Aucun des favoris attendus n’a réussi à s’imposer lors de la première journée des quadrangulaires. Pas de vainqueur en Millonarios et Santa Fe. Le DIM a été freiné. L’América et Junior ont chuté.

bandeauedition

Si tous les championnats ou presque vont s’arrêter, l’irréductible Colombie est entrée dans sa deuxième phase (sur trois) avec la première journée des quadrangulaires. Deux groupes de quatre, des journées en aller-retour, on est parti pour tout le mois de novembre. À noter qu’en cas d’égalité en deux équipes c’est la position en phase régulière qui fait la différence et que donc Santa Fe, premier, et Rionegro, partent avec un « point invisible ». 

Départ avec déjà des surprises dans les deux groupes. Ordre alphabétique oblige (même si la DIMAYOR fait d’abord jouer le Groupe B), dans le Groupe A on retrouvait Santa Fe, Millonarios, le Deportivo Pereira et Junior. Le calendrier de cette journée offrait un premier affrontement entre les deux équipes de Bogotá. Vainqueur de la coupe et avec une tête à nouveau à l’endroit Millonarios partait favori de cette rencontre, même avec la grosse débauche d’énergie du milieu de semaine. Si vous avez écouté le podcast sur Bogotá vous savez qu’octobre/novembre n’est pas la période idéale pour se rendre dans la capitale colombienne puisque c’est la saison des pluies. Déjà en grande difficulté pour la finale de coupe, la pelouse du Campín n’a pas eu le temps de respirer et a souffert des trombes d’eau qui se sont abattues avant le match. Porté par la dynamique le club embajador est parti fort. Profitant d’un très mauvais alignement de la défense santafereña Omar Bertel s’est présenté seul face à José Silva mais c’est le portier qui a remporté le duel. On pourrait le répéter semaine après semaine mais l’ADN de Santa Fe est sur les balles arrêtées. Encore une fois sur un long coup-franc, Carlos Sánchez est allé gratter un pénalty, transformé par Andrey Estupiñan. Dans la foulée Neyder Moreno manquera la balle du 2-0. Ce sera tout pour Santa Fe dans le match qui a progressivement reculé. Déjà buteur en coupe, David Macalister Silva a récidivé et a remis les deux équipes à égalité. Dominateurs, les joueurs de Gamero auront des regrets parce que dix minutes après l’égalisation Daniel Ruiz a obtenu un pénalty. Lui aussi buteur en coupe, sur pénalty d’ailleurs, son homonyme Luis Carlos a cette fois vu sa tentative repoussée par le gardien. Un gardien qui assurera après la rencontre avoir travaillé les pénaltys. Si Santa Fe semble « vainqueur » de ce match avec ce point pris, deux mauvaises nouvelles sont venues gâcher la soirée. Sorti sur blessure en première période, José Aja est forfait pour le reste de l’année. Touché dans un duel aérien avec un partenaire il a été victime d’une fracture de la cloison nasale et a été opéré. À noter le réflexe rapide du corps médical de Millonarios qui a rapidement pris en charge Aja (le corps médical de Santa Fe s’est occupé du deuxième joueur). Si le premier pilier de la défense centrale ne sera pas là, le deuxième non plus contre Pereira pour le deuxième match. Geisson Perea a pris un jaune, son cinquième du semestre, synonyme d’un match de suspension.

 

Pereira se présentera en leader sur la pelouse du Campín. Match totalement fou entre le Deportivo Pereira et Junior. Le club de Barranquilla était bien parti dans cette rencontre avec un Edwin Cetré remuant et proche d’ouvrir le score par deux fois mais Pereira a pu compter sur son homme en forme, Leonardo Castro. L’ancien joueur du DIM pensait d’ailleurs avoir ouvert le score, but exceptionnel au passage, mais l’arbitre a fort justement signalé une main au départ. Qu’importe, sa passe entre les jambes a permis à Léider Berrio d’ouvrir le score. Ce but a mis le feu dans la maison Comesaña. Intenable, Leo Castro a fait le break avec une belle frappe du gauche en pivot. On se disait alors que la soirée allait être compliquée pour Junior. Pourtant sur une balle perdue bêtement par la défense, Carlos Bacca a réduit l’écart puis trois minutes plus tard Didier Moreno a égalisé. Enthousiasmante cette rencontre a basculé dans l’irrationnel dans les dix dernières minutes. Auteur du faute grossière Bacca a d’abord été averti avant que le VAR appelle le central pour transformer ce jaune en rouge. Nouveau festival de Leo Castro qui a enchainé déplacement parfait, crochet pour mettre dans le vent le défenseur et galette pour Brayan León Muñiz pour le 3-2. Venu demander l’intervention du VAR, Sebastián Viera a reçu un carton jaune sur l’action. On pensait le match plié mais sur un corner dans le temps additionnel un défenseur de Pereira a touché la main. Nouveau visionnage de l’écran et pénalty accordé. Le portier et capitaine uruguayen a transformé en force la sentence et a enlevé son maillot pour célébrer. Deuxième jaune et retour au vestiaire. Scénario cauchemar puisque si Comesaña n’avait fait que quatre changements, il avait épuisé ses trois moments. C’est John Pajoy qui a donc enfilé la tenue et l’habituel ailier gauche n’a rien pu faire sur le missile de Jhonny Vásquez à six mètres du but. Incroyable. Et Junior recevra Millonarios sans Viera, Bacca et Cetré sorti sur blessure en première période. Fernando Uribe et Carmelo Valencia étant eux aussi blessés il n’y a tout simplement pas de numéro neuf « d’expérience » disponible et le club devra inventer quelque chose ou piocher dans les jeunes du club. Pas l’idéal alors que toute autre performance qu’une victoire serait presque synonyme d’élimination quand on connait les difficultés du club à jouer en altitude et que comme il a terminé huitième il doit absolument faire mieux en terme de points que ses adversaires pour se qualifier.

 

Dans l’autre groupe on attendait l’América et le Deportivo Independiente Medellín, on n’a eu ni l’un ni l’autre. On va commencer par le plus décevant, l’América. Le club escarlata a pris une véritable leçon de football sur la pelouse de Rionegro. En danger d’entrée avec une frappe de Marco Pérez sauvée par Joel Graterol, il n’aura pas tenu dix minutes. Sauveur dès la première minute le gardien vénézuélien a fait une grossière faute de main et a laissé filer entre ses jambes la frappe de Róbinson Flores. Mangé dans tous les secteurs du jeu, l’América n’a jamais été dangereux dans ce match. Inoffensif devant et en panique derrière, Marco Pérez a enfoncé le clou sur pénalty juste avant la pause. Une pause où on a vu beaucoup de nervosité du côté du banc de l’América avec Diego Novoa le gardien remplaçant qui en est venu aux mains avec une personne de la logistique. S’il n’a pas été expulsé il pourrait être sanctionné après coup. S’il y a eu un timide réveil juste après la pause, ça a été très largement insuffisant. Grosse victoire donc pour les hommes de Leonel Álvarez qui ont confirmé leur statut de tête de série de ce groupe et prennent déjà les commandes.

 

Enfin, seul 0-0 de la journée entre le DIM et Pasto. Quand on a vu le onze de Flabio Torres, on a pensé que Pasto allait mettre le bus. Il n’en a rien été. Ce sont même ses joueurs qui ont la première occasion et une énorme avec une reprise à bout portant de Camilo Ayala repoussée sur sa transversale par Andrés Mosquera Marmolejo. Une action qui a beaucoup fait parler puisque ni l’arbitre Luis Matorel, ni ses assistants VAR, n’ont vu la grosse poussette sur Jeison Medina au premier poteau. Le duo Pons/Cambindo a été bien plus maladroit que d’habitude, un seul tir cadré pour le DIM (sur vingt-deux tentés) dans ce match avec notamment un énorme raté à deux mètres du but avec une tentative de geste acrobatique qui a fui le cadre. Cambindo a lui touché le haut de la transversale en fin de match sur un piqué. Le DIM pensait avoir un pénalty pour une main dans la surface en fin de match, main sifflée dans un premier temps mais l’arbitre est revenu sur sa décision. Ce départ est donc très décevant et le América/DIM de ce mardi s’annonce donc explosif et pourrait laisser le perdant hors course.

Résultats et classement

colj1