. . .

MLS : version 3.0

  • Écrit par Nicolas Cougot
  • Publié dans la catégorie MLS

Benny Feilhaber et le SKC survolent la conférence Est

L’euphorie de la Coupe du Monde passée, retour de la MLS sur LO avec un mois de compétition de passé et bien des enseignements à tirer.

Nous l’avions évoqué chez nos amis des Cahiers du Football, le parcours de l’équipe nationale lors de la Coupe du Monde devrait permettre à la MLS d’accélérer encore sa croissance à la condition qu’elle puisse continuer de surfer sur l’intérêt suscité par le football pendant un mois.

La version 3.0 : celle des stars

Alors que l’USMNT brillait sous les projecteurs mondiaux, l’actualité de la MLS était animée par deux futurs nouveaux arrivants : New York City et Orlando SC. Du côté de la grosse pomme, les affiches annonçant l’arrivée d’un mondialiste, David Villa, agitaient la sphère footballistique. Il devrait en être de même dans les prochains jours avec l’arrivée de son compatriote Xavi et celle de l’anglais Franck Lampard. Si on peut critiquer la politique de ses dirigeants consistant à acheter des joueurs pour les envoyer dans leur succursale australienne avant de les rapatrier en MLS, avec Jason Kreis aux commandes, la nouvelle franchise MLS made in Manchester City s’annonce comme l’une des grandes attractions de la saison prochaine.

Kaka arrive en MLS

Même stratégie du côté d’Orlando où le propriétaire brésilien Flavio Augusto da Silva parvient à attirer une star planétaire, et accessoirement son ami, Kaká (lui aussi immédiatement prêté au Brésil). Avec un partenariat signé entre temps avec Benfica, on peut également espérer que la franchise floridienne récupère quelques bons joueurs du club lisboète. Quoi qu’il en soit, la MLS poursuit sa croissance. Pendant qu’elle accélère sur le plan de la formation, elle attire des stars internationales et parvient à conserver les siennes. Illustration parfaite avec le gros coup réalisé par le Sporting Kansas. Alors que Graham Zusi et Matt Besler étaient convoités par quelques écuries européennes suite à leurs prestations mondiales, le SKC vient d’annoncer leur signature en tant que Designated Players. Les deux internationaux américains restent donc au pays. Avec l’arrivée annoncée de Jermaine Jones, les USA prouvent que son championnat est désormais suffisamment sain pour conserver ses meilleurs joueurs.

Sur le terrain : SKC, DCU et Sounders au-dessus du lot

En attendant ses arrivées médiatiques, le championnat a tranquillement poursuivi son chemin et permis à trois équipes d’écraser la concurrence.

A l’Est, le champion sortant ne fait plus dans la dentelle. 5 victoires, un nul, une défaite durant le mois de Coupe du Monde, le Sporting Kansas cherche à déposer ses concurrents. Avec trois victoires consécutives, la dernière arrachée à Columbus sur une merveille de Feilhaber, le champion sortant domine tranquillement sa conférence.

Reste que la surprise DC United s’accroche. Grande interrogation en avant saison après la catastrophique campagne 2013 (sauvée par le hold-up en US Open Cup), le nouveau DCU et sa garde de trentenaire est ressuscité. Quatre victoires sur les cinq derniers matchs, un point de retard sur le SKC (avec un match en moins), DCU entretient le suspense dans la conférence.

Derrière, loin derrière ce duo, Toronto peut espérer profiter de ses deux matchs de retard pour recoller. Mais avec respectivement neuf et huit points de retard sur les deux premiers, l’écart semble conséquent. Même constat pour New York. Pourtant porté par un redoutable duo Henry (4 buts, 10 passes décisives) – Wright Phillips (17 buts en 20 matchs), les Red Bulls sont toujours autant dans la souffrance. Distancés par les leaders, les hommes de Petke doivent désormais, et une fois encore, regarder derrière. Car Philadelphia, Columbus et New England sont sur leurs talons. Les Zolos s’offrent New York avec notamment un but de l’ancien Connor Casey (son sixième de la saison) avant d’arracher le nul à Chicago (sur un penalty de Le Toux (son huitième but de la saison)). Ils sont désormais à un petit point du rival new-yorkais entraînant dans leur roue le Crew.

De leur côté, les Revs, qui enchaînent les défaites, ont décidé de se déplacer à Dallas avec la volonté d’oublier les couloirs et de n’exercer aucune forme de pressing. Conséquence, les texans emmenés par le trio Escobar – Pérez – Akindele se sont amusés (en marchant) pendant 90 minutes au point qu’on se demande comment ils n’ont pu s’imposer que 2-0. Cette sixième défaite consécutive fait plonger les Revs mais ne les coule pas encore complètement, ces derniers restant à un point de NY avec un match de moins.

Le suspense sera d’ailleurs énorme pour les dernières places en play-offs : car à l’exception de Montréal, dont la saison tourne au fiasco (plus mauvaise équipe de la MLS), tous peuvent encore espérer y parvenir, même l’habitué des réveils tardifs, Houston, actuel avant-dernier à quatre points des play-offs.

Le classement :

 

A l’Ouest, le schéma est plus simple : il y a Seattle et les autres. 38 points en 18 matchs, meilleure attaque de la MLS, les Sounders écrasent leur conférence, comptant huit points d’avance sur leur excellent dauphin, le FC Dallas, et disposant de deux matchs de plus à disputer. Autant dire que la conférence semble acquise aux Dempsey et autres Yedlin, stars brésiliennes version US. Loin derrière donc, Dallas mène le bal des poursuivants avec dans sa roue deux grands habitués : le Real Salt Lake et Los Angeles. Les Royals, qui disposent d’un match de retard, sont à hauteur des texans mais semblent coincer quelque peu (une seule victoire sur les cinq derniers matchs). De son côté, le Galaxy fonce. Malgré la défaite concédée chez le champion sortant en fin de week-end, les hommes de Bruce Arena ont enchainé 3 victoires sur les cinq derniers matchs avec notamment un carton face aux Revs. Ils sont désormais à deux points de Dallas avec trois matchs de moins.

Mais comme à l’Est, tout est encore ouvert à l’Ouest. A l’exception de San José, qui devra profiter de ses deux matchs de retard pour recoller à l’avant dernier, Chivas (et sa machine à but Erick « Cubo » Torres, 14 réalisations en 19 matchs), la dernière place qualificative pour les play-offs se joue entre cinq équipes qui se tiennent en quatre points.

Le classement :

 

Les derniers résultats :

Portland Timbers 2 – 1 Colorado Rapids

Sporting Kansas 2 – 1 Los Angeles Galaxy

New York Red Bulls 1 – 1 San Jose Earthquakes

Columbus Crew 2 – 1 Montreal Impact

Chicago Fire 1 – 1 Philadelphia Union

Houston Dynamo 2 – 2 Toronto              

Dallas 2 – 0 New England

Real Salt Lake 1 – 1 Vancouver Whitecaps

DC United 3 – 1 Chivas

A propos de l'auteur
Nicolas Cougot
Author: Nicolas CougotWebsite: http://lucarne-opposee.fr
Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé