Demi-finales de CONCAChampions au menu du milieu de semaine. Avec côté mexicain comme côté américain, une équipe hôte qui s’offre un léger ballotage favorable.

bandeauprimeira

La première des deux demi-finales se déroulait au sud, à l’Olímpico Universitario où les Pumas accueillaient Cruz Azul pour la demie 100% mexicaine. Une demi-finale que les auriazules ont globalement dominé la rencontre, appuyant sur les couloirs avec notamment Washington Corozo et Alan Mozo hyper actifs et créant de nombreux espaces. Si la Máquina parvenait parfois à se montrer dangereuse, en grande partie grâce à Uriel Antuna, les plus belles situations étaient pour les Pumas qui allaient virer largement en tête à la pause grâce à deux buts inscrits dans les dix dernières minutes du premier acte. Arrivé début 2020 au Mexique, Juan Dinenno a marqué face à toutes les équipes de Liga MX à l’exception de Tigres. Sa victime favorite ? Cruz Azul contre qui il avait frappé à quatre reprises, s’offrant deux doublés lors du Guard1anes 2020 (lors de la phase régulière puis lors de l’improbable demi-finale retour). L’Argentin a respecté la tradition, s’offrant donc un nouveau doublé dans une demi-finale face à la Máquina. Le buteur des Pumas a été la principale menace pour les visiteurs qui ont cependant réussi à plus sortir en seconde période pour trouver leur récompense en toute fin de partie, Cristian Tabó réduisant l’écart alors qu’Iván Morales passait à un rien de ramener le nul. Qu’importe au final, les hommes de Juan Reynoso partent avec un infime retard qui ne semble pas insurmontable à remonter à l’Azteca. À condition de ne pas faire du Cruz Azul.

Du côté de la demi-finale 100% MLS, ce sont les Sounders qui s’offrent un ballotage favorable. Si New York City a tiré le premier, Seattle a rapidement pris le contrôle de la rencontre, exerçant une forte pression et surtout causant bien des dégâts par les mouvements de ses offensifs. Meilleure illustration possible, l’ouverture du score d’Albert Rusnák au quart d’heure à la conclusion d’un mouvement d’école. Si Thiago Andrade calmait un temps de Lumen Field en égalisant sur une remise de Taty Castellanos, les hommes de Brian Schmetzer n’était pas pour autant sonnés. La domination reprenait, un temps freinée par un deuxième but refusé pour hors-jeu, avant que le toujours parfait Jordan Morris ne vienne finalement l’officialiser. Totalement dépassée, la défense de City subissait, Cristian Roldán, Raúl Ruidíaz et Nico Lodeiro ayant également leur chance d’amplifier l’écart. Les Sounders allaient finir par y parvenir en seconde période, sur un penalty validé au VAR bien que peu évident, que le meneur uruguayen transformait. Tout semblait alors indiquer que Seattle allait voguer vers un récital, pourtant ce troisième but annonçait une fin de rencontre plus équilibrée, moins riche en émotions et le score n’évoluait plus. City n’a gagné qu’un seul match en déplacement en 2022 toutes compétitions confondues, le champion MLS se retrouve désormais avec deux buts à remonter chez lui la semaine prochaine.

 

Crédit photo : Hector Vivas/Getty Images