Annoncé du côté du FC Nantes, Christian Benavente devrait débarquer en Ligue 1. Une occasion rêvée pour le plus européen des joueurs péruviens d’enfin accéder à ses rêves de sélection.

banlomag

Formé au Real

Né dans la région de Madrid d'un père espagnol et d'une mère péruvienne, Christian Benavente intègre le centre de formation du Real Madrid dès son plus jeune âge (huit ans) en 2002. Après avoir gravi les différents échelons dans les équipes de jeunes du club Merengue pendant près de dix ans, il est enfin promu au Real Madrid Castilla, le principal club filial du Real Madrid, en 2012. Il sera notamment dirigé par Zinedine Zidane qui était le coach principal avant d'avoir le succès qu'on lui connaît avec l'équipe première. Entre temps, Christian est convoqué pour la première fois en sélection nationale péruvienne pour disputer le Sudamericano U17 en 2011 puis le Sudamericano U20 en 2013 aux côtés de joueurs comme Andy Polo, Renato Tapia, Miguel Araujo, Yordy Reyna et Edison Flores. Sa mère, qui était joueuse professionnelle de la sélection péruvienne de volley-ball, lui a transmis l'amour pour le Pérou, et Christian n’hésitera pas à porter les couleurs de son pays maternel alors qu'il pouvait très bien choisir l'Espagne. Les Péruviens en tombent vite amoureux, porté par une sélection qui brille lors de la compétition. Cette même année, il fera sa première apparition officielle avec la Blanquirroja en entrant en deuxième mi-temps d'un match amical contre le Mexique. Benavente fait parler de lui au pays, il va jusqu’à promettre que sa génération sera celle qui mènera le Pérou à la Coupe du Monde.

Lancé en Belgique

De retour en Espagne, il est inscrit par le Real Madrid sur la liste des jeunes pour la UEFA Youth League mais il ne dispute aucune rencontre. Pour la saison 2014-2015, il ne dispose de pas plus de temps de jeu, mais le Real refuse de le laisser partir alors qu'il était annoncé du côté de la Premier League ou de la Serie A. Il signera en fin de saison comme joueur libre dans le club Milton Keynes en seconde division anglaise après avoir passé treize années à la Maison Blanche sans jamais jouer avec l'équipe première. Il ne restera que six mois en Championship puisqu'il rejoint rapidement la Jupiler Pro League en signant chez les Belges du RCS Charleroi le 5 janvier 2016 pour environ deux-cent mille euros. C'est en Belgique que Christian Benavente s'épanouit enfin en gagnant plus de temps de jeu en première division. Sous les ordres de Felice Mazzù, El Chaval devient la clé de voûte de l'équipe zébrée. En trois saisons, il aura joué une centaine de matchs et inscrit vingt-quatre buts. Grâce à ses bonnes performances et à une attitude exemplaire, il se met les supporters carolos dans la poche. Mieux, Ricardo Gareca, le sélectionneur du Pérou, l'emmène aux États-Unis pour la Copa América Centenario où il ne jouera que neuf petites minutes lors du quart de finale perdu aux tirs au but contre la Colombie. Malgré un temps de jeu ponctué de performances plus que correcte, Gareca lui fait peu confiance en sélection où le collectif est déjà bien installé et où Benavente ne trouve pas sa place. Il ne sera d’ailleurs pas du voyage pour la Coupe du Monde en 2018 alors qu’il signe une saison 2017/18 au cours de laquelle il inscrit neuf buts et signe quatre passes décisives et fait étalage de sa force de percussion, étant même élu joueur du mois en novembre et décembre. En janvier 2019, il quitte la Belgique à la surprise générale pour signer en Egypte au Pyramids FC pour 6 millions d'euros. Son choix de destination fait couler beaucoup d'encre car on lui reproche de privilégier l'aspect financier plutôt que sportif. Le sélectionneur lui fait également comprendre que son choix lui fermerait les portes de la sélection et ne le convoque pas pour la Copa América au Brésil. Christian Benavente comprend que son avenir sportif est en danger et cherche à retourner en Europe dans un championnat majeur d'autant plus que son club égyptien ne compte plus sur lui pour la saison qui vient. De retour en Belgique en juin, il est un temps annoncé chez le champion sortant, Genk, où vient d’arriver Felice Mazzù.

Le pari de la technique

Le club qui pariera sur lui aura gagné un leader technique et un créateur en plus d'acquérir un joueur explosif. Christian Benavente est un numéro 10 qui aime jouer derrière les attaquants et qui est aussi attiré par le but. Rapide, véloce, il aime percuter, provoquer balle au pied et peut aussi jouer sur l'aile où il aime permuter avec ses coéquipiers pour repiquer dans l'axe. Christian Benavente est un joueur attachant qui rentre dans le cœur des supporters, c'est un joueur frisson qui fait lever les foules par ses dribbles et ses arabesques. Son adaptation à l’Europe ne sera pas un problème car à la différence d'autres joueurs sud-américains, il a toujours vécu en Europe. Il reste cependant encore la plus grande promesse du Pérou et, à vingt-cinq ans, ne rêve désormais plus qu’à confirmer qu'il est bien plus que ça.