Les dernières actualités et le programme du jour. Le journal de la Copa du 17 juin.

banlomag

enbref

Messi remobilise ses troupes. « Nous ne pouvons pas baisser les bras maintenant. On va battre le Paraguay et alors cela ne dépendra que de nous ». Les mots seraient signés Lionel Messi, qui, selon la presse argentine aurait fait parler son rôle de capitaine lors des derniers entraînements afin de redynamiser son groupe. Après la défaite face à la Colombie, et avec la fragilité mentale que l’on connait à cette Argentine, les mots du capitaine sont un apport non négligeable et surtout un moyen pour le Barcelonais de ramener le calme au sein de ses troupes. Messi avait déjà déclaré sa sérénité quant à la qualification « je n’ai aucun doute, nous sommes préparés pour aller plus loin », il aurait ainsi cherché à remobiliser tout le monde vers l’objectif qu’est désormais le Paraguay « cela demande du temps d’accepter la défaite mais cela ne doit pas durer plus d’un jour. Il faut penser à autre chose, à vaincre le Paraguay », a-t-il affirmé face caméra et en coulisses. L’heure n’est donc pas à se lamenter en Argentine mais à avancer en toute tranquillité. Reste à voir si le discours passera auprès des siens, un discours qui nous rappelle déjà ceux de la Coupe du Monde russe.

Arthur est de retour à l’entrainement. Il devrait vraisemblablement retrouver sa place au milieu de terrain, en lieu et place de Fernandinho, pour affronter le Venezuela à l’Arena Fonte Nova de Salvador de Bahía. Arthur s’était blessé suite à un coup au genou droit lors de la rencontre amicale face au Honduras, et avait dû faire l’impasse sur la préparation à la compétition.

Les Samouraïs blue sur les traces de Captain Tsubasa ! Si le Japon foulera la pelouse du légendaire Estadio Morumbi de São Paulo pour la première fois de son histoire lors de son entrée en lice contre le Chili, l’enceinte du Tricolor Paulista leur est pourtant déjà familière. En effet, c’est bien sous les couleurs du SPFC que  Musashi Mizushima a évolué lors de sa formation de 1975 à 1984, année lors de laquelle il intégrera même le groupe professionnel jusqu’en 1985, sans pour autant jouer la moindre minute. Sa carrière se poursuivra à São Bento, la Portuguesa et Santos, avant de rejoindre le Japon, où il deviendra une icône qui inspirera le mangaka Yōichi Takahashi pour la création de… Captain Tsubasa, mieux connu sous le titre d’Olive et Tom aux pays des quatre cent fromages !  Mais l’histoire ne s’arrête pas là, puisque dans l’œuvre de Takahashi, Tsubasa Ozora, Olivier Atton en VF, sera sacré champion du Brésil sous les couleurs du… São Paulo FC. Ne reste plus qu’aux Japonais de briller face à la Roja, et la boucle sera bouclée.

Berizzo ne veut pas de l’Asie. À l’issue de la rencontre opposant son Paraguay au Qatar (2-2), le sélectionneur argentin des Guaraníes a été interrogé en conférence de presse sur la venue des asiatiques en Amérique du Sud pour disputer la Copa América. La réponse, à la Berizzo, a été des plus tranchée affirmant ainsi que les asiatiques n’avaient rien à faire dans cette compétition, précisant au passage que sa position n’avait évidemment aucun lien avec le résultat du jour. Et d’ajouter : « La Copa América doit être pour l’ensemble des pays américains. Je n’ai jamais vu l’Europe inviter des nations sud-américaines à ses tournois ».

La Colombie est arrivée à São Paulo. Après sa victoire inaugurale contre l’Argentine, la Colombie est arrivée dimanche soir à São Paulo où elle défiera le Qatar mercredi soir au Morumbi. Si Luis Muriel est forfait pour le reste de la compétition il n’a pas quitté le groupe et fait bien partie du voyage. Avant de s’envoler pour la capitale paulista, Carlos Queiroz a dirigé un entraînement avec la moitié du groupe, ceux qui n’ont pas joué le premier match pendant que l’autre partie a fait un travail de récupération.

Bolillo Gómez défend ses joueurs. Après la lourde défaite contre l’Uruguay, le sélectionneur de l'Équateur a tenu à dédouaner ses joueurs. S’il n’a souhaité enlever « aucun mérite à une Uruguay spectaculaire », il a nuancé en expliquant : muslera« nous ne sommes pas non plus ce que nous avons été aujourd’hui. Je ne le crois pas. Nous ne sommes pas si mauvais. Maintenant nous devons montrer de quoi nous sommes faits ». L’Équateur jouera son deuxième match de la Copa America à Salvador de Bahía ce vendredi contre le Chili.

Nando et ses bougies. Après l’effort, le réconfort et il y avait beaucoup de choses à fêter hier pour la Celeste. Fernando Muslera a fêté ses 33 ans, en même temps qu’il est devenu le gardien uruguayen ayant joué le plus de matchs de Copa América. Le but de Nicolás Lodeiro était également le quatre-centième de l’histoire de l’Uruguay en Copa América. La Celeste en a donc profité pour manger un petit peu de gâteau, de retour à l’hôtel. Ne reste plus qu’à savoir si la canette verte est du Guarana ou de l’Heineken. Si un zoom bien senti pouvait prouver la deuxième solution, je construirais un temple à la gloire de ces Messieurs. En attendant l’Uruguay va continuer son petit bonhomme de chemin avec un match ou les tribunes devraient être beaucoup plus garnis, à Porto Alegre contre le Japon. La ville du Rio Grande do Sul est en effet à portée de voiture de l’Uruguay, quelques supporters celestes devraient faire le déplacement. 

une

ladiaria

La large victoire de la Celeste en ouverture de sa Copa fait évidemment la une. Et le moins que l'on puisse dire est que tout va bien en Uruguay.

programme

Chili-Japon (1h00)

Le bicampeón entre en piste ce soir. Même emplis de doutes, le Chili reste le double tenant du titre et lance sa compétition ce lundi au Morumbi en clôture de la première journée de la Copa América 2019. Pour l’occasion, les hommes de Rueda ne devraient pas passer un test trop compliqué, le Japon arrivant avec une équipe sans expérience et qui va découvrir pour la plupart le haut niveau. Mais c’est aussi et justement parce que le Chili est annoncé ultra-favori que la pression est immense. Après les presque six mois d’essais et souvent d’approximations, Reinaldo Rueda n’aura pas droit à l’erreur et devrait s’appuyer sur de nombreuses certitudes même si deux surprises sont attendues dans la onze. Ce sont Erick Pulgar, qui a gagné sa place au milieu après les performances en demi-teinte de Pavez et Pablo Hernández et surtout c’est le retour annoncé du Niño Maravilla en pointe à la place de Nico Castillo puni des ses mauvaises performances. Le pari est énorme, Alexis Sánchez n’a plus joué depuis plus d’un mois, mais son association avec Edu Vargas reste une valeur sûre de cette génération. Côté Japon, Hajime Moriyasu va pousser l’expérimentation jusqu’au bout puisque c’est un onze sans Kawashima ni Okazaki qui va se présenter au Morumbi, un groupe qui affiche 63 sélections en cumulé et une moyenne d’âge de 21,5 ans. L’on annonce également un 3-4-3, mais vu les profils alignés, cela devrait plus ressembler à un 5-4-1.

Compos probables

Chili : Gabriel Arias – Mauricio Isla, Gary Medel, Guillermo Maripán, Jean Beausejour – Erick Pulgar, Charles Aránguiz, Arturo Vidal – José Pedro Fuenzalida, Eduardo Vargas, Alexis Sánchez. Entraîneur : Reinaldo Rueda.

Japon : Keisuke Osako – Naomichi Ueda, Takehiro Tomiyasu, Ko Itakura - Teruki Hara, Gaku Shibasaki, Yuta Nakayama, Daiki Sugioka – Takefusa Kubo, Shoya Nakajima, Daizen Maeda. Entraîneur : Hajime Moriyasu.