. . .

Argentine – Primera Division 2016 : l’heure des surprises

  • Écrit par Nicolas Cougot

Forte accélération du rythme en Argentine avec la troisième journée placée en semaine. Si Central et San Lorenzo confirment leur statut de favoris, si Boca s’offre une bouffée d’oxygène, c’est au tour de River de douter. Pendant ce temps, les surprises Colón et Tucumán engrangent.

Zona A : Colón régale, River sombre

Lorsque le rythme s’accélère et que la Libertadores approche pour certains, deux positions sont fréquemment envisagées, ne rien changer ou alors prioriser. C’est cette solution que Marcelo Gallardo avait décidé de choisir, alignant une équipe hybride pour accueillir un Godoy Cruz qui ne semblait pas réellement dangereux. Et pourtant. D’entrée de partie, le Tomba passait à deux doigts de sceller le suspense. Diego Vera ouvrait le score dès la 10e minute, Marcelo Barovero se retrouvait contraint de sauver les siens dans la foulée devant Ayoví, Godoy Cruz exploitait à merveille les espaces laissés par une défense de River absente. Les choses se compliquaient lorsque Pisculichi était exclu à la demi-heure pour une faute sur Fernández et n’allaient trouver qu’un bref intermède, l’égalisation d’un Pity Martínez, désormais décisif, en fin de premier acte. Mais au retour des vestiaires, le scénario demeurait identique. Godoy Cruz se montrait le seul capable de générer du danger et allait finir par être récompensé en fin de rencontre sur un missile de Carabajal. River, qui perdait D’Alessandro sur blessure a déjà perdu deux de ses trois matchs et, à quelques jours de débuter la Libertadores, se retrouve à devoir courir après les points perdus.

Car devant, les autres favoris que sont Central et San Lorenzo ne sont pas décidés à perdre du temps. En déplacement du côté d’Avellaneda pour y jouer un Independiente loin d’être convaincant depuis le début du tournoi, Central s’est montré sans pitié. Après un premier acte assez fermé, la meilleure occasion restant pour le Rojo, les Canallas allaient frapper au meilleur moment, dès le retour des vestiaires sur un penalty transformé par Larrondo. Le match avait alors basculé, les hommes de Coudet dictaient le rythme de la rencontre et doublait la mise par Aguirre, parfaitement servi par Montoya. Avec des Denis et autres Méndez trop intermittents, Independiente ne pouvait alors rien espérait et concédait ainsi sa première défaite de la saison, laissant Central fêter ses 9 points en trois matchs. Dans la roue des Canallas, San Lorezno ne lâche rien. Après le succès arraché au Gasometro face à Sarmiento, les hommes de Guede s’en sont remis à un Nicolás Blandi et son jeu de tête pour tranquillement dominer Olimpo au terme d’un match tranquillement maîtrisé par le Ciclón.

Reste qu’à leurs côtés, Central et San Lorenzo se retrouvent pour l’instant avec une surprise nommée Colón. Au Cementerio de los Elefantes, le Sabalero a donné une véritable leçon de football à un Belgrano qui sortait pourtant d’un beau succès au Kempes face à River. Emmené par un Alan Ruiz stratosphérique et surtout un duo Ledesma – Poblete redoutable au milieu, véritable cœur du jeu des hommes du très bielsista Darío Franco, la meilleure attaque d’Argentine a tué le match en une mi-temps avant d’accumuler les situations en seconde période. Au point que le succès 3-0 a des airs de minimum syndical pour les Piratas de Zielinsky. Colón trône ainsi en tête de la zona A et ira défendre sa place à Mendoza ce week-end.

Ailleurs dans ce groupe, notons le large succès d’un Vélez retrouvé sur la pelouse d’un Argentinos bien préoccupant (au point d’encaisser un doublé de Mariano Pavone), la deuxième victoire du Lobo grâce à un doublé du cadet des Bou, Walter et le premier point pris par Quilmes face à Banfield qui permet au Cervecero de laisser Olimpo seul à la dernière place du groupe.

