Vainqueur des Juegos Odesur, le Paraguay a en partie confirmé ses ambitions en accrochant une Colombie toujours aussi discutable. En ouverture, le Brésil s’est réveillé et a cartonné le Pérou.

bandeauedition

Guide de la compétition

C’est un Brésil à deux visages qui s’est imposé face au Pérou en ouverture du Sudamericano U20 2023. D’abord nerveux, imprécis, s’en remettant à quelques percées individuelles, le Brésil s’est montré poussif, lent dans ses remontées de balles et permettant ainsi à une équipe péruvienne parfaitement organiser de jouer plus haut, de poser bien des soucis, en particulier dans le jeu aérien. La Blanquirroja semblait ainsi contrôler la partie – sans pour autant se montrer très dangereuses – mais bloquant parfaitement les tentatives brésiliennes, qui passaient souvent par les couloirs avec Robert Renan et Andrey comme rampes de lancement de la majorité des offensives. La dynamique restait la même durant environ une heure, malgré l’activité plus importante au fil des minutes de Biro et Patryck côté gauche et une plus grande liberté offerte à Andrey et Marlon Gomes. Ce sont finalement les changements de Ramon Meneizes qui ont fait basculer la rencontre, notamment les entrées de deux U17, Luis Guilherme et Pedrinho. Le premier était à la réception d’un long centre venu de la droite et permettait au facteur X, Vitor Roque, d’ouvrir la marque. Et de faire définitivement basculer le match. Car l’organisation et l’intensité péruvienne s’étaient étiolées au fil des minutes, le contrôle était totalement auriverde et les offensives se succédaient. Andrey s’offrait le but du 2-0 au terme d’une action totalement confuse et digne des bêtisiers les plus mythiques, Amasifuen se montrant bien peu inspiré dans ses buts, Vitor Roque s’offrait un doublé pour définitivement plier l’affaire et offrir à la Verdeamarelha un succès finalement tranquille et une belle montée en puissance à confirmer dès la deuxième journée.

Place ensuite au pays hôte, la Colombie, donné favori de son match face au Paraguay. Là encore, il a fallu être patient pour voir un visage intéressant des jeunes cafeteros, mais cette fois, la victoire n’a pas été au rendez-vous. Il faut dire aussi que le premier acte a été largement dominé par des Guaraníes qui auraient pu/dû basculer à la pause avec une avance bien plus large que le seul but d’Allan Wlk sur penalty. Parfaitement organisée, profitant des espaces béants laissés par les hommes de Cárdenas, l’Albirroja a dominé les quarante-cinq premières minutes en s’appuyant sur un duo Gómez – González de toutes les créations d’offensives, sur les montées et l’activité d’un Alex Cantero danger permanent dans son couloir et sur les capacités de provocations d’un Matías Segovia aussi perforant qu’inefficace dans ses derniers choix. Côté Colombie, quelques offensives maladroitement construites et finalement peu dangereuses. Puis, tout a basculé au retour des vestiaires. À peine entré à la pause au milieu, Miguel Monsalve a apporté de l’équilibre au milieu (avec l’autre entrant Juan Castilla) et surtout délivré un amour d’extérieur du pied pour permettre à Daniel Luna d’égaliser. Ce but a relancé une Colombie qui s’est ensuite montrée menaçante sans être extrêmement dangereuse. Et qui doit se contenter du partage des points finalement assez logique au vu du contenu de cette rencontre.