. . .

Corée du Sud : présentation de la saison 2015

  • Écrit par Tonio

A quelques heures du début de la nouvelle saison de K-League, sa 33ème édition, voici un tour d'horizon des différentes équipes engagées. S'ajouteront à cela quelques points de règlement pour débuter, parce que ça ne fait jamais de mal, et pour finir les prédictions des suiveurs de K-League L-O.

Débutons avec le déroulement du championnat qui, il faut bien le dire, n'est pas des plus communs. La saison se déroule donc en deux phases. La première voit les 12 équipes s'affronter chacune 3 fois, au bout desquels les 6 premiers et les 6 derniers sont séparés. Commence alors la seconde phase du championnat : les deux groupes formes deux nouveaux mini-championnats dans lesquels les 6 équipes s'affrontent toutes une fois, soit 5 rencontres supplémentaires, pour un total de 38 matchs. Les compteurs ne sont pas remis à zéro, mais cela permet entre autres aux clubs alors concurrents directs de disputer quelques "finales". Ou des matchs à 6 points si vous voulez une expression bien de chez nous.

Soutenez le projet Lucarne Opposée - Chili 2015

La distribution des places en ACL concerne les trois premières équipes et le vainqueur de la Korean FA Cup. Si le vainqueur de cette dernière est déjà présent sur le podium la quatrième place devient qualificative. En bas du classement seules deux équipes peuvent être sujettes à la relégation : le douzième et dernier du championnat, automatiquement rétrogradé, et le onzième qui lui doit passer par un barrage aller/retour face au vainqueur des play-offs de K-League Challenge.

Ensuite un autre point de règlement, que je qualifierai des plus intéressants car peu connu : les restrictions sur les joueurs dans les effectifs. Sur le même principe que la limite de joueurs extra-communautaires en Europe, la Corée du Sud va encore plus loin. Seulement quatre joueurs étrangers sont autorisés par équipe, dont un asiatique. Et face à la grande réticence des clubs Coréens à recruter Japonais ou Chinois, ce nombre se limitera très souvent à trois. Trois Brésiliens pourrons-nous dire. Les joueurs d'un pays en particulier ne sont pas concernés par cette règle : les Nord-Coréens, qui malgré tout ce que l'on connait n'en reste pas moins considérés comme des frères Coréens par le Sud.

Enfin, chaque équipe doit inclure deux joueurs U-23 sur chacune de ses feuilles de matchs, et au moins l'un d'entre eux doit débuter le match comme titulaire. Cette règle, comme la précédente, valorise les joueurs Coréens et les plus jeunes en particulier, dans le but de continuer à faire progresser le championnat et les Guerriers Taeguk. Chose qui leur a plutôt bien réussi lors de la dernière Coupe d'Asie en janvier, malgré la défaite en finale (voir Coupe d'Asie : l'Australie écrase l'Asie).

Ce système dans une mesure moindre aux play-offs a l'avantage d'offrir un final un peu plus excitant en cas d'écarts restreints entre les équipes, mais a certainement des défauts, comme le fait qu'ils ne remplissent que très peu les stades, pour un pays pourtant bien équipé de ce côté-là.

Douze clubs évolueront donc en K-League cette année, les voici :

Jeonbuk grand favori

Champion avec 14 et 23 points d'avance sur ses deux premiers poursuivants, Jeonbuk Motors a tout simplement écrasé la saison 2014. Pour conserver son titre le désormais triple champion de Corée du Sud s'est donné les moyens de le faire à l'intersaison, étant un des plus actifs au recrutement. Côté départ tout d'abord, Lee Seung-Gi a rejoint le club de Sangju Sangmu - relégué l'année dernière - pour deux années afin d'y remplir ses obligations militaires. Il n'y aura d'ailleurs aucun club "militaire" en première division cette année, qui pousse les quelques joueurs concernés de chaque effectif à redescendre en seconde division pour deux saisons, une au minimum s'ils ont le bonheur de remonter entre temps. Pour le même motif, Shin Hyung-Min rejoint Ansan Police. Ce sont deux des trois titulaires en 2014 à quitter Jeonbuk, auquel s'ajouter le Brésilien Kaio. Malgré cela, les arrivées apparaissent d'un calibre supérieur et nous permettent de penser que Jeonbuk pourra être encore plus fort cette saison. Le Brésilien Eninho qui a déjà passé cinq années au club jusqu'en 2013, participant aux plus grands succès, a été rapatrié de Chine. Arrive avec lui son compatriote Edu, passé notamment par Schalke 04 ces dernières années et le FC Tokyo la saison passée. Ils (re)viennent accompagner l'autre Brésilien star du club, Leonardo, et les deux jeunes talents offensifs du club Han Kyo-won et Lee Jae-sung. Le coach Choi Kang-Hee dispose là d'une véritable armada offensive qui si elle est bien huilée pourrait mettre plus que la Corée à ses pieds. Je parle bien sûr ici d'ACL, dans laquelle Jeonbuk comme les autres a déjà disputé deux matchs. Incapable tout d'abord de marquer contre un solide Kashiwa Reysol (là c'est le cœur qui parle), Jeonbuk a par la suite écrasé Shandong Luneng sur son terrain (4-1). Un début plus que satisfaisant qui devrait lui permettre de sortir aisément de cette phase de poules. Premier ou deuxième ? Cela devrait normalement dépendre du match retour à Kashiwa.

Pohang, Ulsan : deux ennemis jurés à l'objectif commun

Absents de l'ACL pour la première fois depuis plusieurs années, les deux rivaux de la côte Est ont une revanche à prendre sur leurs adversaires. Et sur eux-mêmes.

Leader en début de saison 2014, les Steelers de Pohang pensaient pourtant bien pouvoir conserver leur titre de champion. Mais l'accumulation des matchs ACL et championnat à fini par venir à bout de son jeune effectif. Complètement usés à la sortie d'un quart de finales d'ACL 100% Coréens face à Séoul (0-0 à l'aller et au retour, défaite aux tirs aux buts) les joueurs de Pohang ont complètement raté leur automne 2014, n’engrangeant qu'une seule victoire en douze match. Un laps de temps où Pohang a vu à tour de rôle le titre de champion, la seconde place, et cette troisième place synonyme d'ACL lui échapper. A l'instar de 2013 (voir Corée du Sud : l'incroyable scénario), Pohang tout se jouera dans les derniers instant du match (voir Corée du Sud : bilan de la K-league 2014). Foutu karma. Ainsi pour retrouver les sommets les dirigeants ont fait des efforts financiers. Composé intégralement de Sud-Coréens, souvent formés au club avec une belle réussite depuis plusieurs années, le club accueillera cette saison trois joueurs étrangers. Le premier est sans doute connu des suiveurs de foot anglais et brésilien, il s'agit d'André Moritz. Les deux autres sont moins connus : Tiago Alves (Brésilien) et Lazar Veselinović (Serbe). Sans expériences asiatiques précédentes, il faudra s'adapter rapidement. Si tel est le cas, l'apport de ces joueurs fera beaucoup de bien à l'attaque de Pohang, en terrible manque de réalisme l'année dernière. Moritz pourra devra lui remplacer Lee Myeong-Joo au milieu de terrain, atout numéro dans le jeu des Steelers. Vous avez bien compté, cela fait trois joueurs étrangers, le maximum. L'occasion ratée de voir débarquer Amara Diané débarquer en K-League, mais ne désespérerons pas, la prochaine fois ce sera la bonne.

Le recrutement est donc ambitieux à Pohang, retrouver les sommets sera donc impératif. Pour cela, les Steelers devront profiter de leur calendrier allégé, un mal pour un bien qui ne devra plus se reproduire.

A quelques dizaines de kilomètres plus au Sud, Ulsan a également bougé cet hiver. Terminé les chamboulements de la saison dernière, le club cherche désormais la stabilité. Pour cela il a avant tout recruté sur le banc de touche, avec l'arrivée de Yoon Jung-Hwan. Le coach Coréen n'a pour le moment connu qu'une seule expérience, à Sagan Tosu au Japon. Limogé à l'été 2014 alors qu'il était leader de J-League, le coach Coréen aura l'occasion de prouver qu'ils ont eu tort. Ce dont personne ne doute chez les suiveurs de J-League. Dans cette optique, le club a recruté modérément, surtout à Seongnam (Djeparov, Kim Tae-hwan), et compte sur le retour de prêt de l'espoir Im Chang-Woo pour briller cette saison. La grande difficulté pour Ulsan sera de s'adapter le plus rapidement possible afin de ne pas laisser filer définitivement ses concurrents. Les dirigeants devront se montrer patients si cela ne marche pas cette saison, la suivante pourrait être la bonne. Pour le moment Yoon a montré en tant que manager de Sagan Tosu qu'il était capable de mettre en place une équipe compétitive et solide défensivement avec peu de moyens, il est temps pour lui de prouver qu'il peut également jouer les premières places avec un effectif étoffé en sa possession.

Une chose est sûre, le classement 2014 des deux clubs n'est pas digne de leur rang et de leur palmarès respectif. Ne pas terminer sur le podium une seconde fois, quelles qu'en soient les conditions, sera toujours un échec aux yeux des supporters. Tout comme de perdre les trois derbys, probablement quatre, qui les opposeront cette saison.

Outsiders en championnat, et en ACL

Derrière Jeonbuk nous retrouvons trois autres clubs qualifiés en ACL. En complétant le podium 2014, Suwon Bluewings et le FC Séoul ont réalisé une saison plus qu'honorable -voire miraculeuse pour le club de la capitale. Les Coréens n'ont pas l'habitude de mettre de côté l'ACL pour jouer le championnat. Si l'on exclut 2014 (où Séoul sort en demi), au moins un club Coréen a atteint la finale sur les cinq dernières éditions, et jamais le même club. Parmi eux trois l'ont emporté. Une nouvelle fois encore les deux donc auront pour premier objectif d'aller le plus loin possible dans cette compétition tout comme en championnat.  Pour le moment leur parcours est mitigé. Après sa qualification en barrages, 7 à 0, Séoul s'est incliné à Guangzhou Evergrande 1-0, avant de l'emporter sur le même score face à Kashima Antlers. Les deux autres clubs engagés -Suwon Bluewings et Seongnam- présentent le même parcours jusque-là : un premier match perdu à l'extérieur et le second emporté à domicile face à des clubs nippons. Côté transferts, le FC Séoul a connu sa perte annuelle de cadres. Il s'agit cette fois du Japonais Escudero et de Kim Ju-Young, tous deux partis en Chine. Pour compenser ces départs le seul Lee Seok-Hyun arrive pour l'instant, et le coach Choi Yong-Soo semble satisfait de son groupe, comptant une fois de plus sur de jeunes joueurs.

En ACL le dauphin 2014 Suwon, vainqueur face à Urawa Reds, a un groupe où la seconde place semble abordable. Il sera très difficile d'aller chercher le Beijing Guoan de Dejan Damjanovic, mais une seconde place pourrait tout aussi bien ouvrir un tableau des huitièmes de finale moins effrayant que prévu (Buriram United ou Guangzhou R&F par exemple). Encore faudrait-il pour cela ne pas tirer au sort Evergrande. Durant la trêve Suwon a recruté deux attaquants Brésiliens, le tarif habituel cette saison, l’un d'entre eux étant Kaio, champion avec Jeonbuk l'an passé. Dans le sens inverse, le milieu de terrain Kim Do-Heon a rejoint Seongnam. Sur le papier Suwon semble armé pour terminer une nouvelle fois sur le podium.

Seongnam justement, était la véritable surprise de la fin de saison dernière. Un redressement lors du dernier mois lui a permis de se maintenir tout d'abord, mais également d'emporter la coupe de Corée du Sud, qui lui permet aujourd'hui de jouer l'ACL. Cela doit lui permettre d'oublier cette mauvaise passe et de relancer une nouvelle dynamique. Pourtant, l'effectif s'est encore affaibli, de deux éléments importants partis à Ulsan comme évoqué précédemment. Le risque pour l'équipe est de ne pas pouvoir gérer les deux compétitions sur l'ensemble de la saison, mais sa victoire 2-0 cette semaine contre le champion du Japon Gamba Osaka aurait toutes les bonnes raisons de les mettre en confiance, et ils auraient bien tort de s'en priver.

Ils doivent confirmer

Surprenant cinquième l'année dernière, à quatre petits points du podium, Jeju United tentera en 2015 de conserver une place dans le top 5. En défaut offensif principalement, le club a même été ambitieux quitte à prendre des risques. Deux (autres) Brésiliens ont posé leurs valise en sur l'île : Ricardo Lopes (24 ans) et Fernando Caranga (23 ans), auteurs respectivement de 23 et 11 buts en 2014 dans les divisions inférieures brésiliennes. Clairement, ce sont de jeunes joueurs avec un potentiel certes, mais qui ne sortent que d'une seule belle saison. Dans ces cas-là c'est toujours la même chose : ça passe ou ça casse. Quoiqu'il en soit, le club visera cette cinquième place au minimum. Si l'on exclut l'éphémère seconde place en 2010, la meilleure place atteinte par le club depuis 2001 était une autre 5ème place, en 2005. Le renouveler pour la première fois deux années de suite ne serait donc pas anodin.

Tel un reflet dans un miroir, Jeonnam Dragons sur l'autre rive de ce détroit qui les sépare. Ma minute poésie, veuillez m'excuser. Malgré cela, il n'y a sans doute pas plus belle comparaison entre Jeju United et les Dragons. Septième avec 51 points en 2014, Jeonnam a fini par compter un point de plus Ulsan (50) et trois de moins que Jeju présents dans le premier groupe. Il est vrai que leur cinq derniers adversaires était d'un tout autre calibre, je le reconnais, mais les Dragons ont très longtemps occupés les quatre premières places, à la surprise générale. La fin de saison a été plus compliquée mais laisse de très bons signes d'espoirs. Comme Jeju leur place se situe sans doute en milieu de tableau, mais la graduation Noh Sang-Rae, adjoint des quatre derniers coachs, au poste d’entraîneur leur permet d'avancer en tout stabilité. De même leur jeune effectif a très peu bougé et commence à bien se connaitre. Seul bémol, le gardien Kim Byung-Ji a pris sa retraire cet hiver, à l'âge de 45 ans. Il ne sera pas aisé de le remplacer sur le terrain mais surtout dans les vestiaires où son expérience manquera. Le gardien remplaçant de Jeonbuk, Choi Hyo-jin, a rejoint le club pour le remplacer. Jeonnam peut donc viser le top 6 à l'image de Jeju. La sixième place pourrait même probablement se jouer entre les deux.

Objectif maintien

Premier club à s'être fait peur l'année dernière (si l'on met de côté Seongnam déjà évoqué), Busan I'Park. Comme tant d'autres, le club a recruté deux Brésiliens, désormais dans le top 100 des produits importés en Corée du Sud. Les deux hommes, Bergson et Weslley, viendront compléter le très jeune effectif de Busan, qui ne comptera que deux trentenaires en 2015. De très jeunes trentenaires même, puisqu'ils ne prendront 31 ans qu'au cours de la saison. L'expérience engrangée en 2014 sera importante et doit permettre à Busan de s'assurer le maintien au plus tôt. Pour cela l'apport de ces deux attaquants ne devrait pas être de trop, quelle que soit leur réussite, Busan ayant cruellement manqué d'efficacité offensive l'an passé.

Avec un niveau très inquiétant en fin de saison dernière, Incheon United était passé tout près des barrages de relégation. Symbole du malaise qui règne dans le club : l'annonce de la retraite de Seol Ki-Hyeon seulement 10 jours avant la reprise du championnat. International Sud-Coréen à plus de 80 reprises, le joueur de 36 ans n'a-t-il pas là choisi le pire moment pour prendre sa décision ? Pas tant que cela, devant le dégraissage massif qu'a exercé le club quelques semaines avant le début de la saison. En proie à des difficultés financières le club a dû se séparer de ses titulaires Lee Seok-Hyun, Park Tae-Min, Nam Joon-Jae, Bae Seung-Jin, Ahn Jae-Jun, Choi Jong-Hwan, Koo Bon-Sang et Moon Sang-Yoon entre autres - promis j'arrête avec les noms Coréens - mais également le Brésilien Ivo, parti pour la Chine. Désormais le club cherchera la lumière du côté du belge Kevin Oris, tout juste recruté et déjà auteur de deux belles saisons (16 et 14 buts) en K-League il y a 2 ans. Il aura fort à faire, mais plus il y a d'ombre et plus la lumière est étincelante me dit-on. Oui, Kevin Oris devra briller de mille feux pour empêcher la relégation à Incheon.

