A+ A A-
  • Catégorie : japon
  • Écrit par Nicolas

Japon : Kashiwa au panthéon.

Lundi 05 décembre 2011

Kashiwa Reysol

Ils l’ont fait ! Dans l’obligation de faire un résultat à Urawa, sous la pression de Nagoya et Gamba, le promu Kashiwa n’a pas craqué. Et il rentre ainsi dans l’histoire.

En décrochant son premier titre de champion de son histoire sous le nom de Reysol (son deuxième si on considère le titre acquis en 1972 en tant qu’Hitachi Soccer Club), Kashiwa est devenu le premier club de l’histoire champion de J2 à décrocher le titre en J1 l’année de sa montée. Pour cela, les joueurs de Nelsinho Baptista ont dû montrer qu’ils avaient les nerfs solides.

Pénétrant sur la pelouse d’Urawa avec un point d’avance sur Nagoya, deux sur Gamba, les Reysol savaient que le moindre faux-pas serait exploité par ses deux concurrents. Ils ne laisseront jamais l’occasion à leurs poursuivants d’y croire. Après une première période parfaitement maîtrisée, les Reysol rentraient au vestiaire avec deux buts d’avance, marge suffisante pour se contenter d’assurer et se préparer à entrer dans l’histoire. Gamba avait beau mener à Shimizu, Nagoya pouvait ouvrir le score à Niigata, Kashiwa déroulait. Un dernier succès, le 23e de la saison, et les Reysol sont couronnés champions du Japon 2011. Outre son aspect historique, ce titre ouvre les portes du Mondial des Clubs de la semaine prochaine à Kashiwa. Ou comment, en deux saisons, les « Rois Soleil » passent du purgatoire de la seconde division aux projecteurs mondiaux.

De purgatoire, il en sera question pour Kofu. A trois points d’Uruwa avant la dernière journée, Ventforet n’a pu s’imposer à Omiya et retrouvera donc la J2 qu’il avait quitté l’an passé. Ventforet, Avispa, deux des trois promus redescendent directement quand le troisième entre dans l’histoire.

La J-league 2011 s’achêve de même que la seconde division. Dominée par le FC Tokyo, la J2 cherchait ses deux autres vainqueurs, prochain membres de l’élite japonaise. Trois équipes luttaient pour deux places. Mieux placé, Sagan Tosu prenait le nul suffisant à sa montée, la première de son histoire, chez lui devant Roasso Kumamoto. Tout allait donc se jouer entre deux équipes ex-aequo : Tokushima Vortis et Consadole Sapporo. A domicile, devant plus de 39 000 spectateurs venus remplir le Sapporo Dome, le stade dans lequel David Bekcham avait fait tomber l’Argentine, le club qui vît passer le petit frère de Diego Maradona, fait tomber le champion 2011 sur un doublé d’Yoshihero Uchimura, et retrouvera l’élite qu’il avait quitté en 2008.

Les résultats de la 34e et dernière journée :

Ventforet Kofu 3 -  0 Albirex Niigata

Júbilo Iwata 2 – 1 Kawasaki Frontale

Shimizu S-Pulse 1 – 3 Gamba Osaka

Albirex Niigata 0 – 1 Nagoya Grampus

Yokohama F. Marinos 1 – 1 Kashima Antlers

Omiya Ardija 3 – 1 Ventforet Kofu

Urawa Reds 1 – 3 Kashiwa Reysol

Montedio Yamagata 1 – 3 Sanfrecce Hiroshima

Vegalta Sendai 2 – 0 Vissel Kobe

Cerezo Osaka 7 – 1 Avispa Fukuoka

Le classement final :

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé