. . .

Uruguay – Apertura 2015: Clásico, un match pas si nul pour Peñarol

  • Écrit par Jérôme Lecigne

Week-end de Clásico en Uruguay ! Les deux grands se quittent sur un match nul qui arrange plutôt les affaires du Peñarol. Les carboneros gardent la main avant les trois dernières journées. Derrière, le classement continue de se resserrer avec 9 équipes en 5 points. Le Defensor gagne avec beaucoup de chance contre le Cerro au Troccoli lors du meilleur match de la journée, alors que River Plate continue de couler.

Nacional 1 – 1 Peñarol

 C’est toujours une émotion spéciale. On a beau savoir que ça ne va pas jouer comme à Barcelone, on a beau avoir peur d’incidents entre supporters, on attend toujours avec impatience ce match. Au pays du football, ces deux clubs sont rois. Et cela fait un roi de trop sur ce petit territoire. Pour illustrer ce fait, Diego Lugano était au stade hier avec ses deux fils, les deux jeunes hommes au premier plan, Thiago et Nicolas. Vous voyez ou est le problème…

Plusieurs éléments ont marqué le Clásico d’hier. Premièrement, il n’y a eu aucun incident ni dans le stade, ni à l’extérieur du stade. Il faut s’en féliciter, quand on sait que le dernier match avait été arrêté par l’arbitre suite à des incidents en tribune. Il n’y a également pas eu d’incidents sur la pelouse, quelques cartons jaunes, peu d’insultes. Forlán a bien fait une belle semelle un peu haute en début de match, mais rien de volontairement agressif. On a même vu des joueurs comme Fucile et Forlán, ou Nandez et Amaral, se saluer longuement à la fin du match. Tout cela est grâce à un homme que l’on ne salue pas assez dans le football uruguayen : Oscar Washington Tabarez. Ce dernier a remis le championnat uruguayen au centre du jeu de la sélection, que ce soit pour les jeunes et pour les adultes. Il y a encore 5 locaux appelés pour les matchs internationaux de cette semaine. Il y avait également hier 5 demi-finalistes de 2010 dans les deux équipes.  Au coup d’envoi, entre les jeunes et les anciens, il y avait une dizaine d’internationaux dans les deux équipes, une bonne chose pour le football local.

Malgré ces bonnes notes, le Clásico d’hier a été très classique... Match fermé, rugueux. Il faut dire que Munùa avait choisi une stratégie défensive, avec Eguren, Abero, Porras et Romero, cela fait presque quatre milieux défensifs dans l’équipe. Idem pour Bengoechea, qui a préféré remplacé Diogo par MacEachen, ne faisant pas confiance au repli défensif de son latéral face à un grand joueur comme Sebastian Fernandes. Le début du match est marqué par une légère domination du Nacional, mais aussi est surtout par une belle semelle de Forlán sur Porras. C’est le gros débat post-Clásico de cette semaine, puisque, selon certain, Cachavacha aurait dû recevoir un carton rouge. Il n’a eu que jaune, et cela me parait logique puisqu’il retire au dernier moment sa semelle, ne blessant pas Porras. A noter qu’hormis cette action « douteuse », l’arbitrage d’Andrés Cunha a été très bon. Dans la foulée, Ifran a un premier face à face avec Esteban Conde. Il reprend une magnifique transversale de Forlàn et tire à ras de terre, mais le gardien effectue un magnifique arrêt. Dans la foulée, Forlán se retrouve également seul face au gardien, et ce dernier arrête également le ballon du pied. Sur la première mi-temps, le gardien du Nacional est très bon et permet à son équipe de ne pas être derrière au score. Et à force de se manquer, Peñarol va lui-même subir des occasions. Tout d’abord sur un bon centre de Romero, Ivan Alonso ne peut reprendre le ballon de justesse. Dans la foulée, Piriz perd le ballon au milieu de terrain. Fernandez part en course sur le côté gauche, et sert Romero dans la demi-lune devant la surface. La frappe de ce dernier, qui était pourtant complétement arrêté, part violemment dans la lucarne de Gurruceaga qui ne peut strictement rien faire. L’ouverture du score est contre le cours du jeu, mais sur un but magnifique, qui vient récompenser le travail de Romero au milieu de terrain. A la 45éme, le Nacional a l’occasion de tuer le match, sur un centre de Porras, Alonso place sa tête, mais la balle vient taper le poteau opposé. Le bolso va regretter cette occasion en deuxième mi-temps.

Pourtant, au retour des vestiaires, c’est encore le Nacional qui se montre le plus dangereux. Alonso délivre tout d’abord un caviar à l’entrée de la surface pour Sebatian Eguren. Mais ce dernier place une frappe à ras de terre qui passe juste à côté des buts des Gurruceaga. Le match a alors tendance à s’endormir, à s’enfoncer dans un faux rythme. Luque remplace Zalayeta, et ce remplacement habituel à l’heure de jeu fait beaucoup de bien à l’équipe, apportant de la vitesse et de la profondeur. Et à la 79ème, sur le côté de Luque, Fucile fait une faute inutile en cherchant à prendre le ballon. Il marche sur le pied de Luque, et ce dernier obtient un bon coup franc. Il est idéalement tiré par Forlán, légèrement dévié par Romero, et Aguirregaray n’a plus qu’à placer sa tête dans un fauteuil pour l’égalisation. C’est le quatrième but du Vasquito depuis le début de la saison, pas mal pour un latéral droit. Il n’y aura plus d’autres occasions, Bengoechea faisant même sortir Ifran, remplacé par Marcel Novick, soit un attaquant pour un milieu défensif, pour conserver le match nul.

Côté Nacional, Esteban Conde, Santiago Romero et Sebastian Fernandez ont fait un grands match. Conde a presque tout arrêté, Romero a été partout au milieu et a organisé l’attaque. Fucile et Porras n’ont pas eu leur rendement habituel. Polenta a encore été mauvais, il est responsable sur les occasions de Peñarol en première mi-temps. Côté Peñarol, Valdez et Nandez ont été bons. Ils ont laissé peu d’espace au Nacional dans l’axe en défense. Piriz a fait quelques erreurs dont une qui a couté cher. Zalayeta a encore été absent, il a touché très peu de ballon. Forlán est passé par toutes les émotions. Il est passé près du rouge, a délivré des caviars, et loupé deux face à face, avant d’effectuer une passe décisive sur coup-franc.

Au classement, Peñarol conserve deux points d’avance précieux à trois matchs de la fin. Leur parcours sera plus simple avec deux matchs à domicile et un déplacement à Colonia. La prochaine journée, dans deux semaines, sera essentiel avec un PeñarolWanderers et un DanubioNacional. Il peut encore y avoir de nombreuses surprises d’ici la fin du championnat.

Portrait du joueur de la semaine : Santiago Romero, Roux de secours.

Il n’est plus si jeune que cela, el Colorado Romero. Mais à 25 ans, il effectue seulement sa deuxième saison pleine avec le Nacional. Et il est devenu indispensable au milieu de terrain, gratteur de ballon infatigable qu’il est,  bon techniquement, agressif au bon sens du terme. Il a été formé au Nacional et y a joué toute sa carrière (hormis un passage au Chili). Il a marqué un magnifique but hier, comme il l’avait déjà fait en juin lors du dernier Clásico.

Cerro 2 – 3 Defensor

Quel hold-up ! Le Cerro a très bien joué, a mené deux fois, et a concédé une défaite plus qu’amer dans les dernières minutes, sur un but de la tête à la 95ème de Fleurquin ! Tout avait pourtant bien commencé, puisque dès la dixième minute, Boghossian reprenait un ballon bien remis par Ramos pour l’ouverture du score. Mais à la 15ème minute, Barboza égalisait sur un but en position de hors-jeu et sur une mésentente entre les défenseurs du Cerro. Malgré cela, l’équipe Albiceleste continuait sa domination et reprenait l’avantage sur un penalty transformé par Boghossian. Mais le Defensor égalisait à nouveau dans la foulée sur un penalty accordé suite à une « baffe » donné par Correa dans sa surface. Felipe Rodriguez en profitait pour revenir à 2-2 avec seulement 25 minutes de jeu.

Le reste du match fut une longue litanie d’action de la part du Cerro. Tous ont essayé, tous ont très bien joué, mais aucun n’a marqué. Derrière Boghossian, jouant en pivot, Ramos, Urruti et Klein ont bien tenté. Mais soit leurs frappes n’étaient pas cadrées, soit Campaña (troisième gardien de la Celeste) les a arrêtées. Quel dommage ! Gonzalo Ramos a été très très bon, mais n’a pas pu marquer. A la toute fin du match, après le temps additionnel, le Defensor obtient un coup franc à l’entrée de la surface après avoir repoussé un énième assaut du Cerro. Felipe Rodriguez délivre alors un caviar pour Fleurquin, qui place une magnifique tête décroisé au pied du poteau. Score final 2-3.

Que de regrets côté Cerro. Tous les joueurs ont été bons, avec juste un léger manque dans la finition. Boghossian est parfait dans son rôle de grand attaquant de pointe (1m97) puisqu’il est servi par des joueurs très techniques derrière lui. Il n’y a qu’en défense ou l’équipe a été plus limitée, Correa notamment. Côté Defensor, que de déceptions dans la victoire. Lozano est l’ombre de lui-même, Arambarry perd plus de ballon qu’il n’en gagne. La seule satisfaction vient d’un Felipe Rodriguez qui est toujours aussi bon sur son côté avec sa patte gauche.

Homme du Match : Martin Campaña, gardien du Defensor.

Ailleurs 

El Tanque Sisley 2 – 1 River Plate : Grande victoire d’El Tanque sur un River qui ne cesse de décevoir depuis quelques semaines. Malgré un beau but du talon de Garcia, El Tanque a bien dominé le match. River donne l’impression de jouer sans milieu de terrain, en attaque / défense.

Juventud 0 – 1 Fenix : Le Fenix revient à la troisième place avec cette victoire à l’extérieur. 7éme but de Maxi Perez.

Plaza Colonia 1 – 1 Sud America : Match nul entre ces deux équipes qui se battent pour se maintenir.

Villa Teresa 0 – 1 Danubio : Encore une victoire pour le Danubio qui revient de loin et se repositionne en milieu de tableau.

Liverpool 0 – 3 Rentistas: Liverpool souffre après un bon début de saison, alors que les Bichos enchainent leur deuxième victoire en deux matchs.

Wanderers 2 – 2 Racing: Le Racing menait pourtant  2 à 0 mais s’est fait remonter dans les dernières minutes avec un très bon Kevin Ramirez.

L’affiche de la prochaine journée

Le Danubio-Nacional s’annonce essentiel, puisque le Danubio reste sur trois victoires alors que le Nacional reste sur trois matchs sans victoire. Si le Nacional veut garder espoir dans cet Apertura, il devra gagner ce match et montrer autre chose offensivement que contre Peñarol. Quel que soit le résultat, le Jardin de l’Hippodrome (stade du Danubio) sera en feu si le match se déroule dans ce beau stade.

Pour le reste

Pause dans le championnat uruguayen cette semaine pour cause de matchs internationaux. Pas de surprise dans la liste de Tabarez avec le retour de Cavani qui sera évidemment titulaire en pointe. Le Centenario sera évidemment plein contre le Chili. Gros match en perspective, revanche du dernier quart de final de Copa America gentiment volé à domicile par le Chili.

L’inauguration du stade Peñarol aura lieu le 10 ou 17 février, et Damiani a annoncé être en discussion avec River Plate et… Boca Junior, pour le match inaugural.

Les buts

 

 

Résultats

Classement

# Équipe J V N D Pts BP BC +/-
1 Peñarol 15 9 4 2 31 28 17 11
2 Nacional 15 9 3 3 30 32 21 11
3 Cerro 15 9 1 5 28 25 19 6
4 Montevideo Wanderers 15 6 6 3 24 22 16 6
5 River Plate (Uru) 15 7 2 6 23 31 25 6
6 Fénix 15 6 5 4 23 17 12 5
7 Danubio 15 6 4 5 22 21 13 8
8 Defensor Sporting 15 6 3 6 21 25 25 0
9 El Tanque Sisley 15 5 4 6 19 17 17 0
10 Rentistas 15 5 3 7 18 18 19 -1
11 Sud América 15 4 6 5 18 17 22 -5
12 Liverpool 15 5 3 7 18 15 24 -9
13 Plaza Colonia 15 3 8 4 17 15 16 -1
14 Racing (Uru) 15 4 5 6 17 21 26 -5
15 Juventud 15 4 3 8 15 14 25 -11
16 Villa Teresa 15 1 2 12 5 9 30 -21

A propos de l'auteur
Jérôme Lecigne
Author: Jérôme Lecigne
Spécialiste du football uruguayen, Suisse de l'Amérique du Sud, Patrie des poètes Jules Supervielle, Juan Carlos Onetti et Alvaro Recoba

  • Aucun commentaire trouvé