Les promus

Impérial l'an passé en K-League Challenge, Daejeon Citizen est le promu qui a le plus de chances de se maintenir cette saison. Le club a dominé de bout en bout le championnat, emmené par un excellent Adriano auteur de 27 buts en 32 matchs. La prolongation de celui-ci pour une année supplémentaire cet hiver a été très importante. Le succès de Daejeon passera avant tout par lui, même s'il ne faut pas minimiser le reste de son équipe. Aujourd'hui le groupe sans Adriano n'en resterait certainement pas moins bon que celui d’Incheon ou de Gwangju.

Gwangju justement, retrouve la première division deux ans après l'avoir quitté. Leur présence ici tient déjà du miracle : qualifiés après 4 matchs de play-off et de barrages (voir Corée du Sud : bilan de la K-league 2014) alors qu'ils avaient terminé quatrième du championnat, loin derrière le podium. Créé en 2011 le club n'aura que pour unique objectif le maintien et éviter cette dernière place synonyme de relégation directe. Pour cela il ne faudra pas espérer d'eux autre chose que des matchs fermés où ils chercheront avant tout de ne pas prendre de buts et marquer sur contre ou phases arrêtée. Leur saison pourrait prendre deux visages : la première négative si le club se laisse trop vite distancer, ou une seconde plus positive qui les laisserait encore en course pour le maintien avant les cinq derniers matchs contre leurs concurrents direct. Fait surprenant et pour le moins inhabituel du calendrier : Gwangju devra parfois enchaîner jusqu'à 7 matchs à domicile et quelques journées plus tard 7 matchs à l'extérieur. Je dois vous avouer avoir vérifié sur de nombreux sites avant de vouloir l'accepter. Si cela est bel et bien réel, un jeune supporter de Gwangju ne pourra pas aller voir son équipe au stade fin juin et durant tout le mois de juillet. Messieurs dirigeants de la K-League, ne vous étonnez pas de voir vos stades sonner creux.

Prédictions des rédacteurs de Lucarne Opposée :

Exercice inhabituel sur L-O, j'ai demandé à quelques rédacteurs suiveurs de K-League de faire leurs prédictions pour la saison 2015. Voici donc les prévisions de Nicolas, Baptiste, ainsi que les miennes pour terminer.

Nicolas : "Je ne vois pas qui pourra empêcher mes verts de Jeonbuk de conserver leur titre. Ce n’est pas seulement une affaire de cœur mais surtout un affaire de terrain. Le meilleur effectif de 2014 apparaît encore plus fort cette saison et collectivement, la machine est déjà huilée. La seule chose qui pourrait leur coûter des points pourrait être un gros parcours en ACL (ce qui à mon avis sera le cas). Mais l’écart est important. Derrière, je vois bien Séoul s’accrocher le plus longtemps possible (effet Molina), suivi de près par Suwon. Pour la relégation, ça risque d’être une saison compliquée pour Incheon et Gwangju et puisqu’il faut en choisir un dans la charrette, je vais élire le dernier nommé.

Groupe de tête :

1. Jeonbuk 2. Seoul 3. Suwon Bluewings 4. Ulsan 5. Pohang Steelers 6. Jeonnam Dragons

Groupe de relégation :

7. Jeju United 8. Busan I'Park 9. Daejeon Citizen 10. Seongnam 11. Incheon United 12. Gwangju"

Baptiste : "Jeonbuk a écrasé la saison 2014 et semble bien destiné à faire de même en 2015. Les départs ont été bien compensés et l'équipe ne perd pas en qualité, ce qui n'est pas forcément le cas des concurrents comme Seoul. Néanmoins, me basant sur la bonne fin de saison du club de la capitale (et faisant un bref parallèle avec le PSV aux Pays-Bas) je vois bien Seoul continuer sur sa lancée et retrouver les devants pour livrer bataille avec Jeonbuk, du moins pendant un certain temps. Pour compléter le top 5 je pense que les coutumiers du fait seront présents c'est-à-dire Ulsan, Pohang et Suwon. En ce qui concerne la relégation, les deux promus auront fort à faire pour essayer de se maintenir mais je vois bien Daejeon Citizen y arriver et réaliser une bonne saison en en surprenant plus d'un.

Groupe de tête :

1. Jeonbuk 2. Seoul 3. Pohang Steelers 4. Ulsan 5. Suwon Bluewings 6. Jeju United

Groupe de relégation :

7. Busan I'Park 8. Daejeon Citizen 9. Jeonnam Dragons 10. Seongnam 11. Incheon United 12. Gwangju"

Tonio : "Jeonbuk a perdu des titulaires de l'an passé comme Lee Seung-Gi et Kaio mais les a très bien remplacés. Peut-être même avec de meilleurs joueurs. Aujourd'hui la défense n'a pas bougé, le milieu très peu et l'attaque me semble tailler pour tout gagner. Je vois difficilement comment une autre équipe pourrait venir les empêcher de remporter un quatrième titre. Dans leur sillage, deux équipes peuvent se détacher du lot et tenir un peu plus la distance qu'en 2014 : Ulsan et Pohang, profitant d'un calendrier favorable. Séoul, qui malgré tout est toujours au rendez-vous chaque année, et Suwon qui dispose d'une équipe bien équilibrée seront sûrement une nouvelle fois présents dans ce top 5 qui tend à se dégager ces dernières années. Malgré cela je ne serais pas étonné d'une surprise venant de Jeonnam ou Jeju United. En cas de faux pas d'un des favoris les deux clubs seront très vite à l'affût pour intégrer le top 6 final. Derrière, la lutte pour le maintien devrait tout d'abord concerner les deux promus et Incheon United. Enfin Busan et Seongnam ne sont pas non plus à l'abri d'une saison compliquée et vont devoir assurer le maintien plus tôt qu'à la dernière journée cette fois.

Groupe de tête :

1. Jeonbuk 2. Ulsan 3. Pohang Steelers 4. Suwon Bluewings 5. Jeju United 6. FC Séoul

Groupe de relégation :

7. Jeonnam Dragons 8. Busan I'Park 9. Daejeon Citizen 10. Seongnam 11. Gwangju 12. Incheon United"

Le programme de la première journée

Hormis le match entre Jeonbuk et Seongnam, qui logiquement ne devrait pas présenter de difficultés pour le champion, tous les matchs s'annoncent déjà très équilibrés. Les deux autres matchs du samedi verront le déplacement des promus chez de potentiels concurrents directs, et même si ce premier match ne vaudra que trois points, cela constitue l'opportunité de démarrer la saison avec confiance. Les trois rencontres de dimanche semblent elles tellement équilibrées, que ce soit au niveau de l'effectif ou des résultats de 2014, que quelconque pronostic semble impossible. Si Ulsan est encore en phase d'adaptation le début avancé de l'ACL pourrait toutefois profiter à Séoul et ses trois matchs de compétition au compteur. A Suwon il y aura un esprit de revanche, la dernière journée de K-League 2014 avait vu ces derniers prendre le dessus sur Pohang dans les derniers instants du match, les excluant ainsi de la troisième place et par la même occasion l'ACL.

Pour conclure vous noterez que j'avais réussi à ne pas parler de Seoul E-Land jusqu'ici, qui débutera en même temps sa première saison, en K-League Challenge. C'est chose faite maintenant mais ce sera tout, nous aurons tout le temps d'y revenir ultérieurement, soyez-en sûrs.

Reconnaissez qu'un tel maillot, on a envie de le voir rapidement en première division !

Sources : Taeguk Warriors (http://www.taegukwarriors.com/) et K-League official website english (http://www.kleague.com/eng/index.asp).

A propos de l'auteur
Tonio
Author: Tonio
De temps en temps rédacteur sur Lucarne Opposée pour la zone Asie de l'Est

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé