8 mai 2017, les Sky Blues du Sydney FC célèbrent leur titre de Championship, signifiant un doublé pour l’équipe de Graham Arnold. Toute l’équipe et le staff sont rassemblés autour des journalistes et des familles présentes sur la pelouse, un seul joueur manquait à l’appel. Danny Vukovic. Le portier du club de l’Est de Sydney était avec son fils, Harley, dans sa surface de jeu. La petite tête rousse d’Harley, en pleine forme, était la plus belle victoire de Danny.

La carrière de Danny Vukovic débute véritablement avec les Mariners de Central Coast avec qui il passe cinq saisons, remporte la phase régulière de la saison 2007/2008 et termine en étant élu meilleur gardien de l’année en 2010. L’heure est alors au départ vers la Turquie où Danny Vukovic va connaître son premier échec, Konyaspor ne lui accordant pas la confiance nécessaire en ne lui donnant aucune minute de temps de jeu. Une année de disette puis Vukovic revient en Australie, ou plutôt dans le championnat Australien sous les couleurs jaunes et noires du Wellington Phoenix en Nouvelle-Zélande. Plus que confirmé, de par son expérience sur sa ligne de but en A-League, Danny Vukovic reste un an chez les ‘Nix puis fait une grande diagonale pour s’installer à plus de 8 000 kilomètres de Wellington, à Perth, où il passera cinq ans sous les couleurs violettes et blanches du Glory, passant une saison au Japon avec le Vegalta Sendai qui enregistrait son arrivée en prêt mais ne lui laissait que 2 matchs, en J-League Cup, pour s’exprimer. Trop peu.

Fin 2015, libre, Danny Vukovic avoisine les 29 ans et préfère alors s’installer définitivement en A-League et fonder une famille. Il s’engage ainsi au Melbourne Victory, club historique de l’Australie mais qui fait face à une fin de cycle en traînant au fond du top 6 de cette même saison 2015-16, une saison très compliquée au cours de laquelle Melbourne Victory se faisait sortir dès le premier tour des play-offs et où Lawrence Thomas s’installait comme nouveau n°1 au poste de gardien de but, reléguant Danny Vukovic au second rôle dans les cinq derniers matchs de la saison du club. Melbourne Victory voulait tout de même conserver Danny dans sa dernière année de contrat mais son fils Harley, tout juste né, était touché d’une maladie rare, l’atrésie biliaire, et demandait alors une transplantation du foie. La carrière de Vukovic allait prendre une nouvelle direction.

 Car Danny Vukovic n’avait plus en tête de repartir pour une autre saison avec Melbourne Victory et, avec sa femme Kristy, voulait surtout se rapprocher de sa famille à Sydney. En juillet 2016, Danny Vukovic trouve un accord avec le Sydney FC, eux aussi atteint d’une fin de cycle mais ayant pour objectif de revenir aux avant-postes du championnat, et pourra ainsi concilier famille et travail. Graham Arnold accorde alors une confiance absolue en Vukovic, permettant à ce dernier de vivre au chevet de son fils à l’hôpital, tout en restant n°1 chez les Sky Blues. Lorsqu’il ne combat pas auprès de son fils, il combat alors sur les terrains. Un combat de haute volé dès les premiers matchs, comme celui de Sydney FC en championnat. Danny Vukovic était exemplaire sur le terrain le jour, veillait sur son fils chaque nuit, était consacré à dormir avec lui à même le sol de l’hôpital. Les mois passent sans aucune avancée pour Harley sans donneur. Jusqu’à février 2017 où, sur son compte Instagram, Danny Vukovic annonce la bonne nouvelle. Ne communiquant pas sur l’intervention médicale en elle-même, il demande à ses fans et suiveurs de « ne pas lui le demander » et poursuit en commentaire de la photo de son fils : « Notre famille a eu l’éternel cadeau de par un donneur d’organe, nous serons éternellement reconnaissants. ». Danny concluait sur l’importance du don d’organe en conclusion de son post Instagram.

Ce long combat, éprouvant, de plusieurs mois était vaincu. Harley sauvé, Danny ressourcé, il retrouvait les terrains le 4 février avec un enfant guéri contre Brisbane Roar pour la 18ème journée. Avant de rentrer sur la pelouse du Suncorp Stadium, Danny Vukovic était salué par tous les joueurs adverses pour ce combat. De ce match, Vukovic fut le meilleur en préservant un nouveau clean-sheet et une série de 18 matchs sans défaite.

Ce combat aux côtés de sa famille pour son fils avait changé Danny Vukovic, au fil des matchs il était devenu indiscutable à son poste et le meilleur dans le pays-continent. Sydney FC enchaîne alors les victoires, Danny Vukovic, les clean-sheets, et les arrêts spectaculaires. Il avait atteint un niveau jamais acquis auparavant. Sa première récompense fut son premier appel en sélection nationale, une place qu’il n’avait jamais pu prendre. Un choix logique tant Vukovic étincelait au pays. S’en suit un titre de Premiership avec Sydney FC et de Championship où dans un dernier combat, il était le meilleur dans l’ultime série de pénalty contre ses anciens coéquipiers du Victory. Il soulevait enfin deux trophées qu’il n’avait jamais pu saisir auparavant. À nouveau sur Instragram, Danny écrit alors « Je ne peux décrire cette sensation, j’ai fait l’histoire avec mon fils ». La fin de saison de Danny Vukovic était récompensée par le titre du meilleur gardien de but de la saison pour couronner sa saison et son niveau XXL.

Fin juin, une autre bonne nouvelle tombe. Danny Vukovic, reçoit enfin l’offre sérieuse qu’il avait toujours attendue. Le KRC Genk, en Belgique, lui fait une offre impossible à refuser, ni pour lui, ni pour le club. Aujourd’hui, Vukovic est un joueur du championnat belge, une chose impossible il y a deux ans. Après avoir vaincu le plus grand des combats, Danny Vukovic peut maintenant profiter et décoller en Europe, il a toute une carrière devant lui et une famille entière pour l’aider à continuer de progresser. À 32 ans, pour celui qui détient le record de clean-sheets en A-league, tout ne fait finalement que commencer.

https://www.instagram.com/p/BTy8BduDQue/