. . .

Dernière mise à jour 24/10/2014 17:16

A-league : presentation des North Queensland Fury et de Gold Coast United

  • Écrit par Nicolas Cougot
  • Publié dans la catégorie A-league

Vendredi 30 janvier 2009

Nous terminons notre visite de la A-league australienne par la découverte de deux équipes qui n’ont pour l’instant pas disputé le moindre match : les North Queensland Fury et le Gold Coast United. Même s’ils elles ne sont encore qu’en construction, l’excitation de cette naissance se fait largement ressentir dans les régions concernées.

Le 28 aout 2008, les North Queensland Fury et Gold Coast United ont été autorisés à venir joindre la prochaine A-league. Depuis, leurs propriétaires respectifs s’échinent et s’agitent pour bâtir l’équipe et les supporters commencent à s’organiser. Les North Queensland Fury seront basés à Townsville, cité de la cote nord est de l’Australie. Pour l’instant le bruit court que l’ex-star de Liverpool, Robbie Fowler pourrait rejoindre le club. Les pourparlers ont été entamés. Le climat particulier de la région de Townsville fait déjà que les déplacements y sont redoutés par les supporters des autres camps. Gold Coast United est basé à Robina et est détenue par Clive Palmer, l’homme le plus riche du Queensland. Ils ont déjà crée l’enthousiasme des médias par la signature de Jason Culina, leur futur marquee player.

Je suis donc allé à la rencontre de supporters des deux camps. Vous allez voir comment on ressent l’excitation engendrée par cette aventure unique mais aussi que ces deux équipes ont des ambitions bien différentes.

Nous commençons par les North Queensland Fury. J’ai débuté ma discussion en posant quelques questions sur l’histoire de cette naissance mais aussi du football local avant cela.

Midnight : « Avant le Fury, la région avait proposé une autre équipe pour la A-league. Elle s’appelait les Northern Thunder. Les Thunder étaient sur le point d’avoir le feu vert pour rejoindre la A-league la saison suivante mais en coulisse, tout s’est écroulé. Quelques mois plus tard, une nouvelle proposition fut mise en place, c’était les Fury. Un gros travail a eu lieu en coulisses et nous avons finalement eu le feu vert. Le football ici est énorme auprès des jeunes. C’est le sport le plus populaire auprès de la jeunesse et si je me souviens bien, il a une base de joueur plus importante ici que le rugby qui est pourtant le sport numéro 1. Sauf au niveau local, on ne parlait pas tout comme les médias, ces derniers se contentant de simples comptes rendus basiques. Je ne dirai pas que toute la région est en excitation derrière les Fury mais cela a clairement déclenché l’intérêt parmi les gens. Du coté des supporters, on est tous super excités et super heureux d’avoir enfin notre propre équipe à encourager. Personnellement, jusqu’ici je suivais un peu les Queensland Roar. Dès que les Fury ont été annoncés, j’ai juste laissé les Roar et suit la A-league juste comme ça. »

J’ai ensuite demandé aux supporters quelles étaient leurs attentes concernant cette future saison.

Midnight : « Je m’attends à ce que la plupart de nos points seront obtenus à la maison et que le Dairy Farmers Stadium devienne une forteresse imprenable. Etant donné les conditions climatiques particulières, ce sera difficile pour pas mal de clubs de venir jouer ici. J’espère que cela nous avantagera et qu’on gagnera beaucoup de matchs à domicile. J’espère qu’on terminera en milieu de classement pour cette première saison. Mais tout est difficile à prévoir avec la A-league. Le système de plafond salarial fait que le championnat est ouvert. Pour l’instant c’est tout de même difficile de se livrer à des pronostics pour le club, mais quand l’équipe sera constituée et que quelques matchs de pré-saison auront été joués, ce sera plus clair. »

JT : « Avant les Fury, la plupart d’entre nous encourageaient les Roar. En termes d’affluence, j’espère qu’on sera aux alentours des 10-12000 par matchs et probablement plus lors du premier match. Je ne pense pas que la plupart d’entre nous espèrent remporter la ligue et probablement même pas les play-offs. On est tout simplement heureux d’avoir un club de A-league à encourager. »

Nous avons ensuite discuté de la façon dont ils vivaient leur passion au milieu des autres sports australiens et ce que la A-league avait et pouvait changer.

Midnight: « Il y a clairement une place pour nous. Le championnat de rugby est en train de voir ses affluences, ses financements quelque peu décliner. Si ce déclin se poursuit et qu’on voit nos affluences augmenter la saison prochaine et la saison d’après quand la coupe du Monde se terminera, on pourrait voir le football dépasser le rugby. En termes d’équipe nationales les Socceroos sont un meilleur produit que l’AFL ou le rugby. Les Socceroos jouent tous le temps dans des stades pleins (même quand ils jouent contre des petites équipes comme Iraq, Qatar, Bahreïn….), ce qui n’est pas le cas du rugby ou de l’AFL. Les choses sont clairement différentes avec la A-league. Rien qu’en termes de couverture médiatique la différence est énorme. La NSL n’a jamais eu de vraie couverture dans les médias et n’était vraiment suivie que par ceux qui étaient d’origine européenne. De nombreux clubs appartenaient à des communautés et cela causait de nombreux conflits entre équipes rivales. C’était ainsi difficile pour un non européen d’origine de suivre du football. En revanche, il n’y a plus d’arrière plan ethnique dans la A-league. C’est plus une compétition familiale ce qui correspond au public australien. Il y a aussi une belle couverture médiatique avec l’ensemble des matchs visibles à la télévision. La A-league a définitivement renouvelé le football en Australie et en a fait un meilleur produit. Elle a aussi améliorée notre équipe nationale et on peut désormais compter sur nos joueurs du championnat national plutôt que de ne compter que sur les expatriés. »

Chants: « Je souhaite tout de même ajouter quelques précisions : je pense qu’il est important de se rappeler que l’ancienne NSL a produit beaucoup de bons footballeurs, nos meilleurs jusqu’ici. La NSL a largement fourni l’équipe nationale qui joua la coupe du monde 2006. Beaucoup d’équipes qui jouaient la NSL n’aurait aucun mal à lutter en A-league et certains joueurs qui étaient de bons joueurs de la NSL seraient des stars de la A-league : Milan Ivanovic, Paul Trimboli, Alan Davidson, Frank Farina, Mark Viduka, Charlie Yankos, Damien Mori pour n’en citer que quelques uns. L’histoire de la NSL ne doit pas être observée que de son coté négatif. J’ai assisté à de nombreux matchs de NSL et vécu quelques grands moments et quelques grands matchs entre des équipes compétitives et populaires. Les grands médias n’étaient pas là mais les arrivistes non plus. Il y eut quelques incidents mais beaucoup d’anti-foot dans les médias aimaient insister la dessus et appuyer sur les tensions ethniques, alors que, pour moi, ces choses n’étaient que périphériques. Il y avait une histoire, de la passion, de la dévotion et des rivalités, ce qui souvent produisit des matchs mémorables. Les années 70-80-90 et le début des années 2000 contiennent quelques jours de gloire pour le football australien. Le succès était étalé aussi avec des équipes de Melbourne, de Sydney, de Brisbane et de Perth donnant du bon temps. Alors qu’elle ne fit aucune coupe du monde entre 1974 et 2006, l’équipe nationale eu tout de même quelques résultats brillants : parmi tant d’autres, je n’oublierai jamais la victoire 4-1 contre l’Argentine championne du monde lors de la Gold Cup de 1988. En ces temps là, nous essayions de faire une équipe nationale pour lutter à l’étage international professionnel en prenant des joueurs d’une ligue à temps partiel. Au vu des circonstances, nous avons été plutôt bons et la période du milieu des années 80 jusqu’au début 2000 est de très loin la meilleure période du foot australien dans la production de talents. Le passage à la A-league est dans l’ensemble une bonne chose et nous avons vu une réponse positive des grands médias, particulièrement après le parcours lors de la dernière Coupe du Monde. Il y a encore beaucoup de travail tout de même. L’histoire de la NSL est importante et la contribution positive des gens et des clubs de cette période doit être rappelée. Le jours heureux n’ont certainement pas commencés en 2005 ».

C’est sur cette passionnante mise au point, qui rend du crédit à la ligue précédente si souvent décriée que nous terminons notre partie sur les North Queensland Fury pour nous intéresser à présent à Gold Coast United. JT a fourni la formule exacte pour assurer la transition entre les deux parties de notre dossier. « Il y a une autre équipe qui va rejoindre la A-league qui a fait vraiment mieux que nous en terme de recrutement. Leur propriétaire est confiant en une victoire en championnat et même en Asie. »

En effet, Gold Coast United a été créée l’an passé par Clive Palmer, l’homme le plus riche du Queensland, et depuis attire l’attention des médias. Comme le dit Joshua : « Il y a un vrai buzz autour de Gold Coast United en partie du à nos énormes débuts. Clive Palmer avec notre coach Miron Bleiberg sont excellents pour attirer l’attention. »

J’ai commencé par demander aux supporters de Gold Coast de me parler du football sur le plan local avant la création de la A-league et s’ils suivaient déjà cette compétition.

Abradshaw: « L’Australie est un pays avec une petite population d’environ 20 millions de personnes dispersée sur le continent. Ainsi, le football de haut niveau en Australie a toujours du composer avec ces problèmes de voyages longue distance et d’une faible base de supporter, ce qui rendait difficile toute compétition nationale. Ajouté à cela, le football est en compétition avec 5 autres sports pour attirer des supporters : Australian Rules Football, la Rugby League, la Rugby Union, le Cricket et à degrés moindre, le basket. En conséquence, la majorité des équipes de foot de l’ancienne NSL étaient basées dans de grandes villes, en particulier Sydney. Pour cette raison, ce ne fut jamais vraiment une compétition nationale et était voué à l’échec. Au mieux, la NSL était semi-professionnelle. Aux environs des années 2000 de grands changements ont commencé à se produire en Australie. La fédération nationale Soccer Australia était endettée et la NSL sur son lit de mort. Une nouvelle association Football Federation Australia a été formée et il fut envisagé de créer une nouvelle ligue professionnelle qui devint la A-league. L’idée était de créer une ligue structurée, planifiée, viable et télévisée en Australie pour améliorer la qualité des joueurs que nous produisons et tirer avantage du grand nombre de joueurs qui jouent à un niveau amateur. La A-league a donné aux supporters beaucoup d’espoir pour le futur. Avec la A-league, les joueurs ont désormais des plans de carrière, alors que dans le passé, ils étaient limités à un échelon régional. Désormais, ils peuvent montrer leurs capacités à l’échelle nationale mais aussi internationale. Un club de A-league dans ta région donne aux joueurs et aux clubs locaux la motivation de s’améliorer. Avant Gold Coast, je suivais les Queensland Roar. Mais j’ai toujours été déconnecté de cette équipe parce que je n’habite pas à proximité du stade (6h de route pour aller voir un match). Alors même si je préférais qu’ils gagnent, je ne les encourageais pas plus que ça. Je vais encourager Gold Coast plus fortement, aller voir plus de matchs, acheter le maillot et devenir membre du club (3 choses que je n’ai jamais faites en tant que supporter des Queensland Roar). »

ChaingunCassidy: « Ayant grandi en Nouvelle Galle du Sud, j’étais un supporter du FC Sydney lorsque l’annonce de la création de la A-league a été faite. Même si j’ai migré vers la Gold Coast un an après, je suis resté un supporter de Sydney. Lorsque j’ai entendu l’éventualité d’une expansion de la ligue, j’étais excité. J’avais alors juré de devenir supporter de n’importe quelle équipe basée ici s’ils en créeraient une. Maintenant que le temps est venu, je suis un supporter de Gold Coast, simplement parce que j’aime la région. »

J’ai ensuite questionné les supporters sur ce sentiment étrange que doit être le fait d’encourager une équipe toute nouvelle.

Abradshaw: « Etre supporter d’une nouvelle équipe est réellement quelques chose de spécial. Combien de gens peuvent dire : je suis la depuis le début ou j’ai vu tous les matchs de mon équipe depuis son existence. Pas grand monde. Il y a une forte excitation et d’impatience autour de la formation d’une nouvelle équipe, en particulier avec une si ambitieuse comme la notre. »

En effet, Gold Coast United, par la voix de leur propriétaire, semblent vraiment ambitieux. J’ai donc demandé aux supporters quelles étaient leurs propres ambitions.

Abradshaw: « Je pense que la plupart des supporters de Gold Coast United souhaitent une place dans les 4 premiers lors de la première saison. Le club a annoncé qu’ils voulaient gagner la A-league dès la première saison, peut-être y parviendrons-nous, mais il est difficile de prévoir quoi que ce soit. Nous devons nous rappeler que nous ne somme qu’une nouvelle équipe et qu’il y a beaucoup de choses à apprendre avant de remporter des titres. La A-league possède un plafond salarial ce qui permet de maintenir une compétition serrée. Non, personne ne peut acheter la compétition comme on peut le voir dans les grands championnats européens. »

L’arrivée de Gold Coast United et des North Queensland Fury en même temps, fait qu’il y aura 3 équipes du Queensland la saison prochaine (avec les Queensland Roar). J’ai donc questionné sur les rivalités possibles entre ces équipes qui nous l’avons vu se partagent déjà des supporters.

Abradshaw: « Il y aura certainement des rivalités entre les trois équipes. Chacune voudra prétendre au titre de meilleure équipe du Queensland. On sent déjà cette rivalité alors qu’un ballon n’a été frappé entre ces équipes. Queensland Roar et Gold Coast United en particulier sont proches l’un de l’autre donc j’imagine qu’il y aura une forte rivalité entre les deux équipes. North Queensland sera dur à battre chez eux à cause de leur climat particulier. »

Joshua: « North Queensland sont des rivaux dans le sens où il vont débuter en même temps que nous mais en tant qu’autre équipe du Queensland, je ne pense pas. Ils sont si loin et comme tu l’as dit, géographiquement parlant, les Roar sont plus proche. Cependant, beaucoup des supporters de Gold Coast sont d’anciens supporters des Roar depuis l’arrivée de la A-league. C’est aussi le cas pour moi (j’ai un intérêt général pour eux). Je vais avoir du mal à les considérer comme notre plus proche rival. Les supporters de Gold Coast auront-ils un faible pour les Roar ? Cependant, il y aura certainement un peu de haine de la part des Roar envers nous, étant l’équipe que la moitié d’entre eux aurait aimé avoir. »

Comme avec les supporters des Fury, nous avons terminé notre conversation en évoquant la place occupée par le football dans le paysage sportif australien et ce qui, pour eux, avait changé avec la A-league.

: justify">Abradshaw : « Malgré la domination du rugby et de l’Australian Rules Football au niveau des compétitions nationales, le football possède plus de jeunes pratiquant que l’ensemble de ces deux sports. Mais, jusqu’à récemment, nous n’avions pas de compétition nationale se servant de cet avantage. La A-league est notre espoir pour le futur. Nous avons désormais une ligue qui commence à concurrencer les autres footballs et qui essaie d’augmenter la popularité de notre sport. C’est vraiment difficile d’être un supporter de football en Australie. Nous sommes une minorité. Nous devons lutter pour tout et n’avons aucune reconnaissance. Tout le monde parle de rugby, d’AFL ou de cricket alors qu’un supporter de football doit passer son temps à défendre son sport des insultes et autres accusations. La vision commune du football est que c’est un sport faible pour les filles et les étrangers, ce qui n’est pas vrai….c’est un sport mondial fabuleux et accompli. On essaie de lutter contre ces idées mais cela restera difficile tant que la FIFA ne fera rien contre les plongeons (simulations) qui semblent être la plus grande cause de dégâts dans la vision du football par l’australien moyen. Avant la A-league et Gold Coast United, je n’étais qu’un amateur de foot en général qui aimait suivre l’équipe nationale des Socceroos. La A-league nous a donné un vrai espoir pour le futur. Les jours où, pour remplir un stade, notre équipe nationale devait se contenter de matchs d’exhibition contre des équipes européennes comme Manchester United, sont derrière nous. Nous avons désormais notre vraie compétition de clubs. La A-league nous offre aussi la possibilité d’encourager une équipe locale au lieu d’être obligés d’encourager des équipes européennes. Cela a amélioré la qualité du football dans le pays. Je pense que si la compétition peut continuer de s’appuyer sur ces solides fondations, dans 20 ans, la A-league sera une ligue de très haut niveau comme la J-league l’est. Récemment, l’Australie a introduit de nombreux changements dans son approche du football amateur (Small-sided game) qui, je pense, vont payer d’ici une quinzaine d’années lorsque ces enfants ayant suivi ces méthodes commenceront à arriver en A-league. Je crois que pour la Coupe du Monde 2022 (qui se déroulera chez nous), la A-league sera largement plus populaire et acceptée en Australie.

ChaingunCassidy : « Oui c’est dur d’être un supporter de foot en Australie, surtout lorsque tu viens d’une famille de rugbyman et que tous tes amis suivent la ligue de rugby. Je suis souvent la proie de nombreuses blagues de mes amis et de ma famille (même d’autres supporters parce que je suis fan de Chelsea). Mais cela rend les choses plus agréables lorsque je trouve quelqu’un avec qui parler de foot. »

Joshua : « La A-league a un projet stable qui devrait donner une véritable assise pour le futur. Je suis un fervent croyant que la A-league est désormais dans une position forte même si la qualité ou la viabilité financière n’augmentent pas à court terme, à cause du plateau atteint par ces deux facteurs. A plus long terme, nous allons chercher à devenir une compétition asiatique de premier plan. »

Pour conclure, j’aimerais remercier l’ensemble des membres de ces deux jeunes forums de supporters des North Queensland Fury (ici) et de Gold Coast United (ici et ici), en particulier, ceux cités ici. Bonne chance à tous pour cette belle aventure. Je dois avouer que je vous jalouse quelque peu n’avoir jamais connu ce genre de choses si spéciales que sont les naissances d’équipes.

C’est avec cet article que se termine notre dossier sur la A-league australienne et la reconstruction du football dans ce pays. J’espère que vous avez apprécié ce dossier autant que j’ai pris plaisir à le préparer et que l’ensemble de ces articles vous donnera l’envie de suivre cette jeune compétition vraiment intéressante. Comme je l’ai déjà écrit, j’ai malheureusement du faire des choix lors de la présentation de certains clubs, en grande partie par manque de temps (mon retard dans la publication en étant la preuve). Ainsi, je vous invite à jeter un coup d’œil aux Queensland Roar, Sydney FC, Wellington Phoenix et Perth Glory, en m’excusant auprès de leurs supporters. A ce propos, si vous êtes l’un deux, n’hésitez pas à intervenir sur le forum . Dernier point. Le dossier n’est pas totalement terminé puisque vous aurez bientôt droit à deux articles rédigés par des supporters australiens rencontrés sur les forums. Les deux articles sont en cours de traduction et seront publiés sous peu (j’espère). Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à réagir à ce dossier.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé