L’attaquant de Liverpool s’est engagé dans les dernières minutes du mercato en faveur de Saint-Étienne dans le cadre d’un prêt d’un an. Le meilleur buteur de l’histoire du club quitte donc Liverpool après cinq ans de bons et loyaux et service, et connaîtra sa première expérience en Europe dans le Forez.

bandeaubielsa

C’est la surprise de cette fin de mercato, ce transfert que l’on n’attendait pas dans les dernières minutes, du moins pour le club qui reçoit le joueur. Cela fait en effet désormais cinq ans que Ramírez jouait en première division uruguayenne, il y a tout connu, les trophées individuels et collectifs, et donc depuis déjà un an il était « sur le départ ». En janvier déjà, des négociations étaient très avancés avec un club espagnol mais le joueur avait préféré rester en Uruguay, notamment pour rester prés de sa famille alors que son épouse était enceinte. Après avoir pendant longtemps cherché une destination et avoir été annoncé durant le mois d’août à Boca, le joueur s’est finalement engagé à Saint-Étienne. Pour le Colorado, ou Colo (parce qu’il est roux) Ramírez, c’est le couronnement d’un processus qui l’a vu enchainer les succès à Liverpool et jouer en sélection chez les jeunes.

De l’importance du processus

Le joueur est en effet formé à Liverpool et il y a débuté durant la saison 2015/16. Il est monté petit à petit en puissance dans un club qui a très bien fonctionné ces dernières années, avec un jeu très offensif prôné par ses entraîneurs notamment par Pezzolano. Il y joue en pointe et à partir de la saison 2017, enchaîne les buts, ayant réussi durant ces années à devenir le meilleur buteur historique du club. Meilleur buteur en championnat en 2019, il l’aurait été en 2020 si Bergessio (un ex-vert) n’avait pas joué deux matchs de plus (les finales) pour le coiffer sur le fil. Grâce notamment aux bonnes performances de Ramírez, Liverpool remporte ses premiers titres, avec l’Intermedio 2019, la Supercopa 2019 mais aussi et surtout le Clausura 2020, le plus important de cette liste, obtenu en mars 2021 des suites du fameux virus. Ramírez a effectué tout le processus de sélection chez les jeunes, ayant surtout participé l’année dernière au tournoi de qualification Olympique en Colombie ou l’Uruguay termine malheureusement troisième, première place non-qualificative, malgré deux buts de Ramírez. Il a ensuite effectué un début de saison 2021 tonitruant, jusqu’à être appelé au mois de juin 2021 par Tabárez pour les matchs éliminatoires contre le Venezuela et le Paraguay durant lesquels il n’est pas entré en jeu. Depuis, il a peu joué, étant blessé au mois de juillet puis ayant fait un retour timide en août, avec notamment une entrée peu concluante contre Nacional, alors que le joueur avait déjà la tête à un futur transfert.

L’obsession du but

Le Colo est un attaquant ayant un sens inné du but, sachant jouer de ses deux pieds. Sans être une force de la nature, il est puissant plus que rapide et, comme son compatriote Luis Suárez dont il a le profil, il sait utiliser son corps et jouer dos au but pour s’imposer au défenseur. Jouant de préférence seul en pointe, avec des joueurs techniques à ses côtés pour l’alimenter, il a déjà prouvé par le passé, avec ses statistiques, qu’il est un excellent attaquant. Dans son club de cœur, il sera toujours le bienvenu, y laissant une image très positive à l’heure où les Uruguayens partent dès six mois. Il va désormais devoir sans doute subir une quarantaine et pourra commencer à jouer à partir de la mi-septembre, alors que l’équipe aura déjà joué pendant deux mois.

Le joueur arrive en prêt, dans ce qui est clairement considéré par le groupe qui le possède comme un tremplin. Le Colo jouait en effet pour Liverpool mais « appartient » au groupe Casal, du nom de l’agent le plus influent du football uruguayen, possédant non seulement des joueurs mais aussi le diffuseur du championnat. Ce n’est pas un hasard si son transfert a été annoncé « en avant-première » sur Tenfield. La date de fin de son contrat importe donc peu. En quittant son Uruguay natal, son principal pari n’est pas de montrer qu’il est un bon attaquant ou de « terminer sa formation ». Il est de réussir à s’adapter en peu de temps, dans un club auquel il est juste prêté. Au-delà de ses qualités techniques, un jeune uruguayen qui arrive à Saint-Étienne à l’automne dans un pays dont il ne connait pas la langue, cela peut pour le moins déstabiliser.