Zona B : Boca respire, Tucumán et Lanús engrangent

S’il était un déplacement qui était particulièrement attendu lors de la troisième journée, c’était bien celui de Boca à San Juan. Attirés par l’odeur du souffre et les perspectives de dernier match d’el Vasco Arruabarrena, les regards se portaient ainsi sur ce Boca, incapable de marquer de de gagner qui rendait visite à un San Martín sans réelle inspiration. Peu pressé, rarement mis en danger, Boca en a alors profité pour se rassurer dans le jeu, prenant le temps d’essayer de construire mais ne parvenant que trop rarement à se montrer réellement dangereux. C’était pourtant en toute logique que Carlos Tevez allait enfin libérer les Xeneizes à moins de 10 minutes de la pause et offrir ainsi les premières joies d’une ouverture du score aux siens. Boca allait alors se replier lors du second acte, signe que tout n’est pas encore redevenu comme avant, mais ne se retrouvait jamais réellement menacé par les centres inoffensifs de San Martin. Il n’en reste pas moins que Boca s’offre une première victoire synonyme de bouffée d’oxygène pour son coach et peut enfin travailler dans un relatif calme en vue de la quatrième journée.

D’autant que du calme, les Xeneizes vont en avoir besoin, le prochain visiteur de la Bombonera n’étant autre que Newell’s. Quelques jours après avoir assisté au départ de son coach Lucas Bernardi et alors que l’identité de son successeur n’est pas encore connue, la Lepra accueillait le Racing et s’est réveillée de manière brutale, bien aidé il est vrai par le choix de Sava d’aligner une équipe alternative pour l’occasion. Le début de match était équilibré, les deux équipes montrant de belles intentions dans le jeu et la partie basculait sur un débordement de l’excellent Luis Advincula qui s’amusait côté droit avant de servir Insúa pour le 1-0. Dès lors, les contres leprosos allaient être fatals. Un but de Schmidt contre son camp avant la pause, l’exclusion de Noir quelques instants plus tard puis une seconde période au cours de laquelle la furia noire et rouge faisait exploser La Academia plus tard, Newell’s s’impose 5-0 qui, s’il ne peut faire oublier la leçon reçue lors du Clásico permet de respirer. Côté Racing, à quelques jours d’entrer en phase de groupe de la Libertadores, il va désormais falloir penser à se rassurer. Rien de mieux qu’un Clásico de Avellaneda pour cela.

Si Boca et le Racing sont donc déjà en retard sur les prévisions, l’Atlético Tucumán et Lanús en profitent. Fort de son succès à la Bombonera, le Decano a capitalisé celui-ci par une troisième victoire en autant de matchs devant Unión, ne dominant pas de la tête et des épaules la rencontre mais profitant de la réussite de Cristian Menéndez, aligné à la place de Zampedri suspendu, pour s’imposer 2-0. De son côté, le Granate ne s’est pas non plus montré véritablement brillant mais qui n’a pas réellement eu besoin de l’être face à des Gasoleros peu dangereux si ce n’est sur des frappes lointaines ou des centres manqués terminant sur la barre (comme celui de Cristian Chimino à dix minutes de la fin du match), seul frisson du deuxième acte. Et comme pendant  ce temps l’immortel Pepe Sand avait ouvert le score sur penalty, Lanús réussit son 3 sur 3 et pointe au sommet du groupe, en attendant peut-être Aldosivi dont le match face à Huracán a logiquement été reporté.

Ailleurs, pendant que Tigre rentre de La Plata avec un bon nul, notons la première victoire de la saison pour Defensa y Justicia qui atomise un Atlético Rafaela dont la victoire en ouverture face au Globo n’était semble-t-il qu’une simple éclaircie.

Les buts

 

 

Résultats

Classements

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

  • Aucun commentaire trouvé