Cacamiseta 2012 : l’ETG haut la main !

Nombreux étaient ceux qui attendaient l’OM mais l’édition 2011-2012 est finalement remportée par le club Danone. Et une chose est sûre : aucune place à la discussion, l’ETG est un formidable champion.

Je l’avoue, à l’heure de choisir les candidats à la troisième cacamiseta, je craignais de voir un afflux massif de votes pour l’OM (pariez sur la Ligue 1 et profitez des promos Unibet BE). Le club phocéen a pour lui la force d’attirer les fans autant que ces ennemis et sa candidature à la Cacamiseta pouvait rassembler les deux camps tant ce maillot semblait faire l’unanimité. Et finalement, après une semaine et près de 3000 votes après, le titre 2012 n’est pas pour l’OM mais pour un autre club français : Evian Thonon Gaillard.

Rassemblant 44% des votes, le club savoyard a dominé l’édition 2012 et ce, dès les premières heures. Si les fans du code barre marseillais peuvent regretter que le maillot bi-gout d’Evian n’aura pas eu la possibilité de massacrer les télés européennes, ils pourront cependant se rappeler qu’ils font partis des rares à avoir eu la chance de le voir en chair et en os. La preuve en vidéo (écartez les enfants) :

Comme l’expliquait avec enthousiasme le blog Radio Bière Foot, la cacamiseta, tout en restant une compétition teintée d’humour se veut aussi un moyen de lutte contre cette dérive des équipementiers. Si je n’ai pas la prétention de croire qu’elle parviendra un jour à changer ces dérives (même si mon côté vaniteux voudrait y croire), le triomphe d’Evian Thonon Gaillard s’inscrit parfaitement dans cet esprit.

Le FC Danone où Evian symbole d’une OPA sur le foot.

Car, outre le côté esthétique qui n’a pas laissé indifférent 44% des votants, Evian Thonon Gaillard est un formidable représentant de ce que le foot peut engendrer de plus terrible. Rappel des faits.

Nous sommes en 2005-2006 : le FC Croix de Savoie 74, fusion du FC Gaillard et FC Ville-la-Grand est en grande difficulté financière. Le club, qui a été contraint d’évoluer à Thonon après son accession en National (pour des raisons de conformité de stade), ville située à 30 km des deux villes dont il est l’enfant. Les Dupraz (Jo, le président, Pascal, l’entraîneur) tentent de sauver le club et se tourne vers le groupe local : Danone. Réponse négative dans un premiers temps : « redressez les comptes et on viendra vous aider. » Grâce à des partenaires locaux, les finances s’équilibrent, Danone arrive. Sur le terrain, le club est relégué en CFA.

L’année suivante, Danone son principal actionnaire force la fusion avec l’Olympique Thonon-Chablais pour rapprocher le club de son siège. Le FC Croix de Savoie 74 devient l’Olympique Croix de Savoie 74. L’entité villamagnaine, fondatrice du club, quitte le navire, furieuse. Le club remonte en National. 2008-2009, le virage décisif : le club devient une SASP, Danone injecte du capital, Riboud nomme Patrick Trotignon à la tête du club et entraîne avec lui des people (Zidane son égérie et quelques potes bleus notamment), l’Olympique Croix de Savoie 74 devient Evian Thonon Gaillard (vous noterez au passage comment Ville-la-Grand va disparaître de l’histoire du club – rendez-vous sur le site officiel pour confirmation), l’un des seuls clubs français dont le nom n’est finalement que le résultat d’un affreux naming (évian étant ici la marque d’eau et non la ville avec laquelle le club n’a aucun lien – notez ainsi la finesse de la confusion créée dans les esprits). Il monte en seconde division puis en Ligue 1 avec ses maillots roses et donc, sa désormais cacamiseta 2012. Le seul vestige de ses origines : l’écusson issu de Croix de Savoie (l’appelation Croix de Savoie y apparaissant encore).

Evian Thonon Gaillard, le club savoyard, installé à près de 50 km de son lieu de naissance, résultat d’une OPA de Danone sur un club local dont il a dépouillé le nom, la localisation puis les couleurs (poussant le vice jusqu’à faire appeler le club Evian quand il ne s’agit que de la marque d’une bouteille d’eau) : avouez que finalement, elle est bien méritée cette Cacamiseta 2012 !

Pour ceux que ça intéresse, je conseille vivement le site de la pétition demandant le retour de l’appellation Croix de Savoie.

/a

  14 comments for “Cacamiseta 2012 : l’ETG haut la main !

  1. 29 décembre 2011 at 15 h 38 min

    Youpi ! Consécration !

  2. 29 décembre 2011 at 16 h 42 min

    Premier club à faire du naming ? Et BAYER Lervekusen ? PSV Eindhoven (le P est pour Phillips) ? Red Bull Salzbourg ? Matra Racing ?

  3. 29 décembre 2011 at 17 h 28 min

    Et au passage : merci au nom de beaucoup de supporters du club d’avoir pris le temps de comprendre et expliquer l’histoire du club, et ses tenants et aboutissants.

    Beaucoup de journalistes devraient lire ça pour justifier leur carte de presse…

  4. 29 décembre 2011 at 18 h 06 min

    tout a fait d’accord, beaucoup de supporters refusent de prendre leur putain de drapeaux roses a l’entrée du stade et restent avec le rouge et le blanc. et il faudrait que tout les gens au stade fassent de meme. CROIX DE SAVOIE

  5. 29 décembre 2011 at 19 h 06 min

    @Vindeus pas faux, j’avais oublié le Matra…..souhaitons à l’ETG un avenir différent quand meme.

  6. 29 décembre 2011 at 19 h 58 min

    « si je n’aurais pas »

    Aie, ça pique.

  7. 29 décembre 2011 at 20 h 17 min

    les joies de l’écriture à 2h du mat.

    Désolé et merci ^^

  8. 3 mai 2012 at 18 h 57 min

    C’est quoi  » cacamiseta  » ? Je fais de l’espagnol et j’en déduis que c’est le maillot le plus merdique de la saison… Belle mentalité les gens !

  9. 4 mai 2012 at 10 h 08 min

    C’est tout a fait ça. 😀

    L’idée c’est surtout de s’en prendre aux équipementiers qui au nom du marketing rivalisent de « talent » pour s’en prendre à l’histoire des clubs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.