Si la soirée de mardi avait été celle de la maîtrise, celle du mercredi a été celle du suspense. Et dans les deux cas, celui qui s’annonçait favori et tombé.

bandeauprimeira

matchs

On attendait énormément du choc entre Côte d’Ivoire et Égypte. D’un côté pour revoir les impressionnants Éléphants et leur jeu vertical et flamboyant montré en phase de groupes, de l’autre pour voir si les Pharaons de Queiroz allaient enfin (re)trouver leur football. Autant le dire, le duel a tenu ses promesses. D’entrée de partie, les hommes de Patrice Beaumelle se montraient plus entreprenants, allumant la première mèche mais offrant la meilleure occasion à l’Égypte après une horrible relance de Deli que Marmoush envoyait sur la transversale d’un Badra Ali Sangaré battu ou après une frappe en demi-volée de Mo Salah. Le premier tournant de la rencontre intervenait quand Kessié devait laisser sa place, blessé aux côtes. Le match basculait, la Côte d’Ivoire perdait la bataille du milieu, les hommes de Carlos Queiroz prenaient le contrôle du ballon, guettant la moindre erreur adverse même si les opportunités étaient rares et passaient près d’une sanction lorsqu’Ibrahim Sangaré s’envolait et quand Haller menaçait, mais tous deux butaient sur El-Shenawy. Le second acte débutait de la même manière, même si El Soleya gâchait une offrande de Salah avant que les choses n’accélèrent vraiment après l’heure de jeu. Tous à tour, Haller à deux reprises et Zaha butaient sur un immense El-Shenawy, qui devait sortir sur blessure, quand Trezeguet croisait trop sa frappe devant Sangaré. L’inévitable prolongation voyait la tension monter d’un cran. Les Pharaons se procuraient trois situations dans la première moitié du premier acte, la Côte d’Ivoire répliquait à deux reprises dans la deuxième moitié. Les quinze dernières minutes étaient moins animées même si Trezeguet gâchait deux offrandes de Salah. Tout se jouait aux tirs au but, Gabaski se muait en héros en détournant la tentative (manquée) de Bailly sur la barre, Salah terminait le travail, l’ Égypte est en quarts.

Scénario quasi identique pour le dernier huitième de finale. D’un côté une équipe qui avait montré sa force durant la phase de groupes, le Mali, de l’autre, une Guinée équatoriale qui semblait avoir déjà réussi sa compétition. Le match n’a cependant pas atteint les mêmes sommets, n’offrant que deux tirs cadrés durant les cent-vingt minutes ! Le Mali dominait cependant les débats mais ne parvenait pas à se montrer suffisamment mobile et inspiré pour déstabiliser une défense équato-guinéenne qui restait sur deux victoires 1-0. On aurait pu espérer du mouvement si le penalty un temps accordé à Doumbia n’était finalement pas refusé au VAR mais rien ne bougeait à l’issue des quarante-cinq premières minutes. Le mouvement arrivait en seconde période avec un énorme raté de Mohamed Camara sur une offrande de Bissouma, mais l’histoire de durait pas. Le temps défilait et le Mali s’embourbait, incapable de générer des espaces et trouver des positions de frappe. C’est même le Nzalang Nacional qui offrait quelques légers frissons avant l’inévitable séance de tirs au but. Une séance tout aussi interminable avec huit tireurs de chaque côté et trois ratés du côté des Aigles, ceux de Massadio Haïdara, Hamari Traoré et enfin Falaye Sacko contre deux seulement côté Guinée équatoriale, qui file ainsi vers son troisième quart de finale en trois participations et laisse l’un des prétendants sur le bord de la route.

news

Ahmadou Ahidjo, terre d’accueil. Après avoir hérité d’une rencontre délocalisée après la tragédie d’Olembé, le stade Ahmadou Ahidjo vient de récupérer deux autres matchs de la phase finale. La raison, la suspension officielle de Japoma pourtant vanté quelques heures plus tôt par Samuel Eto’o en personne. Nul ne sait cependant ce qu’il adviendra de la demi-finale et de la finale prévues à Olembé, la CAF ayant indiqué attendre la fin de l’enquête pour se prononcer.

Programme des quarts

Samedi 29 janvier

17 heures : Gambie-Cameroun à Douala (Stade Japoma)

20 heures : Burkina Faso-Tunisie à Garoua (Stade Roumdé Adjia)

Dimanche 30 janvier

17 heures : Égypte-Maroc à Yaoundé (Stade Ahmadou Ahidjo)

20 heures : Sénégal-Guinée Equatoriale à Yaoundé (Stade Ahmadou Ahidjo)

 

 

Photo : ISSOUF SANOGO/AFP via Getty Images