Mardi 24 août 2010

Rogelio Funes Mori

L’un est brésilien, l’autre argentin : deux gamins ont ensoleillé le week-end sud-américain, prouvant que tous les footballeurs ne sont pas des Icare.


Le premier est l’homme qui a dit non. En refusant de céder aux livres sterling venues de Londres, préférant rempiler avec son club formateur pour poursuivre sa progression, Neymar, 18 ans, est devenue une idole. Déjà sacralisé au rang de nouveau Robinho, le nouveau prodige made in Brazil ne reproduit pas les erreurs de son ainé et ex-coéquipier et renvoie ainsi Chelsea à ses millions. Lorsqu’en plus il célèbre cette décision en ouvrant le score face à l’Atlético Mineiro et donnant le second but à Danilo, guidant ainsi Santos vers le succès, son statut entre dans l’irréel. D’autant qu’avec ce succès, Santos revient à trois points du podium et prend la sixième place au nouveau champion continental, l’Internacional, doublant au passage Cruzeiro, surpris chez lui par Vitória, Vasco, accroché par le leader Fluminense et Deco mais aussi Flamengo, défait sur le terrain de l’Atlético Paranaense. L’autre bonne opération comptable du week-end est pour les Corinthians qui étrillent un São Paulo en pleine déliquescence (3-0) et reviennent à deux points du leader.

Les vidéos sont à consulter ici.

Rogelio Funes Mori, 19 ans, voici la nouvelle star de River Plate. Un parcours totalement atypique : vainqueur d’une émission de télé-réalité "Sueño MLS" qui cherche à dénicher de nouveaux joueurs en offrant aux vainqueurs un stage dans une équipe MLS, il sera ensuite proposé à l’essai à River après avoir tenté sa chance à Chelsea. Il débute avec River en décembre 2009 et rapidement s’impose en attaque. Sensationnel lors de la Mar del Plata Challenge Cup devant le rival Boca, il devient le fer de lance de l’attaque des Millonarios. Depuis, on ne l’arrête plus. 22 matchs, 8 buts dont 3 lors des trois premières journées d’un tournoi d’ouverture 2010 qui marque le grand retour de River. Après avoir offert la victoire en ouverture devant Tigre (but à la 90e minute), Funes Mori s’offre un doublé lors du choc face à Independiente. Conséquence, River s’impose et signe sa troisième victoire en trois rencontres, prenant la tête du tournoi avec Vélez. El Fortín s’impose dans le duel des deux derniers champions de tournois de clôture l’opposant à Argentinos Juniors grâce à l’inévitable Santiago Silva et un penalty de Somosa. Derrière le duo, Banfield et Estudiantes se quittent dos à dos et restent en embuscade. A l’opposé, Boca s’écroule sur le terrain du promu All Boys (0-2) et sombre en avant dernière position.

L'ensemble des buts :

{youtube}2PvYMbN-Dig{/youtube}

 

Au Chili, les trois premiers s’imposent et continuent de creuser l’écart. Colo-Colo s’impose dans la douleur chez lui devant l’Unión Española, l’Universidad Católica écrase San Luis (4-1) et l’Universidad de Chile s’en remet à l’ancien parisien Carlos Bueno (second but en deux apparitions en championnat) pour s’imposer à Huachipato. Une victoire de la ‘U’ en match en retard devant Cobresal relèguerait le quatrième Audax Italiano à 11 points. Le championnat se jouera entre ces trois équipes. En queue de classement, la situation devient préoccupante pour San Luis mais aussi pour Santiago Morning. Battu pour la troisième fois en quatre rencontres, les Bohemios n’en finissent plus de décrocher.

Résumé de Huachipato - U. Chile :

{youtube}GRmWlnK9v1c{/youtube}

 

Le duel Santa Fé – Tolima se poursuit en Colombie. Los Cardenales restent leader en s’imposant sur le terrain du Deportivo Pereira alors que Tolima écarte Boyacá Chicó à domicile (3-1). La mauvaise opération est pour Cúcuta Deportivo, battu dans les arrêts de jeux par l’Atlético Nacional et pour l’Atlético Huila écrasé chez le dernier finaliste La Equidad (4-1). A noter que le champion sortant, Junior, ne s’impose toujours pas et sauve in extremis un petit point de son déplacement à Cali.

L'ensemble des buts :

{youtube}CMH5wQHq_ks{/youtube}

 

En Equateur enfin, Emelec retrouve le podium en s’imposant largement sur la pelouse de Macará (4-1). L’écart reste cependant de quatre points avec le second Cuenca qui a disposé d’Espoli en 10 petites minutes et de six points avec la LDU qui a repris sa marche en avant en disposant d’Olmedo à domicile (1-0 but de Carlos Luna, l’ex-buteur vedette de Tigre arrivé début juillet).