Les dernières actualités et le programme du jour. Le journal de la Copa du 19 juin.

banlomag

Le onze type de la J1. Trois Chiliens, trois Uruguayens, deux Brésiliens, deux Colombiens, et un Péruvien, ainsi se compose le onze type de la première journée de la Copa América établit par le portail statistique Driblab. Dans le détail, l’algorithme utilisé permet de composer le 4-4-2 suivant : David Ospina (Colombie) - Guillermo Maripán (Chili), Luis Advíncula (Pérou), Dávinson Sánchez (Colombie), Filipe Luis (Brésil) – Erick Pulgar (Chili), Nicolás Lodeiro (Uruguay), Rodrigo Bentancur (Uruguay), Philippe Coutinho (Brésil) -Alexis Sánchez (Chili), Luis Suárez (Uruguay).

Alexis Sánchez et Eduardo Vargas à la chasse aux records. Désormais placés respectivement à la première et deuxième place du classement historique des buteurs de la sélection, le duo Alexis-Edu est désormais à un rien de ravir à la paire Marcelo Salas – Iván Zamorano son dernier record : celui des buts en compétitions officielles. Avec respectivement 23 et 24 buts en match qui compte, Sánchez et Vargas sont ainsi revenus à hauteur du légendaire duo de la sélection, Zamorano ayant inscrit 25 buts quand Salas en a inscrit 22. Un but de plus et le record sera effacé, l’Équateur est prévenu.

Hernán Darío Gómez ne partira pas. Irrité par les questions posées par la presse spécialisés équatorienne présente au Brésil, el Bolillo a tenu à mettre les choses au point concernant sa situation : « j’avais d’autres offres, je suis venu ici parce que c’est ma maison. On ne m’a pas fait venir ici en me disant que si ça se passait mal durant la Copa América, je risquais ma place. Sinon, je ne serais pas venu », avant d’ajouter, « quelle est notre place historique à la Copa América ?... Neuvième ou dixième. Donc que voulez-vous que je vous dise. Même si nous avions gagné ou fait match nul, ils nous auraient détruits, il y a des gens qui travaillent pour ça ». Ambiance.

Bassam Al Rawi est focalisé sur la Colombie. Le défenseur qatari sait que le Qatar va devoir augmenter son niveau de jeu s’il veut battre les Cafeteros. « Le match contre la Colombie nécessitera plus d’efforts et j'espère que nous pourrons réussir et montrer un niveau remarquable face à une équipe solide », a-t-il déclaré. « Nous devons jouer sans crainte, comme lors de la Coupe d’Asie. Nous avons le talent et le désir de bien réussir lors de tels événements. Jouer la Copa America nous rendra plus fort pour l'avenir », a ajouté Al Rawi.

Les supporters qataris sont bien présents au Brésil. « Nous avons eu le soutien des supporteurs et leur présence a donné un coup de pouce aux joueurs. L'enthousiasme était grand et les joueurs ont livré une bonne performance », a déclaré Félix Sánchez après le premier match face au Paraguay (2-2). La Qatar Football Association (QFA) a distribué des flyers et des drapeaux qataris à la communauté arabe présente à Rio dans le but de les encourager à ce qu’elle vienne assister au premier match des Maroons, ce qui a été une réussite. Il en sera de même à São Paulo. Toujours avec le même succès ? Réponse ce mercredi.

Chili le plus ancien. Japon le plus jeune. Le Chili présente la moyenne d’âge la plus élevée de la compétition avec 29,05 ans. Au contraire, le Japon, venu préparer les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, détient l’effectif le plus jeune avec 22,87 ans d’âge moyen. La liste complète : 29.05 | Chili, 28.08 | Paraguay, 27.95 | Équateur, 27.93 | Argentine, 27.65 | Brésil, 27.60 | Pérou, 27.55 | Uruguay, 27.19 | Colombie, 26.60 | Bolivie, 26.19 | Venezuela, 25.74 | Qatar, 22.87 | Japon

une

unebre

Un morceau caché en haut pour l’un, rien pour l’autre. Au lendemain du match nul de la sélection face au Venezuela, la presse brésilienne se focalise uniquement sur les filles, qualifiées pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde. Pour les garçons, à l’image de ce qu’il se passe dans les stades ou dans les rues, le désamour a fait place à l’indifférence.

programme

Colombie – Qatar (23h30)

La Colombie pour confirmer. Deuxième match pour la Colombie au Morumbi contre le Qatar. L’occasion pour elle de confirmer sa bonne prestation lors du premier match contre l’Argentine. L’occasion même d’assurer sa qualification. « C’est comme une balle de match en tennis », a d’ailleurs confirmé Carlos Queiroz en conférence de presse. Contre un adversaire qui a la tête d’une belle surprise de la compétition et qui a accroché le Paraguay lors de son entrée en lice, après avoir été mené de deux buts, c’est un tout autre obstacle qui se dresse sur la route des coéquipiers de Radamel Falcao. Pour ce match, le sélectionneur portugais pourrait n’effectuer qu’un seul changement, forcé, avec la blessure de Muriel qui devrait être remplacé par Róger Martínez. Incertain Barrios devrait bien débuter puisque Queiroz a confirmé en conférence de presse que tous les joueurs étaient « disponibles à 100% ». Et si ce match est le premier affrontement de l’histoire entre ces deux nations, l’ancien sélectionneur de l’Iran, qui connaît donc parfaitement cette équipe, ne manquera pas de mettre en garde ses joueurs contre un éventuel relâchement.

Le Qatar poursuit sa tournée. Après avoir découvert le mythique stade du Maracanã ce samedi, le Qatar continue sa tournée du Brésil et pose ses valises à São Paulo. Au Morumbi, le onze de de Félix Sánchez devrait être le même que face au Paraguay (2-2) pour affronter une équipe d’un autre calibre : la Colombie. Pour cette première confrontation dans l’histoire des deux pays, le Qatar va devoir corriger un point important : l’entame de ses périodes. Complètement ailleurs, les Maroons se sont fait surprendre par deux fois à ce moment-là. La clé du match pourrait se jouer là-dessus. En face, la Colombie présente de gros atouts offensifs. Sans une remobilisation défensive, la note pourrait être salée. S’ils veulent espérer se qualifier pour les quarts, Afif et ses coéquipiers devront s’appuyer sur leur marque de fabrique : un jeu rapide, construit et efficace. Un des seuls moyens qui pourrait embêter une formation colombienne qui n’a encaissé qu’un seul but en cinq matchs en 2019. 

Compos probables

Colombie : David Ospina – Stefan Medina, Davinson Sánchez, Yerry Mina, William Tesillo – Wilmar Wilmar Barrios, Mateus Uribe, Juan Guillermo Cuadrado – James Rodríguez, Radamel Falcao García, Róger Martínez. Entraîneur : Carlos Queiroz.

Qatar : Saad Alsheeb - Pedro Miguel Correia, Boualem Khoukhi, Tareq Salman, Bassam Alrawi - Abdelkarim Hassan, Assim Madibo, Abdelaziz Mohamed, Hassan Al-Haydos - Akram Afif, Almoez Ali. Entraîneur : Félix Sánchez.

Argentine – Paraguay (2h30)

L’Argentine doit se reprendre. Après s’être inclinée contre la Colombie dans le premier match, l’Argentine doit relever la tête face au Paraguay dans un match décisif pour la suite de la compétition. Si un match nul ne condamnerait pas l’Albiceleste une victoire est attendue pour rassurer le groupe, les hinchas et les journalistes car elle permettrait d’avoir, déjà, un pied en quart de finale. Pour se faire, Lionel Scaloni devrait modifier sa composition par rapport au premier match avec quatre changements. Exit les Saravia, Rodríguez, Di María et Agüero, place à Casco, Pereyra, De Paul et Lautaro Martínez. Toujours disposé en 4-4-2, Gio Lo Celso abandonnant son couloir droit au profit d’une place plus axiale.

Le Paraguay dos au mur. Tenu en échec contre le Qatar malgré ses deux buts d’avance, le Paraguay jouera lui aussi sa survie dans la compétition contre l’Argentine. Eduardo Berizzo, le sélectionneur argentin de la Albirroja a reconnu que ses joueurs n’étaient pas « sonnés » mais plutôt « frustrés » par le scénario du premier match. Buteur lors du premier match, Derlis González devrait être titulaire. Avec un jour de moins de récupération que son adversaire, il pourrait y avoir d’autres changements dans le onze de départ dont Gustavo Gómez par exemple qui sera de retour. Néanmoins tactiquement pas de révolution à prévoir et le Paraguay cherchera à exploiter au maximum la vitesse de ses joueurs de couloir. À l’instar ce que la Colombie a fait lors du premier match. Miguel Almirón aura également un rôle ultra-important tant le milieu de terrain argentin est parfois totalement inexistant.

Compos probables

Argentine : Franco Armani - Milton Casco, Germán Pezzella, Nicolás Otamendi, Nicolás Tagliafico - Roberto Pereyra, Giovani Lo Celso, Leandro Paredes, Rodrigo De Paul - Lionel Messi, Lautaro Martínez. Entraîneur : Lionel Scaloni.

Paraguay : Roberto Fernández; Juan Escobar, Gustavo Gómez, Fabián Balbuena y Junior Alonso; Rodrigo Rojas, Richard Sánchez y Miguel Almirón; Derlis González, Óscar Cardozo, Óscar Romero. Entraîneur : Eduardo Berizzo.

Par Jordan Bozonnet, Marcelin Chamoin, Nicolas Cougot, Pierre Gerbeaud, et Nicolas de la Rua