À quelques heures de son premier match de Copa de la Liga 2022 face à Unión, l’effectif de River Plate semble en adéquation avec les objectifs du club et de Marcelo Gallardo : avoir une profondeur de banc suffisamment importante pour jouer sérieusement toutes les compétitions. Pour cette nouvelle année, force est de constater que son vœu a été réalisé.

bandeauprimeira

Le transfert semblait impossible à éviter. Durant le mercato hivernal, Julian Álvarez et Manchester City ont trouvé un accord concernant la pépite argentine que tout le monde voulait s’arracher. La transaction s’élève a un peu plus de vingt millions d’euros (vingt-trois selon le média Olé). La bonne nouvelle pour les hommes de Marcelo Gallardo, c’est qu’Álvarez restera en Argentine jusqu’en juillet (ou plus en cas de parcours en Copa Libertadores puisqu’une clause lui permettrait de rester jusqu’à la fin de saison). Ce départ majeur et anticipé permet à River Plate de préparer au mieux son avenir et son année 2022.

Dans le même temps, les coéquipiers d’Enzo Pérez ont récupéré Juan Fernando Quintero. L’ancien Rennais arrive tout droit de Shenzhen et pourrait apporter son expérience sur la ligne offensive. Il possède également un fort lien avec le club argentin puisque Quintero avait participé à l’épopée de 2018 en Copa Libertadores. C’était d’ailleurs lui qui avait délivré River Plate en prolongation de la finale de Madrid par une magnifique frappe brossée qui a terminé en pleine lucarne.

Toujours sur la ligne offensive, Ezequiel Barco rejoint le club rouge et blanc de Buenos Aires en provenance d’Atlanta. Arrivé sous forme de prêt, le joueur de vingt-deux ans reste sur une saison intéressante aux États-Unis puisqu’il a inscrit sept buts et réalisé six passes décisives. Joueur polyvalent et actif, Barco peut jouer numéro 10 ou sur l’aile, où il excelle en tant qu’ailier inversé pour faire parler la qualité de son pied droit. À River Plate, il aura l’occasion d’exploser réellement et de se faire un peu plus remarquer par les grands clubs. Enfin, au moment où sont écrites ces lignes, la rumeur Valentin Castellanos continue de prendre de l’ampleur. L’attaquant de New York City pourrait rejoindre River Plate dans un futur proche, même si rien n’est officiel pour le moment.

La ligne du milieu de terrain a elle aussi été renforcée. Arrivé en provenance d’Austin en MLS, Tomás Pochettino (aucun lien de parenté avec l’actuel entraîneur du PSG) va justement apporter cette profondeur de banc nécessaire à River Plate. Si sa destination est plutôt étonnante (il est formé à Boca Juniors), Pochettino reste sur une saison plutôt complète avec trente-et-un matchs disputés en MLS l’année dernière (deux buts, une passe décisive). Avec un prêt d’un an, il devrait s’installer dans la rotation et pourrait dépanner en cas d’absence de De la Cruz, Palavecino ou autres Enzo Pérez. À vingt-cinq ans, il peut certainement apporter sa fraîcheur physique, qui plus est quand l’intensité de la MLS est bien plus importante qu’en Argentine.

refuerzos

Derrière, les dirigeants de River Plate ont recruté plusieurs défenseurs afin de permettre aux cadres de pouvoir souffler et d’avoir une certaine flexibilité en ce qui concerne ce secteur de jeu. Emmanuel Mammana effectue un retour aux sources (formé à River Plate, vainqueur de la Sudamericana 2014 et de la Libertadores 2015). Un nom qui vous rappelle peut-être quelque chose puisqu’il a joué pendant un an, en 2016, à l’OL sans se montrer convaincant. Il est vrai que l’Argentin n’a pas été épargné par les blessures et a peiné à trouver de la régularité. Il arrive libre et, à vingt-cinq ans, trouve probablement le moment idéal pour se relancer et retrouver de la confiance sur le rectangle vert. À ses côtés, un autre ancien de la maison fait son retour : Leandro González Pírez. Passé par le club belge de La Gantoise, champion MLS avec Atlanta, il arrive sous forme de prêt en provenance de l’Inter Miami, prêt qui prendra fin en décembre 2023. González Pírez va pouvoir apporter son expérience et épauler une défense de River qui n’a pas toujours été rassurante ces derniers mois. Bon dans son placement, il connaît toutefois quelques sautes de concentration qui peuvent nuire à sa régularité. Le recrutement en défense ne s’est pas seulement focalisé sur l’axe, des latéraux ayant également été recrutés afin de doubler chaque poste et de palier aux éventuelles blessures. Sur le flanc gauche, c’est Elías Gómez qui a été choisi. Pour un peu plus d’un million d’euros, Gómez a quitté Argentinos Juniors pour rejoindre River Plate jusqu’en 2025. Formé à Rosario, il pourrait dépanner Fabrizio Angileri en cas de besoin. Enfin, Marcelo Herrera viendra apporter sa vitesse sur le flanc droit. Formé à San Lorenzo, il a participé aux Jeux Olympiques l’été dernier avec la sélection argentine. River Plate a déboursé 2,2 millions d’euros pour obtenir les services du latéral de vingt-trois ans. Ces arrivées dans le secteur défensif permettront de combler quelques petits manques et d’être compétitifs dans toutes les compétitions.

C’est donc un River Plate unique dans l’histoire de l’ère Gallardo qui aborde l’année 2022. Unique par la densité et la richesse de son effectif, la stabilité avec celui champion en 2021 renforcé par une pléiade d’arrivées de haut niveau. Un River qui pourrait donc, pour la première fois, jouer sur tous les tableaux quand jusqu’ici el Muñeco devait prioriser certaines compétitions. Un River Plate plus millionnaire que jamais qui ouvre sa folle année ce samedi soir.