Le Liban est loin d’être un pays de référence en football. Il vous sera d’ailleurs difficile de nommer un seul joueur libanais, sauf pour les suiveurs de Bundesliga et les incongrus de Lucarne Opposée. Mais, ce qui fait aussi la force du Liban, c’est sa diaspora complètement folle qui est établie littéralement aux quatre coins du monde.

banlomag

Que ce soit pour fuir la persécution de l’empire ottoman, la guerre civile ou simplement en quête d’une vie meilleure, les Libanais n’ont jamais hésité à lever l’ancre pour voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Quelques générations ont passé et certains de leurs descendants ont décidé de porter le maillot de leur patrie adoptive. Voici une équipe qui aurait certainement emmené le Liban en Coupe du Monde si tous ces joueurs avaient choisi le pays du cèdre.

Los Turcos : les Arabes et le football en Amérique latine

Gardien – Faryd Camilo Mondragón Ali (Colombie)

Le dernier rempart des Cafeteros est né à Cali d’un père colombien et d’une mère libanaise maronite (une branche du catholicisme romain présente au Moyen-Orient). Pas un hasard si son surnom était « El Turco » (surnom valable pour n’importe quelle personne d’origine orientale).

Défenseur gauche – Miguel Layún (Mexique)

Le Mexique et le Liban ne sont pas uniquement liés par le rusé Carlos Slim ou la splendide Salma Hayek. Il y a aussi quelques footballeurs d’origine phénicienne à porter la camiseta d’El Tri. Miguel Layún, dont la famille est originaire de Beit Milleit dans le Akkar (Nord du Liban), arpente régulièrement les flancs gauches des nombreuses équipes dont il a porté le maillot.

Défenseur central – Pierre Issa (Afrique du sud)

Le monde s’en rappelle comme le malheureux qui paracheva la défaite sud-africaine face aux Français en 98, mais Issa fit malgré tout une carrière correcte. Né à Germiston en Afrique du sud, il passe l’essentiel de sa carrière en France, en Angleterre et en Grèce et s’autorise même quelques saisons à l’Olympic Beyrouth. Il est désormais agent de joueurs.

Défenseur central – Julio César Manzur (Paraguay)

Le teigneux paraguayen a effectué l’entièreté de sa carrière sur le continent américain, oscillant entre le Paraguay, le Brésil, le Mexique et l’Argentine. Il est de la partie au Mondial 2006 et la Copa America 2007 et rafle une médaille d’argent aux JO de 2004.

Défenseur droit – Léo Dubois (France)

Si le Lyonnais est bien un Français jouant pour la France, son père vient du Liban et fut recueilli par une famille française à l’âge de six mois. Cela a marqué Léo qui s’est engagé dans l’association Les Amis du Liban pour aider à reconstruire le pays, particulièrement après l’explosion du 4 août.

Milieu défensif – Claudio Husaín (Argentine)

El Turco, un de plus, s’est particulièrement illustré sous le maillot de Vélez Sarsfield avant de vagabonder entre Parme, Naples, River Plate ou les Newell’s Old Boys. Il fera partie des mondialistes de 2002 qui sortiront piteusement au premier tour.

Milieu central – Amin Younes (Allemagne)

En fait un ailier gauche, Younes est l’un des nombreux footballeurs allemands d’origine libanaise sauf qu’il est le seul à avoir percé au plus haut niveau. Après des débuts à Mönchengladbach, c’est à l’Ajax que le feu-follet explose, étrennant ses premières capes avec la Mannschaft et brisant le cœur de tous les supporters libanais espérant le voir choisir leur pays.

Milieu central – Abbas Saad (Australie)

Le milieu de terrain, né à Baalbek, a effectué l’essentiel de sa carrière entre Sydney, Singapour et des clubs malaisiens, alternant entre les trois destinations. Il a été capé quatre fois par l’Australie entre 1992 et 1998.

Ailier gauche – Mário Zagallo (Brésil)

L’une des figures majeures du football, ni plus ni moins. Le seul, avec Beckenbauer et Deschamps, à avoir gagné un Mondial comme joueur et entraîneur. Un mythe. Pilier de Flamengo et de Botafogo, il remporte les Mondiaux 1958 et 1962 comme joueur et les éditions 1970 et 1994 comme entraîneur (bien qu’en 1994 il était assistant de Parreira). Son nom de famille originel est Zakour, une famille originaire de Zahle, troisième plus grande ville du Liban située dans la Beqaa.

Buteur – Miguel Sabah (Mexique)

L’autre Mexicain est une référence au poste de numéro 9 au pays, lui qui empila les buts comme les perles sous les couleurs des Chivas, Cruz Azul, Morelia ou León. Seul regret pour lui, avoir dû déclarer forfait sur blessure pour la Coupe du Monde 2010.

Ailier droit – Andrew Nabbout (Australie)

Ce baroudeur a dû batailler pour arriver à ses fins, représenter l’Australie en Coupe du Monde, après un parcours l’envoyant en Malaisie ou au Japon.

Auraient également pu être cités : Branco (défenseur gauche – Brésil), Tarek Elrich (défenseur droit – Australie), Sharbel Touma (Ailier droit – Suède), Ahmad Elrich (ailier droit – Australie), Antonio Mohamed (buteur – Argentine).