Malgré l’absence d’André-Pierre Gignac, Tigres a écrasé Santos Laguna. Et prend une option sur une place en finale où il espère y croiser son voisin de Monterrey.

banlomag

C’est toujours privé de son buteur français, dont la blessure au genou devrait durer plus d’un mois – son retour étant annoncé d’ici une bonne semaine, que les Tigres de Ferretti se présentaient au Volcán avec une option à prendre en vue de la finale de CONCAChampions afin d’oublier la claque de l’Azteca le week-end dernier (lire Mexique – Clausura 2019 : León rugit de nouveau). Et très vite, on a senti que cet accident était un lointain souvenir. Les Felinos ont pris le contrôle de la possession d’entrée de partie et ont rapidement été récompensés lorsque sur un long ballon – arme qui aura souvent ouvert la défense des Guerreros – Julián Quiñones se présentait face à Jonathan Orozco qui repoussait la tentative de l’attaquant de Tigres mais voyait Edu Vargas surgir pour faire exploser le Volcán. Un but entaché d’un hors-jeu de Quiñones qui allait, un temps, permettre à Santos de trouver les armes pour réagir. Valdes, Furch et Preciado faisaient ainsi briller Nahuel Guzmán, le momentum de Santos était passé. Dans la foulée, Enner Valencia frappait une première fois de la tête avant d’être à la réception d’un nouveau centre dix minutes plus tard pour le 3-0 à la pause. L’affaire était déjà pliée, Santos ne parvenait pas véritablement à revenir dans le match, trouvant un excellent Patón Guzmán sur sa route lorsqu’il parvenait à trouver des espaces dans la défense adverse et était même souvent sauvé d’une véritable débâcle par un excellent Jona Orozco (et parfois par la maladresse des offensifs felinos). Tigres s’impose ainsi 3-0 et pourra voyager avec une certaine sérénité à Torreón la semaine prochaine en vue de décrocher une troisième finale en quatre ans.

Résumé