uruguay11

La 44ème Copa América de l’histoire est sur le point de débuter au Chili. Si la compétition est souvent peu médiatisée en France, elle est pourtant celle dont l’histoire est la plus riche au monde. Retour sur près de 100 ans de football.

« Un mendiant du beau football. Tel est ce que je suis. Je parcoure le monde, chapeau à la main, priant Dieu dans tous les stades pour un beau geste. Et quand il arrive, je remercie Dieu que le miracle se soit produit et qu’importe alors le club ou le pays qui me l’a offert ». Eduardo Galeano

palmareDes clubs aux nations, naissance de la première compétition mondiale de football

A la fin du XIXème siècle le football se répand aux quatre coins du continent sud-américain aidé en cela par plusieurs géniteurs issus de l’immigration, qu’ils soient anglais comme en Argentine (voir Quand les Écossais ont donné naissance au football argentin) ou encore hollandais comme au Paraguay (voir Des guaraníes à la touche hollandaise : le Paraguay, berceau du football) et par des semeurs de graines issus de l’immigration espagnole et italienne principalement. Les premiers clubs naissant, les premières rivalités apparaissant, les premiers clásicos opposant deux ennemis définitivement irréconciliables voient le jour (voir par exemple Nacional – Peñarol : le clásico total). Le football installé, la rivalité entre clubs entraîne rapidement le besoin d’une rivalité supérieure, celle opposant les nations. En 1913, le centenaire de l’indépendance de l’Argentine approchant, José Susan présente un projet de compétition entre sélections nationales dans le cadre des festivités. Sont conviées en Argentine : Chili, Brésil et Uruguay. Ensemble, ils vont alors participer au premier « Campeonato Sudamericano de Naciones » en 1916. La Copa América vient de voir le jour.

1916 – 1967 : el Campeonato Sudamericano de Naciones

La première édition se dispute ainsi en Argentine entre quatre équipes qui s’affronteront toutes. Le succès de cette première édition est tel qu’à l’issue de celle-ci, Héctor Rivadavia Gómez, dirigeant uruguayen, proposera de créer une association entre les quatre sélections. La CONMEBOL verra alors le jour six mois plus tard, elle sera notamment en charge d’organiser l’évènement qui tiendra une cadence annuelle jusqu’à la première Coupe du Monde avec seulement deux éditions annulées : celle de 1918 au Brésil, reportée pour cause d’épidémie de grippe, et celle de 1928 en raison des Jeux Olympiques d’Amsterdam.

La Coupe du Monde 1930 provoque des tensions entre Argentine et Uruguay avec pour conséquence une interruption du Campeonato Sudamericano pour 6 ans. Il ne revient qu’en 1935 et se dispute alors tous les deux ans avant de prendre une cadence totalement irrégulière au cours des années 40 et 50 avec par exemple une double édition en 1959 et donc deux champions. L’édition de 1967, qui instaure pour la première (et seule fois de l’histoire) une phase préliminaire marque la fin d’une époque. Pendant huit ans, le Campeonato Sudamericano ne se dispute plus, la CONMEBOL décide alors de mener de profondes modifications de sa compétition majeure.

1975 – 1991 : le Campeonato devient Copa et cherche sa formule

A partir de 1975, après 8 ans d’absence, la compétition revient et prend le nom du trophée qui était remis au vainqueur dès 1916 : Copa América. Le format change. Au groupe unique, la CONMEBOL préfère alors la mise en place de trois groupes de 3 desquels les vainqueurs sortiront pour rejoindre le vainqueur de l’édition précédente en demi-finale. A chaque phase, les rencontres se jouent alors en match aller-retour disputés dans chaque pays concerné. Pour la première fois alors, les 10 nations de la confédération participeront à la Copa América lors de chaque édition. Mais avec le succès croissant et les diffusions au reste du monde, le format ne durera que 10 ans avant la nouvelle réforme. L’édition 1987 introduit les premiers changements. La compétition se déroule dans un seul pays, la première mascotte apparait, signe de l’arrivée du merchandising, petit à petit, le glissement vers une formule proche de l’Euro européen s’opère. Il sera définitif à partir de 1993.

Depuis 1993 : la Copa de Las Américas

L’édition équatorienne de 1993 marque un nouveau tournant. Désireuse d’augmenter le nombre de formations présentes à la Copa América, la CONMEBOL décide alors d’inviter deux sélections « étrangères » et se tourne alors vers son voisin, la CONCACAF. Le format change également : désormais, les 12 équipes sont réparties en 3 groupes de 4 desquels sortent les deux premiers ainsi que les deux meilleurs troisièmes. Tous s’affrontent alors dans un format de Coupe qui débouche sur une grande finale. La fréquence change également. D’abord inchangée avec une édition tous les 2 ans, elle passe à trois avant de prendre la forme actuelle d’une Copa América tous les quatre ans. Avec cette formule, la compétition acquiert alors un prestige qu’elle n’avait alors pas à l’internationale. Ses meilleurs joueurs évoluent désormais en Europe, les médias du monde entier se tournent désormais tous les 4 ans vers le continent sud-américain.

Nicolas Cougot

Créateur et animateur de Lucarne Opposée. A la recherche de piges. Portfolio et contact : http://nicolas.lucarne-opposee.fr/