. . .

Brésil – Championnats d’Etats : pluie de champions

  • Écrit par Nicolas Cougot

Fin des championnats d’Etats brésiliens. Avant de se tourner vers le grand championnat national, le pays s’est donc arrêté une dernière fois pour sacrer ses premiers champions de l’année.

Pendant que le Cearense se terminait dans le chaos total avec des « supporters » des deux camps se livrant à une véritable guerre civile sur le terrain, les autres championnats d’Etats brésiliens se concluaient ce week-end, à une semaine du début du grand championnat national.

Campeonato Carioca

Vainqueur à l’aller, Vasco se retrouvait à 90 minutes de mettre fin à 12 années de disette. Pour cela, il fallait assurer un résultat au Maracaña face à Botafogo et ses 60 000 supporters. Alors qu’on s’attendait à une grosse domination du Fogão, le premier acte était bien plus équilibré que cela et voyait même les visiteurs se procurer les meilleures situations.  Gênés par le pressing haut du Vascão, Botafogo allait craquer le premier. Mauvaise relance côté droit, amour de passe de Guiñazú pour Rafael Silva et à la pause, Vasco menait 1-0. Le Fogão revenait au score à l’entrée du dernier quart d’heure, apportant ainsi un peu de folie à une rencontre jusqu’ici gérée par les visiteurs mais allait finalement devoir déposer les armes dans les arrêts de jeu sur une frappe de Gilberto. Alors qu’il s’apprête à lancer l’opération remontée en première division nationale, Vasco remporte son premier Carioca depuis 2003.

 

Campeonato Gaúcho

Un Gre-Nal en guise de finale, l’occasion rêvée pour les supporters de Grêmio de mettre fin au règne de l’Inter sur le Gaúcho depuis désormais quatre saisons et prendre sa revanche sur la saison passée. Seul problème pour les supporters du Tricolor, leurs protégés ont subi un véritable orage lors de la finale retour. Avec des D’Alessandro – Valdivia – Nilmar et Sasha absolument intenables, Grêmio n’a pu résister. Un but de Nilmar à la septième, un autre de Valdivia dix minutes plus tard, en moins de 20 minutes, la finale était pliée. Grêmio attendait une demi-heure pour se procurer quelques situations, réduisant même l’écart juste avant la pause. Mais au retour des vestiaires, l’Inter monopolisait le ballon et les occasions et s’imposait finalement en toute logique, décrochant ainsi son 44ème titre, le cinquième consécutif.

 

Campeonato Paulista

Battu 1-0 à l’aller, Santos devait absolument inverser la tendance pour éviter de revivre la douleur d’une défaite en finale comme l’an passé. Conséquence, le Peixe de Marcelo Fernandes, assis sur le banc depuis moins de 2 mois, a attaqué tambours battants, se procurant les premières situations notamment par Ricardo Oliveira. A la demi-heure, Robinho servait David Braz pour l’ouverture du score, juste avant la pause l’ancien milanais lançait Ricardo Oliveira qui profitait d’un contre favorable pour tuer le match. Car à 2-0 à la pause, face à une telle domination des locaux, on ne voyait pas comment le Verdão allait revenir dans la partie. Et pourtant. Dès le retour des vestiaires, Palmeiras se montrait enfin dangereux et rééquilibrait le match. Valdivia et Ze Roberto se mettaient en évidence, ce dernier faisant notamment briller Vladimir. Le Verdão revenait ainsi dans le match à 25 minutes de la fin lorsque Lucas, trouvé par Valdivia trompait le portier du Peixe. Vladimir allait être le héros de la fin de match puis de la séance de tirs au but qui s’en suivait. Car comme l’an passé, le Carioca s’est joué aux tirs au but mais cette fois-ci, Santos n’a pas craqué. Le Peixe remporte son 21ème Paulista, le quatrième sur les six dernières éditions.

 

Campeonato Mineiro

Accroché chez lui en finale aller par Caldense, le Galo se retrouvait en grand danger à l’heure de finale retour, forcé de s’imposer sur des terres encore inviolées en 2015. Le premier acte était équilibré, chaque équipe faisant passer quelques frissons dans les échines de l’adversaire, le Veterana menant cependant aux points à la pause, ayant notamment touché le poteau sur une merveille de tête de Tiago Azulão. L’Atlético Mineiro allait frapper à l’heure de jeu, un peu contre le court de celui-ci sur une longue touche déviée par Pratto au premier poteau et poussée au fond par Thiago Ribeiro. Loin d’assommer les locaux, cette ouverture du score n’allait pas tenir bien longtemps. Un long coup-franc de Rafael Estevam était relâché par Victor dans les pieds de Luiz Eduardo, Caldense revenait en 180 secondes. Les minutes défilant, le rythme imposé par les locaux diminuait et ces derniers allaient se faire piéger. Un centre de Luan était repris par Jô (légèrement hors-jeu), l’Atlético Mineiro venait de remporter la finale du Mineiro, faisant s’envoler les rêves de premier titre d’un Caldense qui méritait bien mieux.

 

Campeonatos Goiano, Paranaense et Pernambucano

Après s’être incliné la saison dernière en finale, Goiás a repris les commandes du Goiano en s’imposant en finale face à la surprise Aparecidense qui disputait la toute première finale de son histoire. Pendant ce temps, le Pernambucano est redevenu propriété de Santa Cruz qui décroche son quatrième titre en cinq ans, le 28ème de son histoire.

Mais la sensation de l’année vient du Paranaense avec la victoire en finale d’Operário Ferroviário face à l’ogre Coritiba. Après s’être imposé 2-0 à l’aller, le club de Serie D brésilienne est allé donner une véritable leçon au club de Serie A en s’imposant 3-0 dans un Couto Pereira médusé. Operário décroche ainsi le premier Paranaense de son histoire.

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé