Favoris à leur propre succession en tant que champion d’Afrique, les Cairotes d’Al Ahly ont remporté leur dixième Ligue des Champions en disposant de Kaizer Chiefs (3-0) au Stade Mohammed V.

bandeaubielsa

Comme face à l’Espérance de Tunis, l’équipe de Pitso Mosimane (qui glane sa troisième C1, la deuxième consécutive) a sanctionné son adversaire avec un jeu dévorant chaque espace et chaque décalage possible la baisse de régime des Amakhosi, qui ont voulu rééditer le coup du WAC, à savoir résister et attendre une faille. Le tournant de la rencontre a été l’expulsion de Mashiane dans les arrêts de jeu de la première période, sur une faute revue au VAR et un carton jaune passé au rouge direct. À partir de là, la mission était quasi impossible pour les Sud-africains, qui même recroquevillés se sont inclinés face au plus inspiré de la soirée, Mohamed Sherif, buteur de sang-froid sur l’ouverture du score (53e) et décaleur altruiste pour mettre ses coéquipiers dans une position de tir parfaite sur les second et troisième buts, signés Afsha (64e) et Amr El Sulaya (74e).

Cette édition récompense l’équipe la plus tonique et la plus réaliste offensivement, mais aussi la plus équilibrée et la plus patiente pour construire ses avantages. Un succès qui installe définitivement dans la durée (et probablement sans critiques et sceptiques qui persistaient même après la C1 précédente) Pitso Mosimane dans le futur des Rouges du Caire.