Un week-end de Liga 1 marqué par la rencontre entre Alianza Lima et Universitario, les frères ennemis du footballpéruvien, qui offre donc un vainqueur et des regrets.

bandeauprimeira

Comme chaque saison, des milliers de hinchas cochent deux dates dans leur calendrier, les matchs aller et retour du clásico peruano. Lors du match aller pour le compte de la dixième journée de l’Apertura, l’Alianza Lima avait étrillé la U quatre buts à un au Monumental. Une humiliation retentissante que les cremas ont gardé jusqu’à ce jour. Pour ce match retour qui a lieu à la dixième journée du Clausura, le stade Alejandro Villanueva était plein à craquer, les places ayant été épuisées en l’espace de quelques heures et les premiers chants résonnaient depuis les tribunes populaires déjà bien garnies plus de deux heures avant le coup d’envoi. Le petit événement qui venait s’ajouter au gros était la première convocation de Jefferson Farfán dans le groupe depuis la saison dernière. Le numéro dix avait pour objectif un retour pour la Libertadores en début d’année mais étant trop juste, il avait préféré attendre et a fait le maximum pour se rendre disponible pour le clásico. Carlos Bustos a cependant décidé de le laisser sur le banc en faisant confiance à ses habituels titulaires. En face, Carlos Compagnucci a opté pour un 4-5-1 avec un milieu assez offensif et une charnière centrale d'expérience qu’il a cependant très vite dû changer avec la sortie sur blessure sur une relance mal négociée de Federico Alonso dès les premières minutes. C’est le jeune de vingt et un an Leonardo Rugel, auteur de quelques bons matchs en pro, qui a alors eu la lourde charge de tenir la défense lors de ce clásico. Le jeune défenseur crema n’est d'ailleurs pas bien entré dans son match et a failli offrir le premier but de l’Alianza après une interception de Cristian Benavente sur une de ses relances. Heureusement pour la U, Benavente a beaucoup trop hésité à servir Alexander Succar et a donc permis à José Carvallo d'intervenir avec autorité dans les pieds de l’ancien Nantais. Le portier crema devient alors décisif dans le déroulement du match et relance les siens. Il faut dire que c’est bien l’Alianza qui a pris les devants en début de match avec plusieurs occasions créées, bien aidé par des erreurs défensives d’Universitario. Les Cremas se sont rapidement remis sur les bons rails et ont commencé à devenir peu à peu les protagonistes du match. José Carvallo a su s’imposer face aux attaquants rivaux, dont une deuxième fois face à Benavente, pour ensuite remobiliser ses hommes. Après la demi-heure de jeu, l’Alianza Lima a presque cessé d’exister au profit de son rival qui a dicté le tempo. La première période s’achevait sur un score nul et vierge et laissait présager une belle bataille en deuxième partie de match. L’Alianza Lima est revenu avec les mêmes intentions qu’en première période en comptant sur des contres et des exploits individuels en pensant que le but aller tomber d’un moment à un autre. Universitario a su garder son calme en revenant plus fort et plus déterminé. À la dixième minute, l’ouverture du score venait de celui que l’on n’attendait pas, le jeune défenseur « envoyé au charbon » dès les premières minutes du match, Leonardo Rugel qui marquait sur une passe de la tête de son compère Nelinho Quina après un coup de pied arrêté tiré par Cabanillas. Après ce but, non seulement l’Alianza Lima n’a pas su réagir mais elle s’est complètement laissé emporter par son rival jusqu'à l'inévitable but du break signé Alexander Succar sur penalty en fin de match pour sceller la victoire mérité d’Universitario.

La U a remporté le match et la bataille tactique en maîtrisant le milieu de terrain trop prévisible de l’Alianza Lima qui essayait tant bien que mal de remporter le match seulement par ses attaquants et ses individualités. Dans l’ensemble, les blanquiazules n’ont pas été de taille pour ce match individuellement, collectivement et mal dirigés par le technicien Carlos Bustos.

Sur le plan comptable, les trois points de la victoire permettent à Universitario de passer devant son adversaire du soir et se positionner au pied du podium à quatre points du leader Sporting Cristal. L’Alianza Lima encaisse sa première défaite du Clausura mais garde la première place à portée de tir avec notamment deux matchs en moins. Un classement encore difficile à lire puisque le champion de l’Apertura, Melgar, reste troisième tout en ayant trois matchs de retard sur le deuxième l’Atlético Grau et deux sur le leader Sporting Cristal.

Classement

pej10