Raldes, plus qu’un capitaine

Rien n’est simple en ce moment en Bolivie. Mais à l’heure de jouer l’Argentine, son capitaine Ronald Raldes a montré qu’il était bien plus que ça.

Si vous suivez les aventures du football bolivien sur LO, vous n’êtes pas sans savoir que c’est actuellement le chaos à tous les niveaux. Entre un sélectionneur nommé à 6 jours d’un match amical et une énorme affaire de corruption qui touche la fédération, les conditions sont parfaitement réunies pour que la Verde coule.

Nommé président par intérim, Marco Ortega, qui n’est toujours pas reconnu comme tel par la FIFA (sic), est venu rapporter une nouvelle anecdote qui résume bien à quel point la situation est catastrophique. Car pour se rendre à Houston pour y jouer l’Argentine, la délégation bolivienne a eu besoin…de son capitaine.

Ortega nous apprend en effet que Ronald Raldes a prêté à la sélection 21 000 $ pour que la Verde puisse se rendre aux Etats-Unis. « Il fut celui qui nous a le plus aidé pour nous sauver en ces temps délicats et pour que nous puissions faire le déplacement ». Malheureusement, ses coéquipiers ne lui ont pas vraiment remercié. La Bolivie en a pris 7 face à l’Argentine (voir Amicaux : entre certitudes et doutes).