L’année ou jamais. Pour la première fois depuis plus d’une décennie, un club de MLS se retrouve aux portes d’un titre en CONCAChampions. Seattle ramène le nul du Mexique et peut conclure chez lui la semaine prochaine.

bandeauprimeira

Soirée pluvieuse à Ciudad Universitaria qui pourrait symboliser les regrets que les Pumas peuvent nourrir. À l’heure d’accueillir Seattle pour la finale aller de la CONCAChampions, les universitaires avaient été rassurés par la présence de leur goleador Juan Ignacio Dinenno, un temps incertain. Les locaux entendaient bien prendre de l’avance et cherchaient à provoquer des erreurs adverses en début de partie, pressant fort au milieu et ne s’exposant finalement qu’à des Sounders qui cherchaient à se montrer dangereux par de longs ballons. Le match était fermé, équilibré, une bataille tactique qui se poursuivait jusqu’à ce que les Pumas montent enfin d’un cran. La demi-heure bien passée, Diogo remettait le ballon à l’attaquant des Pumas qui était fauché dans la surface. Penalty transformé par el Comandante après une première tentative manquée mais donnée à rejouer, Stefan Frei s’étant trop avancé. Seattle était sonné, le représentant de la MLS semblait KO d’entrée de second acte, sur la première offensive des Pumas conclue par une tête surpuissante de Dinenno. On pensait alors voir les Sounders sombrer, il n’en fut rien.

Quasiment sur l’engagement, la réplique était forte, Raúl Ruidíaz butant sur un immense Talavera alors que seul au second poteau. Cette action réveillait quelque peu les visiteurs qui récupéraient plus de ballons dans l’entrejeu et se projetaient plus souvent, sans pour autant parvenir à se créer d’immenses opportunités. Mais cette pression allait finir par payer, provoquant des erreurs adverses. Le buteur péruvien provoquait une main de Sebastián Saucedo, sur une action litigieuse, Arreaga ayant quelque peu poussé Higor Meritão sur l’action (action révisée au VAR). Nico Lodeiro ne tremblait pas, Talavera touchant pourtant le ballon sur le penalty, Seattle s’offrait de l’espoir. Un espoir qui allait finalement se transformer en ballotage favorable lorsqu’au bout du temps additionnel, un dernier ballon mis dans la surface vers Roldán qui jouait parfaitement le coup, une nouvelle intervention du VAR et un nouveau penalty pour les visiteurs. Même sanction, mêmes hommes, même conséquence : Nico Lodeiro s’offrait un doublé sur penalty, Seattle ramène le nul du C.U., jamais un club de MLS n’a été aussi près de remporter la CONCAChampions depuis le Real Salt Lake en 2011, le RSL ayant déjà, à l’époque, ramené un nul 2-2 de son déplacement au Mexique.

Crédit photo : Manuel Velasquez/Getty Images