. . .

Argentine : nouvelle saison, nouvelle version (4ème et dernière partie)

  • Écrit par Nicolas Cougot

Dernier volet de notre tour d’Argentine avec au menu le tour des 10 équipes qui devraient jouer le titre 2015.

Ce guide se divise en quatre parties.

1ère partie - 2ème partie - 3ème partie - 4ème partie

Oublié le terrible dernier cycle Bianchi, oublié l’élimination en Sudamericana par l’éternel rival, le Boca 2015 est reparti sur une autre dynamique. Malgré la lourde défaite concédée face au Racing, les Xeneizes ont humilié River, éliminé Vélez de la Libertadores et signé deux joueurs au talent confirmé : Nicolás Lodeiro, nouvel enganche dont l’association avec Fernando Gago promet tellement, et le controversé Daniel Osvaldo, chargé de mettre fin à la malédiction touchant les 9 à la Bombonera.

Sous la direction de Mauricio Pellegrino, Estudiantes est devenu l’une des plus belles équipes à voir jouer. Après avoir peiné à terminer son année 2014, les Pinchas, orphelins de leur pépite Joaquín Correa, réussissent à conserver (un temps ?) Guido Carrillo et attirent Luciano Acosta, David Barona, Agustín Rossi, Leonardo Gil, Rafael Delgado et Álvaro Pereira. De quoi être compétitif à l’échelle continentale et jouer le titre national.

Revenu de l’enfer, Independiente a longtemps rêvé de titre lors du dernier tournoi argentin et s’offre une intersaison riche en polémiques (surtout autour de Rolfi Montenegro) mais surtout des renforts de poids : Lucas Albertengo, Emiliano Papa, Claudio Aquino, Diego Rodríguez, Damián Toledo, Nicolás Tagliafico et Mauricio Victorino. Autant d’arrivées qui viennent densifier un groupe déjà compétitif au sein duquel on suivra avec attention la saison des pépites Pizzini et Pisano.

Depuis l’arrivée des frères Barros Schelotto, Lanús est devenu l’une des valeurs sûres de la Primera Division, un habituel candidat au titre. Si le Granate perd trois éléments clés durant l’été argentin avec  Agustín Marchesín, Diego González, Leandro Somoza et Silvio Romero, les arrivées de Matías Fritzler, Sebastián Leto, Fernando Monetti, Diego Barisone et du talentueux Facundo Melivilo tendent à prouver que le Granate sera encore l’un des candidats au titre argentin.

La légende Lucas Bernardi ayant pris sa retraite, la Lepra change de cycle. Américo Gallego revient aux commandes d’un club qu’il a mené au titre en 2004 et ramène au club d’autres anciens de cette année dorée comme Luciano Pocrnjic et anciens du club comme Hernán Bernardello. Avec Ignacio Scocco, Newell’s poursuit dans ce qui fait sa spécificité depuis tant d’années : se renouveler à partir de glorieux anciens.

Le champion en titre a été touché par le départ de dernière minute de sa pépite Adrián Centurión. Pour compenser, la Academia s’offre le superbe Óscar Romero tout en conservant en grande partie le groupe champion emmené par son capitaine légendaire Diego Milito (voir son portrait Diego Milito : héros d’Avellaneda, légende argentine) et s’offrant avec Brian Fernández, une des nombreuses promesses argentines.

Pablo Aimar pour la légende, Camilo Mayada et Gonzalo Martínez pour l’avenir, River réalise un marché d’été d’une qualité rare tout en conservant l’effectif qui a longtemps joué le titre avant de le laisser filer pour se concentrer sur la Sudamericana. Le récent succès en Recopa Sudamericana (voir Recopa Sudamericana : River décroche un nouveau titre) le confirme, le River de Gallardo sera l’un des principaux candidats au titre 2015.

Eduardo Coudet revient au club pour prendre place sur le banc et dans la foulée, Central rapatrie au pays Marco Ruben, Pablo Álvarez, et retrouve son icône Chelito César Delgado. A leurs côtés, les Canallas s’offrent les services de José Luis Fernández, Gustavo Colman, Cristian Villagra et Jonathan Ferrari. S’il peut y avoir une belle surprise en 2015, Rosario Central pourrait bien l’être.

Après avoir passé 6 mois à osciller entre vacances et préparation du mondial des clubs, le dernier vainqueur de la Libertadores conserve Edgardo Bauza et muscle un effectif amputé des départs de Walter kannemann, Nicolás Blandi et Santiago Magallán. Alejandro Melo, Matías Caruzzo, Franco Mussis, Nahuel Benítez, Alan Ruíz et Sebastián Blanco arrivent à Boedo, le Ciclón possède l’un des groupes les plus homogènes du pays.

Après la déception de la fin d’année 2014 sous la conduite de Turu Flores, Vélez change tout et nomme Miguel Ángel Russo. Dans la foulée, le Fortin attire Alan Alario (venu de la Roma), Mariano Pavone, Leandro Somoza et Hernán Pellerano. Reste à savoir si les départs de Lucas Pratto et Emiliano Papa ne pèseront pas trop dans la balance. Mais Vélez reste un candidat habituel aux accessits.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé