Les dernières actualités et le programme du jour. Le journal de la Copa du 18 juin.

banlomag

enbref

Arthur de retour dans le onze brésilien. Blessé lors du match contre le Honduras et absent pour le match d'ouverture contre la Bolivie, Arthur va faire ses débuts dans cette Copa América face au Venezuela. En conférence de presse, Tite est revenu sur son milieu de terrain. « Nous avons plusieurs options avec les six qui composent le milieu de terrain. On a terminé le match contre la République Tchèque avec Arthur et Allan. Lors du dernier match, avec Fernandinho et Casemiro. Ces duos sont de composition différente. Parfois, ça donne plus de libertés pour Dani (Alves), Richarlison peut rester en second attaquant. Cela crée des libertés pour d'autres joueurs. Une chose est toujours sûre : c'est Coutinho qui aura toujours le plus de liberté ». Arthur compte dix sélections avec le Brésil.

Barrios incertain pour le match contre le Qatar. Touché contre l’Argentine lors du premier match, Wilmar Barrios pourrait manquer le deuxième match de la compétition mercredi contre le Qatar. Présent en conférence de presse, le joueur a d’abord été rassurant sur son état puisqu’il a expliqué que les résultats n’avaient rien révélé de grave, néanmoins il n’est pas encore à 100%. Joueur clé de la sélection de Carlos Queiroz, il n’est cependant pas certain que le sélectionneur portugais prenne le risque de l’aligner mercredi soir au Morumbi. S’il venait à ne pas débuter, Gustavo Cuéllar serait son remplaçant naturel

Vecino forfait pour le reste de la compétition. Coup dur pour la Celeste. Large vainqueur de l’Équateur (4-0) lors de la première journée, l’Uruguay ne pourra pas compter sur Matías Vecino pour le reste de la Copa América. Le milieu de terrain, sorti à dix minutes de la fin souffre d’une lésion musculaire à la cuisse droite selon un communiqué sorti par l’AUF. Son remplaçant naturel dans le onze devrait être le Gunner Lucas Torreira. Nouvelle plus réjouissante, une jeune dame a profité du voyage à Belo Horizonte pour demander la main de son compagnon. Elle a sorti un drapeau de son sac, lui demandant de la prendre en photo devant le terrain avec le drapeau. Entre les bandes bleu ciel du drapeau, il était écrit « Veux tu m’épouser ? ». Monsieur a évidemment dit oui, sous le double effet de la bière et de l’euphorie de la victoire. Une bien belle histoire.

Rueda rassurant sur Vidal et Sánchez. Reinaldo Rueda s’est montré rassurant sur l’état de santé de son milieu de terrain sorti en seconde période. « C’est un coup qu’il a reçu en première période mais on a géré avec difficulté. Je sais qu’il sera là pour le prochain match », a assuré le sélectionneur colombien du double tenant du titre. Pas de soucis non plus pour Alexis Sánchez qui a été sorti « par précaution pour le garder pour les prochains matches » selon Rueda.

Carbonero rejoint le groupe colombien. Carlos Queiroz a appelé le remplaçant de Luis Muriel blessé pour toute la compétition. Johan Carbonero rejoindra le groupe dans la journée. Le joueur de l’Once Caldas, qui a disputé la Coupe du Monde U20 (il a été exclu en quarts de finale contre l’Ukraine) ne pourra pas entrer en jeu ou être titulaire arrive à la demande du sélectionneur pour faire le nombre lors des entrainements.

Il y a vingt ans, Ronaldinho marquait l'histoire de la Copa América face au Venezuela. Le match de ce soir entre le Brésil et le Venezuela rappelle un autre match mythique de la Copa América entre les deux équipes, en 1999. Au Paraguay, le Bgrésil débute la compétition par une large victoire 7-0 face au Venezuela. Ronaldinho, 19 ans et appelé de dernière minute en raison du renvoi d'Edílson, impliqué dans une bagarre en finale du championnat paulista, entre en jeu à la 72e minute en remplaçant Alex. Le Brésil mène déjà 4-0 grâce à un doublé de Ronaldo et des buts d'Emerson et d'Amoroso. Seulement trois minutes après son entrée sur le terrain, Ronaldinho reçoit un centre de Cafu, contrôle du genou, réalise un coup du sombrero sur José Manuel Rey avant d'emmener le ballon du pied droit et de fusiller Renny Vega. Un golaço qui rend fou le commentateur Galvão Bueno, qui enchaîne les « olha o que ele fez ». Interviewé par Globo, le gardien vénézuélien Renny Vega est revenu sur ce moment : « Comme gardien, on n’aime pas ce genre de choses. Mais j'ai été privilégié de faire partie de ce moment historique de Ronaldinho. J'espère qu'il m'invitera à faire un match pour voir s'il peut encore mettre un but comme ça face à moi ». Ronaldinho, barré ensuite par le trio Rivaldo-Amoroso-Ronaldo, n'avait pas participé à la finale de la Copa América 1999, le Brésil terrassant l'Uruguay 3-0.

une

unegraficochile

Premier match de compétition pour Reinaldo Rueda et large victoire au bout. Le double champion s’impose largement face au Japon, la presse chilienne est satisfaite, ses champions sont « de retour ».

programme

Bolivie – Pérou (23h30)

Défaite lors du match d’ouverture face au Brésil, la sélection bolivienne joue déjà son avenir dans la compétition face au Pérou. Pour cette rencontre, le technicien Eduardo Villegas ne devrait effectuer qu’un seul changement par rapport au onze qui a démarré face au Brésil. Le milieu de terrain récupérateur Saucedo pourrait laisser sa place à Paul Arano. Blessé lors du match d’ouverture, Arano pourrait permettre à la Verde de mieux conserver le ballon et de se projeter plus rapidement vers l’attaque. En conférence de presse, Villegas a estimé que cet affrontement face au Pérou convenait plus à sa sélection qui devrait trouver « plus d’espaces que face au Brésil » et donc être moins « asphyxiée ». Dans l’histoire de la Copa América, les deux pays se sont affrontés à treize reprises avec un bilan de deux victoires boliviennes contre huit péruviennes.

Après un match nul très disputé contre le Venezuela à Porto Alegre, la sélection nationale du Pérou a atterri dimanche soir à Rio de Janeiro et s'entraîne depuis hier dans les installations du stade Olímpico Nilton Santos. Contre la Bolivie, la Blanquirroja n’aura plus le droit à l’erreur et seul une victoire comptera. L’objectif sera également de marquer plusieurs buts afin de soigner la différence de but qui pourrait être déterminant. Pour cela, el Tigre Gareca devra corriger les carences offensives (le Pérou n’a inscrit deux buts en 2019). Il est convaincu que l’association en attaque de Paolo Guerrero et Jefferson Farfán pourrait fonctionner contre la Bolivie et pencherait donc sur un 4-4-2. Gareca devrait renouveler sa confiance envers Christofer Gonzáles très bon pendant les matchs de préparation ainsi que contre le Venezuela, et pourra compter sur Christian Cueva remis de sa blessure à la tête.

Compos probables

Bolivie : Carlos Lampe – Diego Bejarano, Luis Haquin, Adrián Jusino, Marvin Bejarano – Leonel Justiniano, Paul Arano, Erwin Saavedra, Raúl Castro, Alejandro Chumacero – Marcelo Martins. Entraîneur : Eduardo Villegas.

Pérou : Pedro Gallese – Miguel Trauco, Luis Abram, Carlos Zambrano, Luis Advíncula – Renato Tapia, Yoshimar Yotún, Christofer Gonzáles (ou Edison Flores), Christian Cueva – Jefferson Farfán, Paolo Guerrero. Entraîneur : Ricardo Gareca.

Brésil – Venezuela (2h30)

Si l’ambiance du match inaugural face à la Bolivie fut mitigée, c’est peu dire que les organisateurs de cette Copa América 2019 comptent sur Salvador de Bahía pour enfin rendre la compétition festive. D’autant que cela fait déjà trois ans que la Seleção n’avait pas foulé le sol bahianais, depuis le 18 novembre 2015 et une victoire 3-0 sur le Pérou en éliminatoires du Mondial 2018 pour être tout à fait exact. Sur le plan sportif, la principale nouvelle, on vous en parle depuis deux jours, est le retour du milieu blaugrana Arthur. Restant bien mystérieux sur d’éventuelles retouches, Tite a tout de même confessé que le onze brésilien qui affrontera la Vinotinto aura pour base l’équipe alignée contre la Verde andine. Une préoccupation subsiste néanmoins, celle de l’état de la pelouse de l’Arena Fonte Nova, déjà vertement critiquée lors de Colombie-Argentine. Les fortes pluies tombées sur Salvador ces derniers jours n’ont probablement pas arrangé les choses et aucune des équipes n’a été autorisé à s’y entraîner en amont de la rencontre pour tenter de préserver le rectangle vert. Tite s’en est ému en conférence de presse, craignant que la qualité des passes lors de la partie n’en pâtisse. Ambiance chaude et colorée ou pas, gazon ou gadoue, il en est un qui sera de toute façon ravi de porter le maillot de la Séleção à Salvador, c’est Dani Alves, enfant du pays, qui a débuté sous la tunique tricolore de l’Esporte Bahía avant de s’envoler pour la gloire et le succès de l’autre côté de l’Atlantique.

« Ce mardi, le Brésil est dans l’obligation [de gagner], le Venezuela dans l’illusion ». C’est par ces mots que Rafael Dudamel, a choisi d’évacuer la pression sur le siens à l’heure d’affronter le pays hôte. La Vinotino est parvenue à s’en sortir sans dégâts face au Pérou et va chercher à gratter quelques points qui s’avèreraient précieux dans la course à la qualification. « Nous devrons réussir le match parfait pour nous imposer, c’est un match pour lequel nous n’avons pas la moindre marge d’erreur », avant de rappeler que l’objectif principal reste Qatar 2022. Reste qu’à l’heure du choc face au pays hôte, le Venezuela s’appuiera sur un onze quasi inchangé à l’exception de l’absence imposée de Del Pino Mago, exclu face au Pérou. Ronald Hernández devrait prendre sa place sur le terrain, lui qui est entré en fin de partie lors du match d’ouverture de la Vinotinto.

Compos probables

Brésil : Alisson - Daniel Alves, Thiago Silva, Marquinhos, Filipe Luís - Casemiro, Arthur, Coutinho - David Neres, Richarlison, Roberto Firmino. Entraîneur : Tite.

Venezuela : Wuilker Fariñez - Ronald Hernández, Mikel Villanueva, Jhon Chancellor, Roberto Rosales - Tomás Rincón, Yangel Herrera, Junior Moreno, Jhon Murillo, Jefferson Savarino - Salomón Rondón. Entraîneur : Rafael Dudamel.

 

Par Thomas Allain, Simon Balacheff, Marcelin Chamoin, Nicolas Cougot, Pierre Gerbeaud, Romain Lambert et Jérôme Lecigne