 4 15 20 24 -4
14 Cobresal 15 3 5 7 14 14 21 -7
15 San Marcos 15 2 6 7 12 10 17 -7
16 Unión La Calera 15 2 5 8 11 16 30 -14

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé